Test

Neo Geo Mini de SNK : notre test d’une petite borne d’arcade de qualité mais peu accessible

Design

Jeux-Video

Par Camille Suard le

Jolie boîte pour jolie machine. À l’intérieur, on retrouve la borne d’arcade Neo Geo miniature, un câble USB  Type-C vers USB 2.0 sans adaptateur secteur, un manuel d’utilisation et des stickers.

La machine est un bel objet, sa petite taille lui confère un look des plus mignons. Vous avez du mal à reconnaître la Neo Geo AES, la console sortie dans nos foyers en 1990 ? C’est normal, SNK a opté pour le style de la Neo Geo MVS, destinée aux salles d’arcades au même moment. Et si la version japonaise reprend les couleurs de son modèle le plus populaire, celle commercialisée en Europe opte pour des tonalités un peu plus sobres : le gris remplace le rouge sur la partie basse. Cette dernière accueille un joystick de bonne facture et six boutons : Start, Select, A, B, C et D.

Un double haut-parleur a été placé sous l’écran. On trouve un port USB Type-C sur la gauche et sur la droite de la borne servant à brancher des manettes. À l’arrière, la machine dispose d’un bouton de mise en tension, un port mini HDMI, un autre pour la prise jack et enfin, un dernier USB Type-C pour brancher la machine.

Globalement, la Neo Geo respire la qualité avec de belles finitions : SNK ne s’est pas moqué des joueurs. Grâce à ses bandes antidérapantes intégrées sous la base, elle reste bien à sa place une fois posée. Même en s’acharnant comme une brute sur le stick, elle ne bronche pas ! Malgré cette solidité et stabilité, elle est très légère avec son poids plume en dessous de la barre des 400 grammes.