Test

Test Altec Lansing Back Beat Classic, Plus et Pro

Audio

Par Laurent le

Plus connue pour ces kits enceintes multimédias que pour ses écouteurs, Altec Lansing propose néanmoins un certain nombre de modèles d’entrée et de moyenne gamme, dont la gamme Back Beat que nous allons tester aujourd’hui.

Modèle d’entrée de gamme, le Back Beat Classic est présenté comme délivrant un son cristallin. Son pendant basseux est le Back Beat Plus. Le Back Beat Pro domine la gamme, résolument tourné vers les musiciens et le milieu audio pro d’après la marque.

Comparo_Altec_04

Prix publics

  • Back Beat Classic : Environ 30€
  • Back Beat Plus : Environ 40€
  • Back Beat Pro : Environ 100€

Packaging

Le packaging de l’ensemble de la gamme est homogène et plutôt attirant. Chaque paire a sa propre couleur de boite, ce qui permet de les reconnaître rapidement.

Comparo_Altec_35

Altec Lansing ne s’embête en revanche pas avec les accessoires. les versions Classic et Plus sont livrées avec trois paires d’embouts silicone chacune, et c’est tout. Ici pas de housse, de rallonge de câble comme on peut en trouver chez la concurrence. La version Pro a droit quant à elle à quatre paires d’embouts silicone (une paire debiflanges en plus que ses congénères) et une housse souple assez pratique pour le transport mais pas vraiment protectrice.

Finition

La qualité générale des trois paires est très correcte, et les intras semblent solides. Seul le câble du Pro est vraiment fin, là où le câble qui équipe les versions Classic et Plus semble plus solide dans sa gaine nylon.

Comparo_Altec_52

Confort

Les trois paires sont des semi-intras et se placent à l’entrée du canal. Pas de souci particulier du côté du confort, les différentes tailles d’embouts fournies permettent à chacun de trouver chaussure à son pied, ou plutôt embout à son conduit.

En utilisation

Les trois modèles sont des semi-intras et se portent facilement. Ils sont assez discrets malgré leurs couleurs (noir et or) et sauront se faire oublier et passer inaperçus.

Comparo_Altec_12

En revanche les choses se détériorent pour les Classic et les Plus : Le câble, malgré son gainage, est très sensible aux parasites. Il devient difficile de porter les écouteurs sous les vêtements tant ceux-ci s’entendent dans les écouteurs, c’est vraiment très gênant.

Comparo_Altec_27

Les Pro quant à eux s’en sortent mieux, mais restent tout de même sensibles aux parasites.

Comparo_Altec_41

Les embouts silicone livrés avec les trois paires sont très souples et très fins, ils ne donnent pas l’impression de pouvoir durer très longtemps. Il faudra donc penser à les remplacer régulièrement.

Comparo_Altec_23

Au niveau des connecteurs, les Classic et Plus sont livrés avec un connecteur droit fin qui s’adaptera sans problème à tout type de baladeurs ou téléphones, même ceux de la pomme. Les Pro se démarquent par leur connecteur coudé assez impressionnant, qui ne se révèle à l’usage pas plus pratique qu’un droit.

Comparo_Altec_51

Isolation

L’isolation fournie par les trois paires est proche des autres modèles semi-intras du marché mais d’autres font mieux dans le domaine.

Comparo_Altec_28

Son

Configuration de test nomade

  • Source : Cowon S9, égaliseur à plat, aucun effet sonore

Le lecteur nomade phare d’une marque réputée, à la qualité audio au top, pour un test en conditions réelles.

> Wax Tailor – No Pity

Classic : Les Classic s’en sortent bien pour le prix. Le niveau de détails est très correct. La spatialisation est correcte également, mais la scène sonore n’est pas très large. Globalement tout est à sa place, avec une basse sèche qui descend correctement et un aigu ni coupé ni agressif. LesClassic sont plutôt clairs mais ce n’est pas très prononcé.

Plus : Il n’y a pas de moyen de se tromper, les Plus et les Classic sont faciles à distinguer. Le bas du spectre est gonflé par les Plus et surplombe le reste du message. Les Plus ne descendent pas plus bas que lesClassic , ni ne gagnent en résolution dans le bas. Ils se contentent de le gonfler artificiellement, sans que cela ne recouvre le reste néanmoins. Le tout sonne chaud,basseux, mais globalement un peu mou et sans réellement de vie.

Pro : Les Pro gagnent en scène sonore et en spatialisation. Le niveau de détails est bon, le tout est assez naturel et un peu chaud, chaloupé. Les Pro dénotent un léger manque d’énergie néanmoins sur ce morceau. Le spectre est néanmoins convenablement couvert et gagne aux extrêmes.

> The Prodigy – Omen
Morceau au combien compressé et surmixé, mais débordant d’énergie.

Classic : Les Classic ont une bosse dans le bas médium qui semble gonflé pour contrer leur coloration dans l’aigu. C’est assez pénible sur un morceau comme celui-là, dont les basses sont en avant. Les limites des écouteurs se font assez sentir. Cette bosse est vite pénible, tout comme le manque de spatialisation des Classic.

Plus : Les imperfections du mix ne sont pas trop discernables, de même que l’agressivité des aigus du début du morceau. La faute (ou le mérite) à des écouteurs au spectre étriqué. Le niveau de détails n’est pas formidable et les Plus manquent un peu d’énergie.

Pro : Le bond qualitatif est flagrant : Les Pro ont pour eux une meilleure spatialisation, un niveau de détails plus important, un spectre plus large et surtout une signature plus droite, non trafiquée. Ils semblent un peu plus énergiques que leurs congénères.

> Dub Pistols – Back To Daylight

Classic : La scène sonore n’est vraiment pas très large. La ligne de basse est complètement en avant. Le tout semble un peu moins bien défini que pour les Plus mais c’est très léger.

Plus : Dès l’introduction du morceau, les basses fréquences surplombent le reste, sans toutefois apporter du corps au message ni en gagnant sur l’extrême. La voix manque également un peu d’émotion. Sur ce morceau à la ligne de basse prédominante qui charpente le morceau, les Plus en font trop. Dommage car le reste du spectre sont bien traités.

Pro : Ce qui dénote tout de suite par rapport à ses deux congénères, c’est la spatialisation conférée par les Pro. LE tout est plus aéré, et la séparation des instruments est facilitée. Le rendu est également plus droit, la ligne de basse retrouve enfin sa place dans le message. Les Pro ne sont pas du tout froid mais manquent tout de même quelque peu de corps. Ils montrent un peu leurs limites sur ce morceau, et précisément sur la voix et le rythme.

> Slash’s Snakepit – Neither Can I

Classic : L’introduction est correctement rendue mais cela manque cruellement de détails. Les Classic sonnent plutôt chauds, ce qui est bienvenu sur ce morceau blues. Le tout est correct, la plupart des détails sont là, et le tout est agréable à écouter, sans manque flagrant ni agressivité.

Plus : Les notes pincées sur la fin de l’introduction sont bien rendues, mais le tout sonne un peu plat. Les basses en avant sont bien moins flagrantes que dans les morceaux précédents. L’harmonica manque de matière, tout comme la voix.

Pro : L’introduction est bien traitée, mais la scène sonore est vraiment sur un seul plan, là où la panoramique du morceau est vraiment en 3D. La séparation des instruments est correcte mais pas formidable. L’ambiancebluesy du morceau pâtit un peu du manque de corps des Pro, mais transparaît tout de même. Sur les passages énervés, il est tout de même un peu difficile de distinguer avec précision qui fait quoi.

> Devildriver – I’ve Been Sober

Classic : Sur ce morceau rapide demandant de la précision, les Classic bavent et mettent en avant gravement le bas médium, c’est à la limite de l’inécoutable. Difficile de distinguer quoi que ce soit.

Plus : Les Plus s’en sortent bien mieux, le tout est plus discernable mais reste déséquilibré et tout de même baveux. Les Plus manquent de puissance et d’aisance ; ils ont clairement du mal à suivre.

Pro : Les Pro sont bien meilleurs, plus homogènes, mais manquent tout de même de sensation 3D dans leur gestion de la scène sonore. Ils peinent également à suivre sur les couplets, et les coups detom surnagent quelque peu par rapport au reste.

> La Ruda – Lucile

Classic : L’introduction à la guitare acoustique est correctement traitée. La suite est moins glorieuse, la ligne de basse est en avant mais étouffée et baveuse. Le jeu des différents instruments estdifficilement discernable. Les Classic sont plus chauds que leurs congénères malgré ce qu’annonce la boite (son cristalliin).

Plus : Les Plus sont plus équilibrés que les Classic : La ligne de basse n’est pas beaucoup en avant et presqu’à sa place, mais elle bave tout de même légèrement. Le niveau de détails est correct.

Pro : L’introduction à la guitare acoustique est correctement traitée. Les détails se mélangent légèrement dans la suite, et la ligne de basse est un peu en avant. Le tout manque légèrement de vie mais le rendu est néanmoins très correct.

Conclusion

Comparo_Altec_49

Altec Lansing propose avec sa gamme BackBeat des produits dans la moyenne du marché, forts corrects mais pas extraordinaires.
Pour de l’entrée de gamme, les Plus sont à privilégier aux Classic, bien trop déséquilibrés. A peine 10€ plus chers, ils procurent une expérience musicale bien meilleure.
Les Pro sont quant à eux très intéressants. Pour moins de 100€, l’acheteur en aura pour son argent, avec un rendu homogène et globalement à l’aise sur tous les styles.

Note :

  • Back Beat Classic : 2/5
  • Back Beat Plus : 3/5
  • Back Beat Pro : 3/5

Galerie photo complète

Plus connue pour ces kits enceintes multimédias que pour ses écouteurs, Altec Lansing propose néanmoins un certain nombre de modèles d’entrée et de moyenne gamme, dont la gamme Back Beat que nous allons tester aujourd’hui.

Modèle d’entrée de gamme, le Back Beat Classic est présenté comme délivrant un son cristallin. Son pendant basseux est le Back Beat Plus. Le Back Beat Pro domine la gamme, résolument tourné vers les musiciens et le milieu audio pro d’après la marque.

Comparo_Altec_04

Prix publics

  • Back Beat Classic : Environ 30€
  • Back Beat Plus : Environ 40€
  • Back Beat Pro : Environ 100€

Packaging

Le packaging de l’ensemble de la gamme est homogène et plutôt attirant. Chaque paire a sa propre couleur de boite, ce qui permet de les reconnaître rapidement.

Comparo_Altec_35

Altec Lansing ne s’embête en revanche pas avec les accessoires. les versions Classic et Plus sont livrées avec trois paires d’embouts silicone chacune, et c’est tout. Ici pas de housse, de rallonge de câble comme on peut en trouver chez la concurrence. La version Pro a droit quant à elle à quatre paires d’embouts silicone (une paire debiflanges en plus que ses congénères) et une housse souple assez pratique pour le transport mais pas vraiment protectrice.

Finition

La qualité générale des trois paires est très correcte, et les intras semblent solides. Seul le câble du Pro est vraiment fin, là où le câble qui équipe les versions Classic et Plus semble plus solide dans sa gaine nylon.

Comparo_Altec_52

Confort

Les trois paires sont des semi-intras et se placent à l’entrée du canal. Pas de souci particulier du côté du confort, les différentes tailles d’embouts fournies permettent à chacun de trouver chaussure à son pied, ou plutôt embout à son conduit.

En utilisation

Les trois modèles sont des semi-intras et se portent facilement. Ils sont assez discrets malgré leurs couleurs (noir et or) et sauront se faire oublier et passer inaperçus.

Comparo_Altec_12

En revanche les choses se détériorent pour les Classic et les Plus : Le câble, malgré son gainage, est très sensible aux parasites. Il devient difficile de porter les écouteurs sous les vêtements tant ceux-ci s’entendent dans les écouteurs, c’est vraiment très gênant.

Comparo_Altec_27

Les Pro quant à eux s’en sortent mieux, mais restent tout de même sensibles aux parasites.

Comparo_Altec_41

Les embouts silicone livrés avec les trois paires sont très souples et très fins, ils ne donnent pas l’impression de pouvoir durer très longtemps. Il faudra donc penser à les remplacer régulièrement.

Comparo_Altec_23

Au niveau des connecteurs, les Classic et Plus sont livrés avec un connecteur droit fin qui s’adaptera sans problème à tout type de baladeurs ou téléphones, même ceux de la pomme. Les Pro se démarquent par leur connecteur coudé assez impressionnant, qui ne se révèle à l’usage pas plus pratique qu’un droit.

Comparo_Altec_51

Isolation

L’isolation fournie par les trois paires est proche des autres modèles semi-intras du marché mais d’autres font mieux dans le domaine.

Comparo_Altec_28

Son

Configuration de test nomade

  • Source : Cowon S9, égaliseur à plat, aucun effet sonore

Le lecteur nomade phare d’une marque réputée, à la qualité audio au top, pour un test en conditions réelles.

> Wax Tailor – No Pity

Classic : Les Classic s’en sortent bien pour le prix. Le niveau de détails est très correct. La spatialisation est correcte également, mais la scène sonore n’est pas très large. Globalement tout est à sa place, avec une basse sèche qui descend correctement et un aigu ni coupé ni agressif. LesClassic sont plutôt clairs mais ce n’est pas très prononcé.

Plus : Il n’y a pas de moyen de se tromper, les Plus et les Classic sont faciles à distinguer. Le bas du spectre est gonflé par les Plus et surplombe le reste du message. Les Plus ne descendent pas plus bas que lesClassic , ni ne gagnent en résolution dans le bas. Ils se contentent de le gonfler artificiellement, sans que cela ne recouvre le reste néanmoins. Le tout sonne chaud,basseux, mais globalement un peu mou et sans réellement de vie.

Pro : Les Pro gagnent en scène sonore et en spatialisation. Le niveau de détails est bon, le tout est assez naturel et un peu chaud, chaloupé. Les Pro dénotent un léger manque d’énergie néanmoins sur ce morceau. Le spectre est néanmoins convenablement couvert et gagne aux extrêmes.

> The Prodigy – Omen
Morceau au combien compressé et surmixé, mais débordant d’énergie.

Classic : Les Classic ont une bosse dans le bas médium qui semble gonflé pour contrer leur coloration dans l’aigu. C’est assez pénible sur un morceau comme celui-là, dont les basses sont en avant. Les limites des écouteurs se font assez sentir. Cette bosse est vite pénible, tout comme le manque de spatialisation des Classic.

Plus : Les imperfections du mix ne sont pas trop discernables, de même que l’agressivité des aigus du début du morceau. La faute (ou le mérite) à des écouteurs au spectre étriqué. Le niveau de détails n’est pas formidable et les Plus manquent un peu d’énergie.

Pro : Le bond qualitatif est flagrant : Les Pro ont pour eux une meilleure spatialisation, un niveau de détails plus important, un spectre plus large et surtout une signature plus droite, non trafiquée. Ils semblent un peu plus énergiques que leurs congénères.

> Dub Pistols – Back To Daylight

Classic : La scène sonore n’est vraiment pas très large. La ligne de basse est complètement en avant. Le tout semble un peu moins bien défini que pour les Plus mais c’est très léger.

Plus : Dès l’introduction du morceau, les basses fréquences surplombent le reste, sans toutefois apporter du corps au message ni en gagnant sur l’extrême. La voix manque également un peu d’émotion. Sur ce morceau à la ligne de basse prédominante qui charpente le morceau, les Plus en font trop. Dommage car le reste du spectre sont bien traités.

Pro : Ce qui dénote tout de suite par rapport à ses deux congénères, c’est la spatialisation conférée par les Pro. LE tout est plus aéré, et la séparation des instruments est facilitée. Le rendu est également plus droit, la ligne de basse retrouve enfin sa place dans le message. Les Pro ne sont pas du tout froid mais manquent tout de même quelque peu de corps. Ils montrent un peu leurs limites sur ce morceau, et précisément sur la voix et le rythme.

> Slash’s Snakepit – Neither Can I

Classic : L’introduction est correctement rendue mais cela manque cruellement de détails. Les Classic sonnent plutôt chauds, ce qui est bienvenu sur ce morceau blues. Le tout est correct, la plupart des détails sont là, et le tout est agréable à écouter, sans manque flagrant ni agressivité.

Plus : Les notes pincées sur la fin de l’introduction sont bien rendues, mais le tout sonne un peu plat. Les basses en avant sont bien moins flagrantes que dans les morceaux précédents. L’harmonica manque de matière, tout comme la voix.

Pro : L’introduction est bien traitée, mais la scène sonore est vraiment sur un seul plan, là où la panoramique du morceau est vraiment en 3D. La séparation des instruments est correcte mais pas formidable. L’ambiancebluesy du morceau pâtit un peu du manque de corps des Pro, mais transparaît tout de même. Sur les passages énervés, il est tout de même un peu difficile de distinguer avec précision qui fait quoi.

> Devildriver – I’ve Been Sober

Classic : Sur ce morceau rapide demandant de la précision, les Classic bavent et mettent en avant gravement le bas médium, c’est à la limite de l’inécoutable. Difficile de distinguer quoi que ce soit.

Plus : Les Plus s’en sortent bien mieux, le tout est plus discernable mais reste déséquilibré et tout de même baveux. Les Plus manquent de puissance et d’aisance ; ils ont clairement du mal à suivre.

Pro : Les Pro sont bien meilleurs, plus homogènes, mais manquent tout de même de sensation 3D dans leur gestion de la scène sonore. Ils peinent également à suivre sur les couplets, et les coups detom surnagent quelque peu par rapport au reste.

> La Ruda – Lucile

Classic : L’introduction à la guitare acoustique est correctement traitée. La suite est moins glorieuse, la ligne de basse est en avant mais étouffée et baveuse. Le jeu des différents instruments estdifficilement discernable. Les Classic sont plus chauds que leurs congénères malgré ce qu’annonce la boite (son cristalliin).

Plus : Les Plus sont plus équilibrés que les Classic : La ligne de basse n’est pas beaucoup en avant et presqu’à sa place, mais elle bave tout de même légèrement. Le niveau de détails est correct.

Pro : L’introduction à la guitare acoustique est correctement traitée. Les détails se mélangent légèrement dans la suite, et la ligne de basse est un peu en avant. Le tout manque légèrement de vie mais le rendu est néanmoins très correct.

Conclusion

Comparo_Altec_49

Altec Lansing propose avec sa gamme BackBeat des produits dans la moyenne du marché, forts corrects mais pas extraordinaires.
Pour de l’entrée de gamme, les Plus sont à privilégier aux Classic, bien trop déséquilibrés. A peine 10€ plus chers, ils procurent une expérience musicale bien meilleure.
Les Pro sont quant à eux très intéressants. Pour moins de 100€, l’acheteur en aura pour son argent, avec un rendu homogène et globalement à l’aise sur tous les styles.

Note :

  • Back Beat Classic : 2/5
  • Back Beat Plus : 3/5
  • Back Beat Pro : 3/5

Galerie photo complète