Test

[Prise en main] Huawei EMUI 10, une surcouche proche d’Android et de Harmony OS

Android

Par Anh Phan le

Lors de sa Huawei Developper Conference 2019, le constructeur chinois a dévoilé non seulement Harmony OS mais aussi la prochaine version d’EMUI qui arrivera en même temps que Android Q. On a pu la tester et on vous en dit plus dessus.

En marge de l’annonce de son nouvel OS, Harmony OS, Huawei a profité de son HDC 2019 ou Huawei Développer Conférence 2019 pour aussi annoncer la nouvelle version de sa surcouche Android, EMUI 10. Cette nouvelle version majeure d’EMUI sera disponible en version beta dès le 8 septembre prochain sur les P30 et P30 Pro.

Pour rappel, Harmony OS ne sera pas disponible pour les smartphones, dixit Huawei. Jusqu’à décision contraire ou forcée, Huawei garde Android comme OS principal pour tous ses smartphones. En revanche, Richard Yu l’a dit durant son keynote d’ouverture : si Huawei venait à ne plus pouvoir utiliser Android, le constructeur chinois serait capable de basculer très rapidement d’Android + EMUI vers Harmony OS. Aussi, dans un écosystème que Huawei souhaite développer rapidement avec Harmony OS, EMUI 10 intègre énormément de fonctions issues déjà de Harmony OS. D’ailleurs, ce n’est pour rien que Huawei propose avec EMUI 10 son propre compilateur, Ark. Ark, qui basculera en Open Source d’ici la fin d’année, permet aux développeurs de se rapprocher indirectement d’Harmony OS. D’ailleurs, d’après Huawei, si les développeurs compilent leurs applications avec Ark, c’est au moins 60% de performances en plus. En gros, Huawei permet aux développeurs de ne pas changer leurs habitudes et c’est le compilateur de Huawei qui s’occupera de tout !

Android Q

Mais avant tout, l’esthétique, EMUI 10 se peaufine d’année en année. Si la version beta arrivera sur les P30 et P30 Pro ce 8 septembre 2019, la nouvelle version devrait être disponible avec le lancement des futurs Mate 30 et Mate 30 Pro, attendus pour le début du dernier trimestre 2019. Huawei a ainsi revu son interface utilisateur pour la rendre plus conforme aux standards du marché. EMUI 10 embrasse enfin totalement Android et si on retrouve en option des écrans d’accueil similaire à iOS, par défaut, c’est Android Q (Oui, la démo qu’on a eu d’EMUI 10 tournait sous Android Q) avec enfin la suppression du bouton dédié pour accéder au tiroir d’applications. D’ailleurs, conformément à ce que souhaite Google, Huawei reprend les gestes et la présentation d’Android Q. Dans la réalité, en dehors du tiroir d’applications, Huawei proposait déjà les gestes d’Android Q. Côté esthétique, les écrans AOD (Always-On Display) ont été revus pour être plus simples et évoluer subtilement pendant la journée, ils s’harmonisent également mieux avec les écran des Huawei Watch par exemple. Un store pour les AOD est prévu pour cet automne.

Esthétiquement

Sur le plan visuel, ce n’est pas tout puisque EMUI 10 propose désormais une esthétique inspirée des magazines dans sa présentation (Oui, un peu comme iOS déjà). C’est très réussi dans l’ensemble. Les couleurs de fonds sont pastels et inspirées des principes de Morandi. Les boutons et interactions sont mis en avant et subtilement placés près des bords d’écrans pour faciliter la prise en main à une main. Toutes les icônes des applications systèmes ont été revues suivant la règle du Nombre d’Or… Bon, dans la réalité, ça nous parle pas mais les puristes apprécieront que toutes les icônes soient cohérentes. EMUI 10 permet aussi d’unifier la présentation des icônes d’applications, toujours pour une meilleure cohérence. Et enfin, durant notre première prise en main, on a trouvé les icônes encore trop flashy à notre goût.

Mais aussi…

L’application de l’appareil photo a été aussi revue pour être plus simple dans ses menus mais surtout plus explicite quand on passe d’un mode à l’autre. En revanche, la règle des zooms est toujours aussi mal placée selon nous. Elle est toujours en bas de l’écran en mode paysage alors qu’elle devrait se situer près du déclencheur, ce qui éviterait une éventuelle utilisation à une main. Si le Dark Mode existait déjà avec EMUI 9.1, la nouvelle version ne se limite plus à une simple inversion des couleurs. D’ailleurs, d’après les utilisateurs de Huawei, le choix de Dark Mode tient plus de l’esthétique que du souci de gagner en autonomie. Aussi, pour répondre à ses utilisateurs, les icônes et les couleurs du Dark Mode d’EMUI 10 ont tous été revus afin d’assurer une meilleure cohérence globale.  Le tout pouvant s’adapter également aux applications du Google Play Store.

Il reste maintenant les usages au quotidien et on avoue avoir été agréablement surpris par les transitions et autres ouvertures d’applications d’EMUI 10. En effet, d’après Huawei, le temps de réponse idéal se situe entre 300ms et 400ms. En dessous, c’est trop rapide, ce qui donne cette impression trop abrupte. Au dessus, c’est trop long. Il est vrai que c’était assez agréable d’avoir ce temps presque parfait. C’est très subtil mais les utilisateurs habitués à iOS devraient apprécier l’effort fourni par Huawei.

Micro kernel, IA et Huawei Share

La sécurité n’est pas en reste et ce n’est pas un hasard. En effet, EMUI 10 arrive avec la même philosophie que Harmony OS, à savoir une communication des plus transparentes avec n’importe quel appareil de l’écosystème Huawei. Pour rappel, avec Harmony OS, Huawei essaie de s’affranchir des multiples OS pour en avoir un seul et unique capable de tout piloter et ce, en tenant compte des spécificités de chacun des produits. Que ce soit un écran intelligent, un objet connecté, une montre connecté ou même un smartphone, tous ont un seul et même OS à la base. Mais ce n’est pas le seul enjeu puisque Huawei souhaite permettre à EMUI de s’adapter à l’utilisateur en fonction des appareils. Le constructeur chinois avait déjà commencé avec la fonction Huawei Share, mais cette fois, Huawei va plus loin encore et on peut reprendre la fonction Continuity d’Apple. Pour arriver à ce Continuity ++, Huawei compte bien sur l’Intelligence Artificielle pour adopter le meilleur comportement possible en fonction des usages de l’utilisateur.

Au cas où

Si on va un peu plus loin, on voit que Huawei se prépare à une éventuelle séparation avec Android pour des raisons qui échappent au constructeur chinois. Huawei nous a rappelé que tous leurs produits ont eu les audits par les autorités canadiennes et anglaises avant de pouvoir être déployés. Huawei a également souligné qu’ils n’ont toujours pas reçus les raisons ou les problèmes de sécurité que leurs produits présentent aux États-Unis. Ce n’est pas pour rien que Huawei voit le développement d’EMUI 10 comme une version à part entière d’Android et non comme une simple surcouche de personnalisation. Dans l’éventualité d’une interdiction d’utiliser Android, le passage à Harmony OS pourra se faire dans 2 ou 3 jours et pour faire simple, Harmony OS, sur smartphone, présentera une interface utilisateur quasi identique, selon les dires de Huawei en conférence de presse. Mais dans un souci de rassurer aussi les utilisateurs, Huawei et Google assurent tous les produits jusqu’à Android Q.

Galerie

Notre avis

En conclusion, on a été agréablement surpris par EMUI 10 et encore une fois, si on met de côté les histoires avec les États-Unis, Huawei continue sur de bons rails. EMUI s’améliore au fil des années.

Si on ne s’attendait pas forcément à la grosse révolution, on a bien noté les changements durant notre prise en main. Huawei a suivi les traces d’Oxygen OS de OnePlus, OneUI de Samsung ou plus récemment ZenUI d’Asus, et au final, c’est l’utilisateur qui sera content.