Test

[Test] Diluvion – Salut ! On se fait l’abysse ? [PC]

Notre avis
8 / 10

Par Corentin le

Vu une première fois à la gamescom sur le stand de Gambitious – mais si, rappelez-vous, ceux qui avaient déjà édité RunGunJumpGun – je dois bien avouer que Diluvion m’avait tapé dans l’œil. Jeu d’exploration à la direction artistique en 3D d’apparence classique, le jeu se révèle bien plus charmant que prévu lorsqu’il se met à représenter l’intérieur des différents bâtiments en vue de tranche, dans une jolie 2D simple, un peu comme on représenterait une maison de poupée. Vous incarnez le capitaine d’un sous-marin qui tentera de sortir l’humanité des profondeurs abyssales, et pour ce faire, vous irez de quête en quête, d’abri en abri, tout en gardant un œil sur vos réserves d’oxygène, de nourriture, de munitions et sur l’état de la structure de votre navire. Bienvenue dans Diluvion moussaillon !

Diluvion 00

Des hommes et des dieux

À un moment de son histoire, l’humanité a rendu les dieux chonchons. Ont-ils oublié de leur renvoyer un poke sur Facebook ? Ont-ils proposé de partager l’addition à la fin d’un repas durant lequel les dieux ont été invités ? Non, en réalité, ils ne faisaient rien qu’à se mettre sur la tronche et du coup, les dieux ont dit « Stop. Vous saoulez, puisque c’est comme ça, hop ! Tout le monde à la flotte et on recouvre la surface d’une immense couche de glace impénétrable. Ça devrait vous calmer. » L’humanité était bien embêtée, mais une déesse un poil moins énervée que ses congénères a décidé malgré tout de leur laisser une dernière chance en cachant tout au fond de l’océan une relique qui, si elle venait à être découverte, représenterait leur carte « sortie de prison ». C’est ainsi bien décidés à sortir du congélateur, que différents capitaines de sous-marins, dont vous, vont essayer de tout faire pour mettre la main sur l’artefact en question. Ce dernier serait au fond d’un certain « passage infini » et il représentera le MacGuffin de toute l’aventure.

Diluvion 14

Le jeu démarre et on ne peut pas dire que votre submersible soit un foudre de guerre. Il n’y a que vous et votre fidèle second, Jay, qui gère la timonerie (les moteurs quoi) à l’intérieur d’un vaisseau même pas capable de descendre sous les 200 mètres avant d’imploser. Avant même de vous atteler aux quêtes des légendes, vous devrez donc recruter un équipage digne de ce nom et améliorer votre tas de ferraille pour qu’il puisse résister aux pressions des profondeurs. Lâché dans un monde ouvert, il vous incombera de faire escale dans différentes villes et abris encapsulés qui, déjà, vous permettront de vous réapprovisionner gratuitement en oxygène.

Diluvion 10

La vie aquatique

C’est là que la magie de Diluvion opère. À chaque fois que vous aborderez un navire échoué, un abri ou même à chaque fois que vous voudrez regarder dans votre propre bâtiment, on vous affichera l’intérieur grâce à une vue de tranche en 2D où tout est dessiné de manière assez simple. Les personnages ont des bouilles adorables, le teint parfois rouge, ils tirent souvent de drôles de tronches. Au joueur de cliquer sur ceux qui souhaitent parler pour, par exemple, les recruter dans son équipage. Cependant, d’autres ne voudront pas vous rejoindre, mais simplement commercer, vous donner des quêtes ou vous dire à quel point le grog du bar n’est pas bon.

Diluvion 05

Une fois à bord, il faudra assigner tout ce petit monde à un poste dans le sous-marin. Ils sont au nombre de quatre : timonerie (qui influe sur la puissance des moteurs), artillerie (pour tirer plus ou moins précisément et rapidement de petits morceaux de métal), torpilles et sonar. Chaque poste se focalise sur deux qualités, comme la force et l’endurance, ou bien la perception et l’intelligence, ou bien la perception et la force. À vous de trouver la bonne configuration en fonction des situations, des qualités des uns et des défauts des autres.

Diluvion 04

Vous pouvez d’ailleurs changer les rôles à tout moment, mais attention, car en cas d’escarmouche avec un autre bâtiment, tout se fera en temps réel et votre adversaire continuera à vous canarder pendant que vous vous demandez qui de Pierre ou de Jacques devrait aller donner un coup de main aux torpilles. Heureusement, en cas d’urgence, on vous donne accès à une sorte de « bullet time » en maintenant une touche ce qui permet de réorganiser vos troupes en une fraction de seconde. Notez enfin qu’il est possible de laisser les marins dans leurs quartiers. Cela pourra se révéler utile quand le vaisseau est endommagé, car plus vous aurez de personnel oisif et plus les réparations iront vite.

Diluvion 09

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *