Test

Impressions : NeverDead

Par Rédacteur Invité le

Etrange. NeverDead est sans doute l’un des softs les plus étranges qu’il nous ait été donné de voir lors de l’E3 2011. Explications en quelques lignes.

Développé par Rebellion, NeverDead aborde un pitch qui fera sans aucun doute décrocher un sourire à certains. Débarqué dans la peau d’un anti-héros primaire tué par un démon il y a plus de 500 ans, vous vous décidez à revenir sur le devant de la scène afin de venger votre femme, également décimée par le même démon, et à mener votre vendetta personnelle. Précisons dans le même temps que vous revenez… invincible ! Oui, il vous sera impossible d’être définitivement éradiqué dans le soft. Etrange, comme je vous le disais quelques lignes plus haut. Mais alors, quel intérêt et quelle pourra être la notion de challenge insufflée au titre en partant de ce postulat ? Et bien, si vous ne pouvez pas réellement mourir, vous allez toutefois pouvoir vous retrouver complètement démembré, et perdre vos jambes ainsi que vos bras, à cause de sortes de chiens-montres enragés, où encore par un coup de sabre ravageur. Temporairement du moins, avant que vous ne soyez en mesure de vous régénérer, façon Piccolo (Dragon Ball Z, ça vous parle ?). Là où c’est intéressant, c’est que vous allez pouvoir aussi vous arracher la tête, la balancer dans des endroits à priori inaccessibles, avant de vous voir remis sur pieds quelques secondes plus tard. De la même façon, libre à vous de vous arracher un bras où une jambe et de la balancer à quelques mètres, histoire de détourner l’attention de vos poursuivants, pour mieux les aligner ensuite à l’aide de votre flingue. Dernier exemple pour vous détailler rapidement les diverses possibilités de gameplay amorcées par le titre : en passant à travers les flammes, vous vous immolerez et pourrez tirer des cartouches enflammées, bien plus efficaces ! Si ces exemples pris au hasard demeurent finalement assez ciblés, ils augurent d’un potentiel certain du soft, qui pourra pourtant être légèrement handicapé par son accoutumance à enchaîner les « couloirs ». Aussi, l’aspect légèrement aliasé du soft, du moins dans la version que nous avons pu apercevoir, n’arrange pas vraiment ses affaires, à l’heure où l’aspect visuel prime. Réponse définitive d’ici la fin de l’année 2011, soit au moment de la sortie du jeu en Europe, aussi bien sur Xbox 360 que sur Playstation 3.

Etrange. NeverDead est sans doute l’un des softs les plus étranges qu’il nous ait été donné de voir lors de l’E3 2011. Explications en quelques lignes.

Développé par Rebellion, NeverDead aborde un pitch qui fera sans aucun doute décrocher un sourire à certains. Débarqué dans la peau d’un anti-héros primaire tué par un démon il y a plus de 500 ans, vous vous décidez à revenir sur le devant de la scène afin de venger votre femme, également décimée par le même démon, et à mener votre vendetta personnelle. Précisons dans le même temps que vous revenez… invincible ! Oui, il vous sera impossible d’être définitivement éradiqué dans le soft. Etrange, comme je vous le disais quelques lignes plus haut. Mais alors, quel intérêt et quelle pourra être la notion de challenge insufflée au titre en partant de ce postulat ? Et bien, si vous ne pouvez pas réellement mourir, vous allez toutefois pouvoir vous retrouver complètement démembré, et perdre vos jambes ainsi que vos bras, à cause de sortes de chiens-montres enragés, où encore par un coup de sabre ravageur. Temporairement du moins, avant que vous ne soyez en mesure de vous régénérer, façon Piccolo (Dragon Ball Z, ça vous parle ?). Là où c’est intéressant, c’est que vous allez pouvoir aussi vous arracher la tête, la balancer dans des endroits à priori inaccessibles, avant de vous voir remis sur pieds quelques secondes plus tard. De la même façon, libre à vous de vous arracher un bras où une jambe et de la balancer à quelques mètres, histoire de détourner l’attention de vos poursuivants, pour mieux les aligner ensuite à l’aide de votre flingue. Dernier exemple pour vous détailler rapidement les diverses possibilités de gameplay amorcées par le titre : en passant à travers les flammes, vous vous immolerez et pourrez tirer des cartouches enflammées, bien plus efficaces ! Si ces exemples pris au hasard demeurent finalement assez ciblés, ils augurent d’un potentiel certain du soft, qui pourra pourtant être légèrement handicapé par son accoutumance à enchaîner les « couloirs ». Aussi, l’aspect légèrement aliasé du soft, du moins dans la version que nous avons pu apercevoir, n’arrange pas vraiment ses affaires, à l’heure où l’aspect visuel prime. Réponse définitive d’ici la fin de l’année 2011, soit au moment de la sortie du jeu en Europe, aussi bien sur Xbox 360 que sur Playstation 3.