Test

Test du Asus ZenFone 3 (ZE520KL) : plus élégant, moins surprenant

Android

Par Gaël Weiss le

Après un ZenFone 2 au rapport qualité-prix aussi séduisant que son design était grossier, Asus revient cette année avec un ZenFone 3 largement revu. Que ce soit en termes de design ou en termes de composants, Asus a décidé – à raison selon nous – de prendre en compte les remarques de ses acheteurs de 2015 et de proposer cette année un téléphone plus fin, plus élégant, mais toujours doté d’un rapport qualité-prix intéressant. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le ZenFone 3.

test-zenfone-3-jdg-7

NomZenFone 3 (ZE520KL)
Taille de l'écran5,2 pouces
Définition de l'écranFull HD (1920 × 1080 pixels)
SoCQualcomm Snapdragon 625 (8 × Cortex A-53 @ 2 Ghz)
Mémoire vive4 Go
Mémoire interne64 Go
Port micro-SDOui (jusqu'à 128 Go)
Batterie2650 mAh
Appareil photo dorsalSony IMX 298
16 MP
ouverture f/2.0
Stabilisation optique
Autofocus laser
Appareil photo frontal8 MP
ouverture f/2.0
Version d'AndroidAndroid 6.0.1 Marshmallow + ZenUI 3.0
Dimensions146,87 × 73,98 × 7,69 mm
Poids144 grammes
Carte SIM1 × nano-SIM (1)
1 × micro-SIM (2)
Capteur d'empreintes digitalesOui (au dos)
Connectique1 × port USB type-C 2.0
Wifi 802.11 b/g/n/ac
Bluetooth 4.2
NFCNon
Connectivité4G de catégorie 7
ColorisBleu nuit, Blanc, Or
DASTête : 0,278 W/Kg
Corps : 0,938 W/Kg
Prix379 euros

Un mot sur la fiche technique avant de commencer. Le Zenfone 3 se situe dans cette nouvelle gamme de smartphones que l’on a vu naître il y a maintenant deux ans avec le OnePlus One, qui associe prix raisonnable (sous la barre de 400 euros) et fiche technique à la limite du haut de gamme. Pour parvenir à ce compromis, Asus a toutefois dû faire quelques concessions. Le Zenfone 3 dispose d’un SoC de milieu de gamme, d’un écran Full HD et ne supporte pas le NFC et la bande de fréquence 4G des 700 MHz. En contrepartie on trouve un capteur photo de 16 MP doté de la stabilisation optique, d’un port USB Type-C et d’un capteur d’empreinte digitale.

À noter enfin que la version du ZenFone 3 qui a été testée est la version dite ZE520KL. Il s’agit de la version 5,2 pouces de l’appareil, dotée d’une batterie de 2650 mAh. Il existe également une version ZE552KL du ZenFone 3, dont les seules différences – a priori – concernent la diagonale d’écran (5,5 pouces) ainsi que la batterie, de 3000 mAh. Il est vendu plus cher, 399 euros au lieu de 379.

[nextpage title= »Design et écran »]

Un design soigné et élégant

On le disait en introduction, si le ZenFone 2 avait été plutôt bien reçu l’année dernière, son design ne faisait clairement pas l’unanimité. Gros et même plutôt grossier, on ne pouvait pas vraiment dire qu’il était très élégant. Avec le Zenfone 3, on sent qu’Asus a voulu corriger le tir. Ici, on tient un appareil entièrement recouvert de verre, à la silhouette fine (moins de 8 mm d’épaisseur) et entourée d’une tranche en métal.

test-zenfone-3-jdg-1

Le toucher est plutôt agréable et donne la sensation de tenir un appareil haut de gamme entre les mains. Verre oblige, il a tendance à marquer les traces de doigts qui, il faut bien l’admettre, se voient assez peu sur notre version blanche. Asus a également opté pour du verre 2,5 D et des tranches arrondies qui confèrent une prise en main confortable au téléphone. Attention toutefois, il a tendance à être assez glissant.

test-zenfone-3-jdg-8

Le dos du ZenFone 3 rappelle beaucoup celui du Galaxy S6. Et pour cause, il est difficile de ne pas remarquer le capteur photo qui dépasse vraiment beaucoup de l’arrière du téléphone. Une bosse qui fait plus d’un millimètre d’épaisseur et qui n’est franchement pas très esthétique. Sous ce capteur photo se trouve un capteur d’empreinte digitale, capable d’enregistrer jusqu’à 5 empreintes maximum. Un capteur qui manque d’ailleurs de réactivité comparé à ce que l’on connaît chez Huawei, Honor ou Samsung.

test-zenfone-3-jdg-6

test-zenfone-3-jdg-9

Ce ZenFone 3 n’est sûrement pas le téléphone le plus original ou le plus joli que l’on a pu tenir entre nos mains cette année. Mais il marque un net progrès par rapport à l’année dernière et fait beaucoup plus premium que le ZenFone 2. Un appareil que l’on n’aura pas honte de sortir.

test-zenfone-3-jdg-3

Un bel écran

On le disait en introduction, il y a deux types de ZenFone 3 cette année, l’un de 5,5 pouces et l’autre de 5,2 pouces. Notre exemplaire de 5,2 pouces dispose d’une dalle IPS. Du très classique pour un téléphone de cette gamme de prix donc. Dans l’ensemble, l’écran est plutôt bon. Sa luminosité est excellente. Ses couleurs me semblent un peu vives, mais il est possible de les régler assez finement dans les options du téléphone. Quant aux angles de vision, ils sont irréprochables.

test-zenfone-3-jdg-5

Je n’aurai finalement que deux petits défauts à relever. Sur le modèle blanc fourni par Asus, le cadre noir qui entoure l’écran est très voyant. Un cadre assez épais et peu esthétique. Deuxième petit défaut, j’ai l’impression que la dalle est assez éloignée du verre de protection. Ce n’est pas très prononcé, mais on est assez loin de ce qu’affiche le Honor 8 ou les smartphones haut de gamme comme le Galaxy S7 ou le HTC 10. Rien de bien grave toutefois, ce sont des défauts que l’on oublie assez vite au quotidien.

[nextpage title= »Logiciel et performance »]

ZenUI : exhaustif mais vraiment fouillis

Vous aimez la simplicité, la sobriété et les interfaces qui vont à l’essentiel ? Alors fuyez ce ZenFone 3 ou installez rapidement un nouveau launcher. Si le téléphone est installé sous Android 6.0.1 Marshmallow, c’est la surcouche ZenUI 3.0 qui l’anime. Une surcouche qui a peut-être le mérite de l’exhaustivité, mais qui est tellement chargée et fouillis que l’on s’y perd rapidement.

Est-ce qu'on peut parler de ce clavier Asus ?
Est-ce qu’on peut parler de ce clavier Asus ?

Alors, OK, il est possible de personnaliser tout ou presque sur cette interface, que ce soit les icônes, les fonds d’écrans, les couleurs, la disposition des raccourcis dans la barre de notification, bref, de faire un peu tout ce que l’on souhaite. J’apprécie également beaucoup le fait que chaque application qui affiche une notification dispose d’un petit chiffre à côté de son icône pour montrer, par exemple, le nombre de messages non-lus. On se demande pourquoi Android ne le fait pas de base.

Si quelqu'un comprend ce que veulent dire les boutons en bas du mode multitâche, je suis preneur.
Si quelqu’un comprend ce que veulent dire les boutons en bas du mode multitâche, je suis preneur.

Une fonctionnalité bien pratique, mais en contrepartie, on se retrouve rapidement noyé sous des tonnes de notifications qui proviennent d’une grosse trentaine d’applications toutes plus inutiles les unes que les autres installées d’office sur le téléphone. Avoir des fonctionnalités en plus, c’est bien, mais encore faut-il qu’elles soient bien présentées et intégrées.

Des performances en retrait par rapport aux ténors du genre

Un mot sur les performances du téléphone. L’année dernière Asus avait opté pour des puces haut de gamme en provenance d’Intel. Cette année, le Taïwanais est allé se fournir du côté de Qualcomm avec un son tout nouveau Snapdragon 625. Une puce de milieu de gamme composée de huit coeurs Cortex A-53 cadencés à 2 GHz et épaulée par 4 Go de mémoire vive. Nous avons comparé ses performances à celles de ses principaux concurrents du moment, le Honor 8 et le OnePlus 3.

 ZenFone 3 (ZE552KL)Honor 8OnePlus 3Samsung Galaxy A5 (2016)
Antutu62 935 points90 086 points140 389 points42 082 points
GeekBench (mutlicore)4 035 points4 830 points5 466 points3 858 points
3D Mark (Slinghsot)467 points956 points2 481 points327 points
PC Mark6 665 points6 569 points7 048 points4 034 points

Si l’on s’en tient uniquement aux benchmarks, le ZenFone 3 se situe un cran derrière les ténors du genre que sont le Honor 8 et le OnePlus 3. Attention, toutefois, ces deux appareils sont dotés de puces haut de gamme, tandis que notre Zenfone 3 dispose d’une de milieu de gamme. Ses scores sont d’ailleurs très honorables si l’on s’en tient uniquement à la partie CPU (PC Mark, Geekbench). Si l’on s’en tient à la partie graphique, c’est en revanche assez décevant et loin derrière la concurrence.

Rien de bien grave toutefois, au quotidien, le ZenFone 3 se comporte comme un charme. Le téléphone est très fluide et tous les gros jeux mobiles actuels (Pokémon Go, HearthStone, Clash Royale) tournent parfaitement sur le téléphone. Ce sera peut-être moins le cas quand sortiront des jeux en 3D gourmand à l’avenir.

[nextpage title= »Photo et autonomie »]

Un appareil photo convaincant

Pour le ZenFone 3, Asus a vu grand avec un capteur de 16 MP, en provenance de Sony. Un capteur dont Asus ne cesse de vanter les mérites dans sa communication et qui ferait du ZenFone 3 l’un des meilleurs photophones du moment. Si l’on s’en tient uniquement à l’application photo, il est difficile de dire le contraire. Cette dernière est vraiment très complète. Elle comprend un mode manuel très complet, une foultitude d’options en tout genre (HDR auto, balance des blancs, ISO, retardateur…) et se montre en sus plutôt ergonomique. Les amateurs de photo seront comblés.

app-photo-zenfone-3

Concernant les photos en elles-mêmes, il faut bien admettre que le résultat est vraiment probant. Le capteur a certes une légère tendance à sous-exposer les clichés (mieux vaut ça que l’inverse, après tout), mais cela lui permet d’avoir un rendu des couleurs superbe. Quand les conditions de luminosité sont bonnes, les clichés sont pratiquement irréprochables. On ajoutera à cela un capteur vraiment rapide et une gestion de la lumière vraiment propre. Rien à redire en plein jour.

p_20161005_191114_vhdr_auto

p_20161006_080345_vhdr_auto

p_20161006_145226_vhdr_auto

p_20161006_145605_vhdr_auto

p_20161006_145721_vhdr_auto

Je suis toutefois un peu moins convaincu lorsque la luminosité vient à manquer ou sur les macros. Si le rendu global est correct, il y a beaucoup de bruit en basse luminosité et les détails des textures (sur la peluche de notre photo, par exemple) manquent de précisions.

p_20161006_150055_vhdr_auto

p_20161006_151208_vhdr_auto

p_20161006_150150_vhdr_auto

Concernant l’autonomie du ZenFone 3, ce dernier est dans la norme des smartphones de 2016. Il est capable de tenir une journée et demie sans avoir besoin de le recharger, pour peu qu’on l’utilise « normalement » (un peu de réseaux sociaux, de la musique et utilisation du browser Internet). Sa batterie, a priori un peu juste, de 2 650 mAh ne semble pas trop l’handicaper.

test-zenfone-3-jdg-10

À noter pour finir que le téléphone est fourni avec un adaptateur de 10 Watts (5 Volts, 2 Ampères) et ne dispose pas d’un quelconque système de charge rapide.

[nextpage title= »Conclusion »]

Conclusion

Notre avis

Si le ZenFone 2 nous avait séduits pour son rapport prix-performance l’année dernière, le ZenFone 3 penche plutôt du côté rapport qualité global-prix. C’est peut-être une nuance, mais elle a son importance. Asus a bien pris en compte les critiques formulées à l’encontre de son précédent smartphone et a considérablement amélioré le design et la prise en main.

Le Zenfone 3 dispose également d’un bel écran et surtout d’une partie photo très solide. Avec son capteur de 16 MP, il ne fait aucun doute que c’est l’un des meilleurs photophone que l’on puisse trouver actuellement sous la barre des 400 euros.

Le problème de ce ZenFone 3, c’est qu’il souffre beaucoup de la concurrence actuelle des autres smartphones placés sous la barre des 400 euros. D’un point de vue performance, par exemple, il est beaucoup moins puissant qu’un OnePlus 3 et ou un Honor 8. Il y aurait également beaucoup à redire sur l’aspect logiciel et esthétique de ZenUI, certes complet, mais vraiment trop fouillis.

Au final, le ZenFone 3 est un bon téléphone, certes, mais il ne parvient pas à atteindre l’excellence de ses concurrents. Le OnePlus 3 ou le Honor 8 sont des appareils très équilibrés associant puissance, détails qui comptent sur les appareils haut de gamme (recharge rapide, NFC…) et design. On a l’impression que le ZenFone 3, ne parvient pas à remplir l’intégralité de cet exigeant cahier des charges.

7 / 10