Test

Impressions : Super Monkey Ball 3DS

Par Rédacteur Invité le

Faisant désormais les beaux jours des terminaux sous iOS (iPhone, iPod touch et iPad), la licence singeante de SEGA se décide à s’embarquer dans l’univers de la 3D, avec un nouvel épisode estampillé 3DS, prenant déjà des allures de fourre-tout relativement inquiétantes… Impossible pour un gamer de ne pas avoir déjà aperçu les mascottes de […]

Faisant désormais les beaux jours des terminaux sous iOS (iPhone, iPod touch et iPad), la licence singeante de SEGA se décide à s’embarquer dans l’univers de la 3D, avec un nouvel épisode estampillé 3DS, prenant déjà des allures de fourre-tout relativement inquiétantes…



Impossible pour un gamer de ne pas avoir déjà aperçu les mascottes de Super Monkey Ball, des petits singes évoluant dans des boules, et qui en auront déjà occupé plus d’un depuis le début de leurs péripéties. Bénéficiant d’un concept efficace (on dirige donc des singes dans des boules, tout en essayant de les faire aller le plus rapidement possible d’un point A à un point B), la série n’aura par contre pas franchement évoluée depuis ses débuts. Du coup, SEGA, conscient de l’impossibilité de resservir à nouveau la même soupe sur 3DS, s’est mis dans l’idée de jouer sur plusieurs tableaux. Ainsi, si Super Monkey Ball 3DS offre bien évidemment des niveaux “classiques” sachez qu’il renferme aussi un mode qui rappellera Super Mario Kart, et un 3ème aux allures de Super Smash Bros. Carrément. Pour en revenir aux courses de kart implantées dans le jeu, sans vouloir absolument m’afficher en porte étendard de la mauvaise foi, il m’est difficile de voir les choses du bon côté. La physique de ce mode n’est ainsi pas des plus probantes, les circuits testés ont bien du mal à afficher une âme, l’aspect graphique n’a pas grand chose pour lui, et pour ne rien arranger, l’effet 3D offert est loin d’être convaincant. Même constat pour le Super Smash Bros.-like, offrant des affrontements à 4 joueurs, et demandant d’amasser le plus de bananes possibles en usant de divers subterfuges (comprenez : il faudra frapper vos adversaires pour leur voler leur stock…) Amusant, le temps de s’apercevoir que les rouages sont des plus basiques et que les parties sont bien engagées pour toutes se ressembler in-fine… Bref, difficile de miser des ronds sur ce nouveau volet, qui ne devrait en toute logique pas briller pour son originalité…

Faisant désormais les beaux jours des terminaux sous iOS (iPhone, iPod touch et iPad), la licence singeante de SEGA se décide à s’embarquer dans l’univers de la 3D, avec un nouvel épisode estampillé 3DS, prenant déjà des allures de fourre-tout relativement inquiétantes…



Impossible pour un gamer de ne pas avoir déjà aperçu les mascottes de Super Monkey Ball, des petits singes évoluant dans des boules, et qui en auront déjà occupé plus d’un depuis le début de leurs péripéties. Bénéficiant d’un concept efficace (on dirige donc des singes dans des boules, tout en essayant de les faire aller le plus rapidement possible d’un point A à un point B), la série n’aura par contre pas franchement évoluée depuis ses débuts. Du coup, SEGA, conscient de l’impossibilité de resservir à nouveau la même soupe sur 3DS, s’est mis dans l’idée de jouer sur plusieurs tableaux. Ainsi, si Super Monkey Ball 3DS offre bien évidemment des niveaux “classiques” sachez qu’il renferme aussi un mode qui rappellera Super Mario Kart, et un 3ème aux allures de Super Smash Bros. Carrément. Pour en revenir aux courses de kart implantées dans le jeu, sans vouloir absolument m’afficher en porte étendard de la mauvaise foi, il m’est difficile de voir les choses du bon côté. La physique de ce mode n’est ainsi pas des plus probantes, les circuits testés ont bien du mal à afficher une âme, l’aspect graphique n’a pas grand chose pour lui, et pour ne rien arranger, l’effet 3D offert est loin d’être convaincant. Même constat pour le Super Smash Bros.-like, offrant des affrontements à 4 joueurs, et demandant d’amasser le plus de bananes possibles en usant de divers subterfuges (comprenez : il faudra frapper vos adversaires pour leur voler leur stock…) Amusant, le temps de s’apercevoir que les rouages sont des plus basiques et que les parties sont bien engagées pour toutes se ressembler in-fine… Bref, difficile de miser des ronds sur ce nouveau volet, qui ne devrait en toute logique pas briller pour son originalité…