Test

[Test] Sony Xperia 1 Mark II, excellent mais au prix fort

Android

Par Anh Phan le

Réglé comme une horloge japonaise, après une annonce très en amont en février dernier, nous avons passé quelques semaines avec le dernier smartphone porte-drapeau de Sony. Voici notre test du Sony Xperia 1 Mark II.

Le Sony Xperia 1 Mark II devait être annoncé lors du MWC 2020 en février dernier à Barcelone mais avec l’annulation du salon espagnol, c’est finalement via une conférence en ligne que la firme japonaise a officialisé son nouveau smartphone porte-drapeau.

Alors que ses concurrents directs sont disponibles depuis quelques mois, le Sony Xperia 1 Mark II arrive en ce début d’été. Il se positionne encore plus sur le secteur des utilisateurs d’appareils Sony Alpha. En effet, en plus de l’application CinematographyPro by CineAlta, le Xperia 1 Mark II propose maintenant l’application PhotographyPro avec une interface utilisateur proche de ce que proposent les Sony Alpha.

On a passé ces dernières semaines avec le smartphone et voici notre avis sur le Sony Xperia 1 Mark II.

Les Caractéristiques et le Packaging

Pour rappel sur les caractéristiques, le Sony Xperia 1 Mark II vous propose :

 Sony Xperia 1 II
Écran- Ecran OLED de 6,5"
- Définition 4K (1644 x 3840)
- Densité 643 ppp
- Format 21:9 CinemaWide
- Motion Blur Reduction (Simili-90Hz)
- HDR10+
- DCI-P3
Design- Contour en aluminium
- Dos en verre Gorilla Glass 6
- IP65/68
SoC et GPU- Snapdragon 865
- Adreno 640
Mémoire- 8 Go de RAM
- 256 Go stockage
- Port Mémoire MicroSD (jusqu'à 1To)
Coloris- Noir
- Violet
Appareil Photo- Triple appareils photo, le principal avec un capteur couleur de 12 Mégapixels, l’ultra grand angle avec un capteur de 12 Mégapixels et le téléphoto avec un capteur de 12 Mégapixels
- Objectifs Zeiss T*
- Objectif grand angle de 24mm avec une ouverture de F/1.7
- Stabilisation optique et AF Dual Pixel
- Objectif ultra grand angle de 16mm avec une ouverture de F/2.6
- AF Dual Pixel
- Objectif téléphoto 3x de 70mm avec une ouverture de F/3.4
- Stabilisation optique et AF à Détection de Phase
- Capteur 3D iToF
- Autofocus Real Time Eye AF
- Mode Rafale à 20fps
- Photos HDR
- Reconnaissance de Scène via Intelligence artificielle

- Cinematography Pro powered by CineAlta
- Enregistrement de vidéos jusqu’en 1080p/60 et 4K(2160p)/60
- Enregistrement de vidéos en 2K 120fps 10-bit HDR
- Enregistrement de vidéos HDR
- Stabilisation vidéo SteadyShot

- Appareil photo frontal avec un capteur de 8 Mégapixels
- Objectif grand-angle avec une ouverture de F/2.0

Audio- Haut-parleurs stéréo
- Dolby Atmos
- Prise Jack 3,5mm
- HiRes Audio
- DSEE Ultimate
- 360 Reality Audio
Batterie- Batterie de 4000 mAh
- Qualcomm Quick Charge 3.0
- Recharge jusqu'à 21W mais livré avec un chargeur USB-C PD 18W
- Recharge sans-fil 10W
Connectivités- USB Type-C
- Capteur d'empreintes digitale physique
- Bluetooth 5.0
- Google Cast
- NFC
- GPS, GLONASS, A-GPS
- Wifi 6
- 4G LTE
- 5G
- nanoSIM
- Accéléromètre, Gyroscope, Magnétomètre, Podomètre,
- Capteur de luminosité, de pression, de proximité
Logiciel- Android 10
- Surcouche Sony Xperia
Taille et Poids- 166 x 72 x 7.9 mm
- 181 grammes
Prix de lancement1199€
Date de DisponibilitéJuillet 2020

Concernant le packaging du smartphone, on retrouve une boîte blanche assez classique en soi. Et sans surprise, on y retrouve le câble USB Type-C, un chargeur rapide USB-C, des écouteurs en kit mains-libres et des petits livrets pour une première prise en main.

A la lecture des caractéristiques techniques, Sony a enfin écouté ses utilisateurs et a corrigé certaines erreurs du Sony Xperia 1 de l’année dernière. On retrouve donc enfin la recharge sans-fil, ce qui semblait logique pour une smartphone premium. Il est bien évidemment certifié IP65/IP68 et comme ses prédécesseurs, la trappe à carte SIM ne nécessite pas d’outil spécifique pour s’ouvrir. En revanche, dès que c’est ouvert, le smartphone redémarrera automatiquement. On notera enfin que le smartphone n’est disponible qu’en version 256Go avec un port-mémoire Micro-SD, ce qui explique en partie le prix.

Disponible en plusieurs coloris (noir et violet), comptez un prix officiel de 1199 euros hors abonnement. Jusqu’au 31 Juillet 2020, si vous achetez le smartphone, Sony vous offre un casque Sony WH-1000X Mark III, d’une valeur de 299 euros. Pour rappel, le casque est tout simplement un des meilleurs si ce n’est le meilleur casque audio anti-bruit sur le marché à ce jour.

Design, Ecran et Audio

On ne change pas la formule du premier Xperia 1. Aussi, on retrouve sur le Xperia 1 Mark II un écran de 6, 5 pouces avec un format 21:9. Si l’année dernière, Sony passait pour le constructeur original, c’est un peu moins le cas cette année avec des concurrents qui n’hésite pas à proposer des smartphones au format 20:9 donc quasi-similaire et tout en longueur. Avec une largeur de seulement 72mm, le Xperia 1 Mark II tient parfaitement en main et c’est une chose qu’on ne comprend vraiment que lorsqu’on a le smartphone en main. Mais ce n’est pas tout ! Alors que tous les concurrents proposent soit des écrans incurvés (avec le dos), soit des tranches arrondis, Sony propose des tranches biseautés. Si cela parait anodin de prime abord, on réalise assez rapidement que la prise en main est bien meilleure sur le smartphone du constructeur japonais. Du moins, pour nous et en réalité, cela reste assez personnel. La finition est excellente avec ce dos en verre Gorilla Glass.

Le dos en noir brillant rend plutôt bien et il fait penser aux dos en céramique noir que proposent certains concurrents. Vu le prix du Xperia 1 II, Sony aurait été inspiré de proposer la même chose pour justifier le prix, ce n’est pas le cas. Dommage. Dans tous les cas, le rendu de la version noire met bien mieux en valeur le smartphone, ce qui n’était pas le cas de la version noire du Xperia 1 de l’année dernière. C’est toujours aussi sobre mais cette année, avec les tranches biseautées, c’est plus élégant. On retrouve sur la tranche non seulement le bouton de déverrouillage (qui fait enfin office de capteur d’empreintes, ce n’était pas le cas l’année dernière) mais aussi les boutons de volume et le déclencheur physique pour l’appareil photo. Sur la tranche du haut se trouve le port jack, de retour, et sur la tranche du bas le port USB-C. Concernant le bloc photo, il est de forme allongé et vertical sur la gauche du dos.

Avec une diagonale de 6,5 pouces et un format de 21:9, l’écran du Xperia 1 Mark II n’est clairement pas le plus grand en surface mais avec une telle hauteur, on en vient à oublier les bords en haut et en bas de l’écran. Sur un format plus standard, cela aurait été clairement un point négatif mais pas sur le Xperia 1 Mark II puisqu’on l’oublie très vite à cause de la quantité de contenu affiché qui fait disparaître ce point négatif. Autre avantage d’un tel écran, c’est bien évidemment pour le contenu compatible 21:9 qui limite encore plus les bandes noires horizontales. En revanche, quand le contenu n’est pas optimisé pour, on retrouve des bandes noires verticales, ce qui donne l’équivalent d’un smartphone 16:9 avec une diagonale d’environ 5,5 pouces. C’est une question de choix. C’est la même chose avec le contenu plus classique. Si le format 21:9 permet d’avoir plus de contenus affichés en mode portrait, c’est un peu plus limité en mode paysage. Et pour en revenir aux contenus vidéos, quant on regarde une vidéo 21:9, c’est un plaisir d’avoir la totalité de l’écran pour un contenu vidéo et c’est encore mieux quand c’est fait pour. Dernier petit avantage pour certains, pas d’encoche ou de poinçon. On regrettera tout de même l’impossibilité pour l’instant d’avoir de la 4K en sortie sur des services comme Youtube ou Netflix.

L’écran en lui-même reste impressionnant, c’est un écran OLED de 6,5 pouces avec une définition 4K et donc une densité de 643ppp. Le Sony Xperia 1 Mark II (et son prédécesseur) est le seul smartphone actuellement sur le marché avec une telle densité. Certifié HDR10+, l’écran est excellent et il mettra très bien en valeur votre contenu multimédia. Pour les photographes, il propose différents profils, comme le support du DCI-P3, et réglages pour personnaliser au mieux les couleurs. Si on devait reprocher quelque chose à cet écran, cela sera au niveau de la luminosité qui reste plus faible que celle des écrans de ses concurrents directs. D’ailleurs, si on apprécie la définition 4K (Ultra HD en réalité), on n’aurait pas été contre du 2K mais avec une meilleure luminosité ! Dans tous les cas, Sony livre avec le Xperia 1 Mark II un outil de réglage de la colorimétrie très complet qui devrait combler les utilisateurs avertis comme les photographes, coeur de cible de ce Xperia.

Côté audio, le Sony Xperia 1 Mark II propose des haut-parleurs stéréo et oui, c’est compatible Dolby Atmos. Ils sont en plus placés en façade, ce qui est mieux pour la restitution du son. Si je ne suis toujours pas un grand fan de la technologie de vibration dynamique en fonction du son qu’on retrouve ici, il faut avouer que les haut-parleurs font un travail de dingue. Le son est claire et c’est quand on reprend un smartphone qui n’a pas spécialement travaillé sur le sujet, qu’on se rend compte de la qualité du rendu sonore. Cela manque tout de même de puissance pour un usage dans un environnement trop bruyant. Après, ce ne sont que des haut-parleurs de smartphones et ils ne remplaceront pas un bon casque ou des écouteurs. Enfin, petite surprise, on note le retour de la prise jack un smartphone premium. Et pour le coup, Sony n’y est pas allé avec le dos de la cuillère puisque le port jack est d’excellente qualité, il suffit d’y brancher un casque et on n’entend pas de bruit, ce qui est rarement le cas des adapteurs USB-C. Du coup, on a pu réutilisé nos bons casques filaires comme notre Sennheiser HD-25 II par exemple. Merci Sony. Pour finir, on n’oublie pas les technologies maisons comme le LDAC, le DSEE Ultimate et le support du Hi-Res Audio / Hi-Res Audio Wireless.

Android 10, Performances et Autonomie

Sans grosse surprise, le Sony Xperia 1 Mark II tourne sous Android 10 et une très légère surcouche Xperia. L’expérience utilisateur est proche de l’expérience Android Stock et comme sur ses prédécesseurs, la surcouche est simple et peu gourmande. L’interface utilisateur est sobre et élégante. Et si ça ne vous plait pas, vous pourrez toujours appliquer un thème parmi ceux qui sont disponibles sur le Play Store. A vous de voir mais on est clairement en terrain connu. En fait, la présence des quelques applications de base par Sony ne m’ont pas gêné outre mesure dans la mesure où j’ai pu supprimer les applications « en trop ». Bien évidemment, il y a le support du PS4 Remote Play qui vous permettra de jouer à votre Playstation 4 avec les boutons virtuels ou avec une manette Dual Shock connectée en Bluetooth. Dans les petits plus, je vous rappelle bien évidemment le système de vibration dynamique pour apporter plus d’immersion dans vos contenus. De mon avis, c’est toujours un peu trop gadget mais apparemment, certains aiment alors pourquoi pas. Inauguré l’année dernière, on retrouve la fonction SideSense sur les bords latéraux qui permet de lancer une sorte de mini-lanceur afin de simplifier les usages à une main. Il faut s’y habituer et cette année, cela fonctionne bien mieux. Dans l’absolu, c’est pratique mais pas indispensable, peut-être est-ce une habitude à prendre.

Du côté des performances, on ne va pas trop vous surprendre puisque le Sony Xperia 1 Mark II embarque le meilleur SoC Android de cette année, à savoir le Qualcomm Snapdragon 865. Aussi, on retrouve des résultats aux différents benchmarks de haute volée. Dans l’ensemble, les benchmarks sont évidemment excellents et similaires à ce qu’on connait déjà, ils sont légèrement inférieurs à ceux d’autres smartphones utilisants le même SoC mais c’est clairement pas gênant au quotidien. Quelque soit vos usages, le Snapdragon 865 le fera sans sourciller. .

Critiqué avec sa batterie de 3300mAh seulement sur le Xperia 1, Sony se rattrape cette année avec une batterie de 4000mAh sur le Xperia 1 Mark II. Cela se ressent à peine sur le poids puisqu’on passe de 178g à 181g. En revanche, en terme d’autonomie, c’est bien mieux. On atteint pas forcément le niveau de ses concurrents directs comme le Oppo Find X2 Pro ou le Huawei P40 Pro mais le Sony Xperia 1 Mark II assure une journée entière et c’est bien là l’essentiel. Enfin, pour rappel, on retrouve le recharge sans-fil à 10W et une recharge rapide filaire Quick Charge 3.0/4.0 de Qualcomm avec une puissance de 21W mais limité par les 18W du chargeur fourni. On est loin des 65W en filaire ou 40W sans-fil de certains.

Photo et Vidéo

L’orientation de Sony avec le Xperia 1 Mark II ne plaira forcément pas à tout le monde. Pour faire simple, s’il est bien évidemment utilisable par le grand public dans la vie de tous les jours, Sony a clairement positionné son smartphone comme le smartphone des photographes et vidéastes avertis. Cette année, en plus de CinemaPro, une application dédiée à la capture vidéo, Sony propose PhotoPro, une application dédiée à la photo avec l’interface utilisateur qu’on connait des appareils photo Alpha de Sony. Si on est utilisateur d’un Alpha de Sony, inutile de vous dire qu’on est en terrain plus que connu, ce sont les mêmes réglages, les mêmes icônes, les mêmes menus dans l’application PhotoPro. On regrettera juste le non support à ce jour du format RAW qui aurait pris tout son sens avec une telle application. Sony a promis que cela arrivait, j’espère que ça ne prendra pas des mois… Dans tous les cas, ces applications Pro sont vraiment bien faites et étant photographe amateur moi-même, je m’y suis tout de suite senti à l’aise et qu’on soit clair, j’aurais aimé pouvoir avoir ces applications quelques soit le smartphone.

On retrouve ainsi un bloc photo composé principalement de trois appareils photo. En revanche, si Sony propose des capteurs de 48 Mégapixels ou plus pour tout le secteur et donc ses concurrents, le Sony Xperia 1 Mark II se la joue classique avec des capteurs d’une résolution de 12 Mégapixels. Ainsi, sur l’appareil photo principal, c’est un capteur Exmor RS de 12 Mégapixels au format 1/1.7″ avec un objectif grand angle de 24mm et une ouverture de F1.7. Sur le second appareil photo, on retrouve également un capteur de 12 Mégapixels avec un objectif téléphoto de 70mm soit un zoom optique de 3x et une ouverture de F2.4. Et enfin, le dernier appareil photo propose également un capteur de 12 Mégapixels avec un objectif ultra grand-angle de 16mm et une ouverture de F/2.2. A cela s’ajoute un capteur 3D iToF (pour Indirect Time of Flight) qui calcule instantanément la distance entre le smartphone et le sujet pour un autofocus rapide et précis.

Avec ce nouveau bloc photo, on notera que Sony n’a pas non plus souhaité prendre le train des zooms périscopiques comme le Huawei P40 Pro Plus ou le récent Oppo Find X2 Pro. Mais Sony n’arrive pas les mains vides et on retrouve surtout dans les entrailles du Xperia 1 Mark II un processeur BionZ, le même qui équipe le Sony Alpha 9 ou le Sony RX100 Mark VII, qui permet un traitement rapide des photos et des rafales allant jusqu’à 20 images par seconde ! Avec le capteur principal à double-diodes, le Xperia 1 Mark II possède un autofocus ultra rapide ! On retrouve ainsi la technologie EyeAF qui permet au Xperia 1 Mark II de faire la mise au point sur l’oeil et c’est d’une précision diabolique. Avec toutes ces technologies issues de sa division photo, Sony a pris le parti de rester du côté de la photo traditionnelle en minimisant les appels à l’intelligence artificielle. Du coup, tous les résultats sont avant tout un résultat physique avant un résultat algorithmique comme le Google Pixel 4 par exemple. Clairement moins grand public, cette stratégie ravira forcément les utilisateurs avertis.

Malgré toute cette débauche d’énergie à destination des utilisateurs avertis, il serait injuste de dire que Sony ait mis de côté le grand public. En effet, si on retrouve une application photo similaire aux années précédentes, elle a enfin été optimisée pour être définitivement agréable. Il n’y a plus les petites saccades et l’application répond au doigt et à l’oeil. Mieux, avec l’autofocus et cette réactivité logicielle, il est enfin agréable d’utiliser le déclencheur physique, chose que je n’utilisais jamais avant à cause d’un décalage avec l’application même, ce n’est plus cas et ça change la donne. En revanche, philosophie de Sony oblige, pas de mode Nuit mais une sorte d’exposition longue automatique.

En condition de luminosité idéale, le Sony Xperia 1 Mark II est capable de sortir des photos d’excellente qualité avec un beau niveau de contraste et un très bon respect des couleurs. Sony a dû revoir ses algorithmes pour permettre un juste équilibre entre couleurs et détails. Dans les faits donc, il y a très peu de chances que vous puissiez voir une différence avec un des concurrents mais en faisant du pixel-peeping, on remarquera un certain manque de détails par rapport au très gros capteurs. Les couleurs restent ainsi neutres et il n’y a pas de sur-contraste comme c’est souvent le cas chez la concurrence. En revanche, s’il y a un domaine où Sony peut encore s’améliorer, c’est au niveau du HDR. Il est présent et la dynamique est suffisante en soi mais on aurait peut-être aimé un traitement plus agressif. Pour le coup, on attend impatiemment le support des RAW pour voir jusqu’où on peut jouer avec la dynamique du capteur. Dans des conditions de faible luminosité, le Sony Xperia 1 s’en sort bien avec des photos détaillées et bien exposées. Comme on vous la dit plus haut, pas de mode Nuit donc si on arrive à avoir des résultats probants avec l’exposition longue automatique, ce n’est pas un mode Nuit, le Xperia 1 Mark II ne va pas voir dans la nuit pour vous.

Voici des exemples de photos avec l’application photo de base :

Voici des exemples de photos avec PhotoPro :

Concernant l’ultra grand-angle, c’est une focale plus qu’utile et j’aime toujours le rendu type fish-eye similaire à ce que propose une action-cam. Bien évidemment, Sony permet de rectifier l’effet fish-eye vers une photo plus linéaire et ce, en rognant un peu sur la photo. Dans tous les cas, les photos en ultra grand-angle sont plutôt réussies et elles ont l’avantage de proposer la même exposition que le capteur principal. Elle manque un peu de détails mais rien de bien grave. Côté zoom, le téléobjectif est moins lumineux déjà mais j’ai été agréablement surpris avec des photos bien rendus tant au niveau des couleurs que des détails. Cela manque de piqué par moment mais l’un dans l’autre, c’est parfaitement utilisable. Et enfin, du coté des selfies, on retrouve donc un appareil photo avec un capteur de 8 Mégapixels, et c’est le même que celui du Xperia 1. Si les photos sont assez classiques en soi, on apprécie le mode HDR plus maitrisé pour les selfies que pour les photos prises avec les appareils au dos.

On finit avec les vidéos prises avec le Sony Xperia 1 et sur ce point, le smartphone du constructeur japonais s’en sort très bien avec des vidéos claires et nettes. Le son stéréo est bien retranscrit. On regrettera qu’il n’y ait toujours pas de mode 4K à 60 fps sur le Xperia 1 Mark II. Sinon, on peut switcher entre les trois focales pour filmer. Mais le plus intéressant pour les plus vidéastes d’entre vous reste l’application Cinema Pro, développé en partenariat avec Ciné Alta, qui vous permet de contrôler au mieux les réglages d’enregistrement mais aussi l’utilisation des LUTs (profiles colorimétriques) pour donner un effet cinéma à vos vidéos. Bien évidemment, ça implique plus de travail et ce n’est clairement pas fait pour les vidéos prises à la volée mais si vous êtes capables de prévoir un minimum le résultat final que vous cherchez, vous obtiendrez des court-métrages de très haute volée. Ce mode n’est clairement pas pour le grand public mais il reste accessible. D’ailleurs, l’interface utilisateurs a été quelque peu revue pour être plus simple et rapide. Vous pourrez par exemple changer de plan de mise au point, ou même gérer vos vidéos en projet et ainsi ne pas inonder l’album photo de base.

Où l’acheter ?

Galerie Photo

Notre avis

ENFIN, c’est le mot qui nous vient à l’esprit après le test du Sony Xperia 1 Mark II. Son prédécesseur avait déjà posé les bonnes bases mais il lui manquait quelque chose comme une pointe d’originalité et surtout des petits tracas qui rendaient l’expérience au quotidien quelque peu ennuyeuse. Ce n’est pas le cas le Xperia 1 Mark II !

Le Sony Xperia 1 Mark II est un excellent smartphone en soi. Le design est des plus réussis et il est plus que complet. Les performances sont au rendez-vous tout comme l’autonomie qui, sans battre des records, est bien suffisante au quotidien. L’orientation qu’a pris Sony pour positionner le Xperia 1 Mark II comme un produit Sony Alpha est d'ailleurs ce qui permet d’avoir un smartphone qui se démarque quelque peu. Les utilisateurs de produits Alpha et les photographes avertis s’y sentiront comme à la maison.

Reste le prix qu’on trouve trop cher malheureusement, si l’offre avec l’excellent Sony WH-1000X Mark III atténue quelque peu la douleur au moment de passer à la caisse, quand l’offre ne sera plus, cela sera une autre histoire et c’est ce qui lui coûte facilement un point sur la note finale.

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Design, Finition et Ecran 4K
  • Cinema Pro et Photo Pro
  • La photo pour ceux qui savent
  • Déclencheur physique
  • Performances et Autonomie
  • Le port jack
  • Pas assez d'algorithmes en photo pour le néophyte (Mode nuit par exemple)
  • Pas de RAW encore
  • Recharge rapide un peu lente pour ce prix
  • Prix