Test

Prise en main du DJI Mavic Air : un mini-drone aux performances impressionnantes

drone

Par Gregori Pujol le

Annoncé il y a quelques jours, nous avons eu la chance de pouvoir tester le tout nouveau drone de DJI : le Mavic Air. Celui-ci se place entre le Spark et le Mavic Pro, avec un prix à partir de 849 euros.

Votre nouveau compagnon de voyage

Le nouveau Mavic Air de DJI est un véritable drone ultraportable. Plus grand que le Spark, mais plus petit que le Mavic Pro, celui-ci dispose d’une taille idéale (168 × 83 × 49 mm) pour le mettre dans un sac et le sortir rapidement. Ses bras sont rétractables comme ses deux comparses, mais notez que les hélices sont fixes et non pliables comme sur le Mavic Pro. Le drone ne pèse que 430 grammes seulement, et se fera rapidement oublier.

Il est également le premier drone ayant un port microSD et un stockage interne de 8 Go ce qui permet de sauvegarder les photos et vidéos directement sur l’appareil au cas où. De plus il dispose d’un port USB type-C pour faciliter l’exportation des clichés.

Le Mavic Air est livré avec une télécommande  dans laquelle vous insérez votre smartphone (ports Lightning, micro USB, USB Type C). Proche de la télécommande du Spark, celle-ci ne dispose pas d’écran (au contraire de celle du Mavic Pro), mais de tous les autres contrôles nécessaires pour piloter le drone. Petit détail utile, les tiges des deux joysticks sont amovibles de façon à ranger plus facilement la télécommande.

Disponible en trois coloris, la première impression qui se dégage de ce Mavic Air est très positive, car cet appareil va pouvoir contenter ceux qui étaient un peu frustrés par le Spark et ceux qui ne voulaient pas dépenser autant qu’un Mavic Pro. Il se place donc idéalement au milieu des deux, et n’a pour le moment pas de concurrent direct.

Des performances au rendez-vous

Comme tous les drones de DJI, le Mavic Air fonctionne avec l’application mobile dédiée, il peut être directement dirigé avec celle-ci, mais à la longue ce n’est absolument pas pratique, et le switch vers la télécommande fournie se fait rapidement. Avec cette dernière, la prise en main est beaucoup plus agréable, le pilotage un véritable régal. On notera tout de même que l’application de DJI n’a pas évolué et qu’elle est loin d’être un modèle d’ergonomie, enchaînant menus et sous-menus, le tout en anglais. DJI devrait sérieusement s’y pencher dessus pour fournir une meilleure expérience utilisateur !

Le Mavic Air peut voler dans des conditions de vent allant jusqu’à 36 km/h et à une altitude de 5000 m au-dessus du niveau de la mer, une portée de 4 km avec transmission vidéo en temps réel en 1080p avec la radiocommande. En mode Sport, le Mavic Air vole à une vitesse de 68,4 km/h.

Testé à Monaco par un temps ensoleillé, le drone n’a pas trop souffert des intempéries, mais il y avait tout de même du vent et ce dernier s’est assez bien débrouillé. Le retour vidéo n’était par contre pas optimal et des artefacts étaient présents.

DJI a annoncé un temps de vol maximum de 21 minutes, dans les faits, celui-ci est respecté si le drone plafonne à une vitesse de 25km/h, en réalité, après avoir bien joué avec on est plus sur 17 minutes de moyenne. Une petite déception, mais rappelons que le drone est livré avec deux batteries.

DJI a encore plus sécurisé le Mavic Air que ses précédents drones. Il embarque en effet FlightAutonomy 2.0 accompagné du Système d’Assistance Avancée au Pilote (APAS)) qui traite les données rassemblées par les sept caméras et capteurs infrarouges embarqués, afin de construire une carte 3D de l’environnement permettant du coup un vol plus sécurisé. De plus, les paires de caméras à l’avant et à l’arrière sont plus précises et peuvent détecter les obstacles jusqu’à 20 mètres de distance. Dans les faits, le drone ne va plus s’arrêter devant un obstacle, mais chercher à le contourner, ce qui est bien plus agréable.

Enfin, comme le Spark, le Mavic Air peut être commandé avec des gestes. Le drone, quand il est à la bonne distance (maximum 6 m), réagit assez bien aux gestes si vous êtes le seul dans son champ de vision. Vous vous servez alors de la paume de votre main pour pouvoir le diriger ou encore prendre un clicher, vous suivre et même le faire atterrir.

De sérieux atouts en photo et vidéo

Contrairement au Mavic Pro, la caméra du Mavic Air est maintenant sur une nacelle mécanique 3-axes, plus encastrée qu’avant, elle est suspendue à des amortisseurs qui réduisent les vibrations. Cette caméra abrite un capteur CMOS 1/2.3″ et un objectif avec une ouverture f/2.8 et une distance focale de 24 mm équivalente à 35 mm, le tout pour faire des photos en 12 Mpx HDR. Le Mavic Air filme aussi en 4K à 30 ips à un débit de 100 Mb/s, et est dorénavant possible de filmer des vidéos ralenties en 1080p à 120 ips. Rien à dire sur la qualité, vidéo, DJI a plutôt bien fait les choses sur ce drone, et les utilisateurs d’un Spark verront clairement une différence. Pour ceux du Mavic Pro, c’est moins évident, mais le Air apporte quelques nouveautés pratiques pour un utilisateur débutant (et les autres).

Le mode QuickShot facilite ainsi la création de vidéos en proposant des trajectoires de vol prédéfinies qui gardent le sujet dans le champ. Vous aurez ainsi le choix entre Fusée, Dronie, Cercle ou Spirale, ainsi que les nouveaux modes Astéroïde et Boomerang, pour créer sans effort des vidéos qui auparavant auraient nécessité une réelle expertise en pilotage. Il faut avouer que le résultant est assez surprenant et d’une simplicité déconcertante.

Autre nouveauté, la fonction panoramique Sphère pour prendre 25 photos et les assembler automatiquement. Le résultat produit une image panoramique de 32 Mpx ! Le Mavic Air offre aussi plusieurs modes de panorama, à l’horizontale, à la verticale et à 180 degrés.

Enfin, le mode de Vol Intelligent ActiveTrack a été amélioré pour détecter plusieurs sujets à la fois automatiquement. Il devient ainsi possible de suivre des sujets même lors de déplacements rapides comme une course à pied, à vélo ou même de cibler une personne en particulier dans une foule. Contrairement aux contrôles gestuels assez gadget, l’ActiveTrack est une belle surprise, car DJI l’a vraiment amélioré par rapport au Mavic Pro notamment,  et le résultat est très satisfaisant !

Notre avis

Bien meilleur que le Spark, le DJI Mavic Air nous a convaincus ! Plus abordable que le Mavic Pro, ce Mavic Air (à partir de 849 euros officiellement) bénéficie des dernières technologies du constructeur chinois, mais aussi de nombreuses améliorations notamment au niveau de la photo et de la vidéo. Certes, il reste encore onéreux, mais si vous souhaitez par exemple ramener plus que des souvenirs de vos prochaines vacances, cela vaut le coup d'investir. Idéal aussi pour les vidéastes amateurs, le Mavic Air va sans aucun doute trouver son public.