Test

Impressions : Gears of War 3 (multi)

Par Rédacteur Invité le

Les médias ayant pu mettre la main sur Gears of War 3 lors de l’E3 2010 se comptent (quasiment) sur les doigts de la main. Le Journal du Gamer a donc fait partie de ceux-là, et a pu tester la partie multi du soft, entouré de Cliff Bleszinski et de son équipe de développement.

presskit_gears3_screenshot__01-540x303

Et pour être plus précis, c’est donc le tout nouveau mode Beast que nous avons pu essayer. Pour faire court, ce mode s’inspire plus ou moins du mode Horde de Gears of War 2, à la différence que vous campez cette fois les Locustes, et qu’il se joue à 4 en coop, face à une I.A qu’il vous faudra entièrement décimer à chaque partie. I.A au passage composée par l’équipe de Marcus Fenix, et ayant eu droit à quelques retouches graphiques laissant déjà apparaître une évolution marquée, qu’on devrait découvrir plus en détail lorsque nous aurons l’occasion de tester le mode solo du jeu. Mais là n’est pas le sujet, et recentrons nous plutôt sur ce fameux mode Beast. Ainsi, Epic Games ne s’est pas contenté d’offrir une simple alternative à la Horde de GOW 2. C’est d’ailleurs tout le contraire, puisque l’équipe de développement à mis en place un système efficace récompensant chaque kill par des points, indispensables pour permettre à votre équipe de camper des Locustes différents. Vous en aurez donc déduit que plus vous amasserez de points et plus les Locustes que vous pourrez sélectionner seront intéressants… Par contre, l’extrême lenteur de la plupart de ces Locustes et leur incapacité à aligner plusieurs modes d’attaques (même s’ils disposent une fois regroupés d’une puissance de feu très impressionnante) vous obligent constamment à rester synchronisé avec votre équipe, afin de mettre en place une stratégie vous évitant le casse-pipe. Où comment donner ses lettres de noblesses à la coop… Reste tout de même que la version du jeu à laquelle nous avons pu jouer était loin d’être définitive, et nous avons par exemple rencontré des soucis lorsqu’il s’agissait de se coller aux murs pour se planquer, de même que les freezes étaient assez fréquents. Enfin, une seule et unique map était jouable (celles que vous pouvez d’ailleurs voir en vue 3/4 dans la galerie d’images ci-dessous) Mais globalement, ce mode nous a convaincus, et on ne pourra qu’attendre avec une impatience palpable de voir la suite. La suite oui. En 2011…

Les médias ayant pu mettre la main sur Gears of War 3 lors de l’E3 2010 se comptent (quasiment) sur les doigts de la main. Le Journal du Gamer a donc fait partie de ceux-là, et a pu tester la partie multi du soft, entouré de Cliff Bleszinski et de son équipe de développement.

presskit_gears3_screenshot__01-540x303

Et pour être plus précis, c’est donc le tout nouveau mode Beast que nous avons pu essayer. Pour faire court, ce mode s’inspire plus ou moins du mode Horde de Gears of War 2, à la différence que vous campez cette fois les Locustes, et qu’il se joue à 4 en coop, face à une I.A qu’il vous faudra entièrement décimer à chaque partie. I.A au passage composée par l’équipe de Marcus Fenix, et ayant eu droit à quelques retouches graphiques laissant déjà apparaître une évolution marquée, qu’on devrait découvrir plus en détail lorsque nous aurons l’occasion de tester le mode solo du jeu. Mais là n’est pas le sujet, et recentrons nous plutôt sur ce fameux mode Beast. Ainsi, Epic Games ne s’est pas contenté d’offrir une simple alternative à la Horde de GOW 2. C’est d’ailleurs tout le contraire, puisque l’équipe de développement à mis en place un système efficace récompensant chaque kill par des points, indispensables pour permettre à votre équipe de camper des Locustes différents. Vous en aurez donc déduit que plus vous amasserez de points et plus les Locustes que vous pourrez sélectionner seront intéressants… Par contre, l’extrême lenteur de la plupart de ces Locustes et leur incapacité à aligner plusieurs modes d’attaques (même s’ils disposent une fois regroupés d’une puissance de feu très impressionnante) vous obligent constamment à rester synchronisé avec votre équipe, afin de mettre en place une stratégie vous évitant le casse-pipe. Où comment donner ses lettres de noblesses à la coop… Reste tout de même que la version du jeu à laquelle nous avons pu jouer était loin d’être définitive, et nous avons par exemple rencontré des soucis lorsqu’il s’agissait de se coller aux murs pour se planquer, de même que les freezes étaient assez fréquents. Enfin, une seule et unique map était jouable (celles que vous pouvez d’ailleurs voir en vue 3/4 dans la galerie d’images ci-dessous) Mais globalement, ce mode nous a convaincus, et on ne pourra qu’attendre avec une impatience palpable de voir la suite. La suite oui. En 2011…