Test

Test : EarSonics SM2 DLX vs Westone UM3X

Audio

Par Sylvain le

La sortie du modèle universel 3 voies Westone UM3X était attendue par tous les acteurs de la profession comme un évènement majeur. Fort du succès international obtenu avec les produits UM1 et du succès de l’UM2, l’attente était donc forte ! Le modèle UM3X vient alors à point nommer couronner cette gamme destinée selon les termes du constructeurs avant tout aux musiciens et aux professionnels de la scène. Paradoxe étant, cette gamme est très appréciée également des mélomanes, comme quoi les orientations marketing peuvent ne pas être suivies à la lettre…

L’UM3X est annoncé sur le papier comme étant un véritable 3 voies, désigné pour le musicien.

Dans ce test nous allons le confronter au modèle universel EarSonics SM2 DLX qui bien que ne proposant pas une technologie équivalente en terme de nombre de voies et de transducteurs se présente sur le marché comme une référence appréciée tant des professionnels que des mélomanes et se situe en terme de tarif dans la même gamme. La rencontre était donc inéluctable !

Earsonics SM2 024

Spécifications, photos

Earsonics SM2 016

EarSonics SM2 DLX
Sensibilité : 119 dB/mW
Réponse en fréquences: 20 Hz -18 kHz
Impédance : 16 ohms
Driver: 2 transducteurs avec filtre passif 2 voies
Livré avec câble identique à celui monté sur les versions moulés de la marque, outil de nettoyage, housse de transport, 3 paires embouts mousse. Disponible en coloris Blanc, noir, ou translucide

UM3X-004

Westone UM3X
Sensibilité : 124 dB/mW
Réponse en fréquences: 20 Hz -18 kHz
Impédance : 56 ohms
Driver: 3 transducteurs avec filtre passif 3 voies
Livré avec : câble torsadé, outil de nettoyage, housse de transport, 4 paires de mousses

Packaging des 2 modèles

Earsonics SM2 020

SM2 DLX : EarSonics décline à présent son modèle SM2 en 2 versions, soit standard ou en version luxe sous l’appellation DLX, la différence résidant dans l’utilisation d’un câble torsadé à l’identique de celui employé dans sa gamme professionnelle. Le package est sans fioriture, on y retrouve dans une petite boite carton sous blister l’intra et une petite boite sérigraphiée de la marque. Dans le SET, on trouve 3 paires de mousses, ainsi qu’un outil de nettoyage.

Earsonics SM2 001

UM3X : Le package est identique au modèle UM2 de la marque, on y retrouve donc la housse, 4 paires de mousses + un outil de nettoyage.

Qualité de fabrication

Earsonics SM2 011

Les 2 produits proposés sont le fruit de 2 sociétés qui jouissent d’une excellente réputation et au vu de ces derniers rien est à déplorer !

Earsonics SM2 025

Confort d’utilisation

Les SM2 présentent des formes beaucoup moins fluides que celles de l’UM3X, mais ce dernier est un peu plus volumineux. Pour faire simple, si votre oreille est de taille respectable, vous ne connaîtrez aucun désagrément lié à de quelconques frottements en utilisation même prolongée avec l’un ou l’autre des intras.

Ecoute Comparative critique

Les choses sérieuses commencent, et je devine votre impatience :).

Pour rappel, le ressenti est évidemment très personnel et sa retranscription est propre au vécu, à la manière de s’exprimer, au vocabulaire utilisé, autant de facteurs qui relèvent du subjectif, et qui peuvent entacher la perception du lecteur. Il faut également remettre les propos dans leur contexte de test.

Matériel de test

Cowon S9 tout EQ à plat, fichier type FLAC sans compression. Afin d’appréhender pleinement tout le potentiel de chaque intra, j’ai dans ce test utilisé des Earmolds pour mes sessions d’écoutes.

L’écoute critique

Sélection au sein de ma playlist, je m’attacherai à focaliser mon attention sur une petite série de morceaux ciblés en terme de styles différents. Au travers cette sélection je vais essayer de traduire le plus exactement possible mon ressentit avec une volonté des plus discriminantes

Rain Tree Crow – « Pocket Full Of Change » / 1991

Où David Sylvian, le temps d’un album reforme son groupe Japan, mais ici point n’est question de New Wave, tous les musiciens sont acquis à la cause « Sylvianesque » Le morceau joué est plus à qualifier dans le registre Electro-Jazz. Formation composée de basse batterie guitare et voix avec une prise de son très directe mettant en avant la voix d’une part + le jeu basse batterie d’autre part.

SM2 DLX : Les SM2 affichent d’entrée la couleur, ici point n’est le jeu de grands élans appuyés incontrôlés, tout est affaire plutôt de douceur et subtilités. Une grande cohésion dans la stabilité des plans !

Belle aération et réverbération, laissant la part belle à une excellente définition des cymbales, une clarté des aigus étonnante et une voix teintée d’émotion qui semble néanmoins manquer quelque peu d’appui dans le bas médium. Le registre grave est bien maîtrisé mais souffre quelque peu de rondeurs excessives, on aurait souhaité davantage d’impact et de lisibilité dans ce registre qui aurait distillé un peu plus de peps au message. Le morceau s’apprécie de par l’homogénéité restituée sans fatigue ni agressivité.

UM3X : D’entrée on est interpellé par le rendu des UM3X se traduisant par un gain sur l’articulation du bas médium et un registre grave mieux définit, plus nuancé. La voix également profite de cette assise supplémentaire pour gagner en définition et puissance émotionnelle. Ici en revanche, les ambiances de réverbérations, d’aérations sont plus courtes, la faute incombant aux aigus qui « coupent » relativement tôt. C’est une évidence, on sent que cet Ear est conçu pour laisser la part belle à une excellente définition sur le registre grave/médium… surement un parti pris du constructeur !

Verdict : L’UM3X module plus au niveau de la dynamique et de l’impact, procurant de la définition dans le bas du spectre. Toutefois, il ne peut lutter contre la finesse de l’aigu du SM2. En résumé l’UM3X s’attelle à nous donner du groove quand le SM2 qui semble plus en retenu privilégie l’émotion avec plus de finesse et de définition même à fort volume.

The Who – Who Are You / “Who Are You” / 1978 (remastered edition 1996)

Groupe mythique des années 70 que l’on ne présente plus, qui n’a pas rêvé de vocaliser comme le chanteur Roger Daltrey, ou encore jouer de la batterie comme Keith Moon… Le morceau choisit est le titre éponyme de l’album, où Daltrey éructe, et Moon tape comme un diable… avant de « rejoindre » un autre monde… Un disque à posséder impérativement et il devrait être remboursé par la sécurité sociale J.

SM2 DLX : Les différentes voix sont rendues avec naturel, les guitares et claviers saturés à souhait s’en donnent à cœur joie. Les SM2 ne perdent pas pieds et savent aller chercher les petites nuances dans la masse. Le jeu de basse batterie bien identifié est quelque peu en retrait au niveau clarté et impact. Par contre les petites subtilités comme le frottement sur les cordes de guitares, les cymbales sont restituées avec la plus grande vérité.

UM3X : Les guitares saturées et les voix gagnent en présence et impact cette fois. Le jeu de batterie devient plus punchy également. Par contre une fois encore toutes les nuances et subtilités sont écourtées !

Le jeu de cymbales est à peine lisible, noyée dans la masse, lors du solo de guitare, les cordes sonnent de manière moins naturelle.

Verdict : Ce morceau s’écoute à forte puissance 🙂 Les UM3X auraient gagné mes faveurs sur le papier, seulement bien qu’ils « envoient » beaucoup, ils pêchent justement par leur excès et se trouvent pénalisés par leur manque de définition dans le haut du spectre se traduisant par une légère agressivité.

Art Mengo – Live Au Mandala / “Mon Voisin » / 1997

Café concert, salle très intimiste réservée à une poignée d’auditeurs.

SM2 DLX : Prise de son très directe liée à la configuration du local, mise en valeur sans concentration particulière à exercer. La voix rauque se détache facilement du reste des instruments. L’échange avec le saxophoniste est bien traduit. La section batterie joue sans déborder sur le reste.

UM3X : Dès les premiers instants, ici le saxophone s’est rapproché, la batterie claque plus procurant davantage de dynamique et de groove. La voix a également plus d’assise. Cependant l’UM3X impose comme tendance la simplification à outrance. Exit la petite réverbération très courte reconnue sur les SM2. En un mot plus de dynamique et de puissance subjective qui nous octroient un gain de luminosité, mais moins de définition et de nuances en contre partie.

Verdict : L’UM3X remplit complètement son rôle à savoir donner sans artifices tous les éléments qui constituent le morceau, seulement même si l’impact et la dynamique sont au RDV, elles risquent à terme (j’en ai crainte) de créer une légère fatigue liée à cette petite agressivité récurrente dans le haut du spectre. Les SM2 qui pourraient être taxés de “timides” de prime abord risquent sur le long terme de remporter la préférence par le fait qu’ils déploient davantage de naturel, et ce encore une fois dans le registre aigu.

Charly Antolini – In The Groove / “Jesus Christ Superstar” / 1980

Batteur de génie, au sein d’une petite section Jazz, cet artiste délivre son talent, c’est beau à pleurer, il faut je vous le conseille avoir au moins une fois écouté ce disque, et vous ne regarderez plus jamais une batterie avec la même vision !

SM2 DLX : Les SM2 suivent sur ce morceau particulièrement technique. Les roulés de caisses claires sont rapides, définis, on ressent très bien les impacts sans confusion ni effort de concentration particulier. Les SM2 assurent sans broncher, on sent très bien le dialogue entre chaque voie, ainsi que la partition des autres instruments ! A la fin du morceau c’est l’avalanche de coups de grosses caisses de martèlement de futs, mais les SM2 résistent !

UM3X : Dès les premières notes ont sent la fougue des UM3X J ! Le saxophone insiste plus cette fois, les coups de grosses caisses sont plus marqués et présents également… peut-être même un peu trop à mon goût ! Mais assurément sur ce type de morceau les UM3X vont plus loin dans le bas du spectre. Ici encore force est de constater avec une certaine déception que le registre aigu ne suit pas complètement, il occulte le plaisir de profiter pleinement de l’excellente prestation du batteur en infligeant un rendu fouillis et brouillon au message dans le registre haut médium/aigu qui lorgne beaucoup trop du côté « bright nasillard » !

Verdict : Les SM2 bien que n’ayant pas la faculté de traduire l’impact par la puissance et la précision dans le registre grave s’en sorte de manière beaucoup plus subtile sur des critères d’homogénéité et naturel.

Patricia Barber – Moderncool / “You & The Night & The Music” / 1998

Chanteuse de jazz de grand talent, enregistrement de toute beauté, label Blue Note…

SM2 DLX : Morceau dans la plus pure tradition de jazz, voix contre basse, piano batterie. Le SM2 se plait est à l’aise sur ce type de musique, où le jeu de contre basse est facilement lisible bien que l’on souhaiterait davantage d’articulation afin d’assister le groove. Le piano impose sa puissance avec de belles attaques en toute liberté. La batterie claque avec autorité également. La voix est quant à elle de toute beauté, toute en finesse et sensualité.

UM3X : Comme déjà ressenti sur les autres morceaux testés, l’articulation se fait d’emblée ici de manière plus appuyée. La contre basse présente davantage de corps, de volume et de définition. La batterie claque plus. On gagne fortement sur ce registre en lisibilité. En revanche, la section piano est moins naturelle, sonnant plus sec, avec moins d’ampleur également. Ici la voix est globalement comparable à la restitution du SM2, au détail près mais de taille : dès que la chanteuse monte dans les octaves, c’est beaucoup moins coulé !

Verdict : Il faudrait peu pour que les UM3X nous donnent une belle émotion, juste une section aigue un peu plus travaillée…

Bjork – Vexpertine / « Pagan Poetry“ / 2001

Quand Bjork nous concocte un album axé sur les jeux de voix

SM2 DLX : Morceau dans la pure veine de l’artiste fourmillant de détails. Les SM2 relèvent le défi, les différentes atmosphères sont bien toutes à leur niveaux, ça fuse de partout sans débordements.

Les différentes sections voix sont à leur juste hauteurs et placement dans l’espace. Les envolées instrumentales s’installent avec une belle autorité. A noter seulement un léger déficit d’articulation dans la partie basse, sans toutefois handicaper la dynamique et l’articulation générale.

UM3X : Ici encore dès les premières notes, le sentiment de clarté accrue se fait sentir, une meilleure articulation dans le grave et bas médium donne de l’élan et de la vie au morceau. Seulement cette fois Bjork donne l’impression de crier davantage plutôt que de chanter. Toutes les petites subtilités sont bien présentes, comme carillon, triangle… la puissance est au RDV, mais le naturel et la finesse font cruellement défaut ! Un signe qui ne trompe pas, dès que le message se complexifie et s’intensifie en puissance, on est tenté de baisser le volume !

Verdict : Sur ce type de morceau, les UM3X ont tendance à en faire trop. La sagesse des SM2 qui pourrait faire défaut au premier abord se révèle être redoutable dans la durée.

Conclusions

SM2 DLX

Les + :
– Naturel, précis, une capacité à traduire les messages complexes avec beaucoup de naturel. Une section haut médium aigu particulièrement bien travaillé lui permettant d’être rarement mis en défaut
– Neutre, capable d’encaisser de forts volumes sans saturations
– niveau de distorsion faible et respect de l’homogénéité des plans sonores

Les – :
– Un bas du spectre un peu rond, là où parfois on souhaiterait davantage d’impact claquant pour conforter l’intelligibilité, et la luminosité

UM3X

Les + :
– Grande dynamique, Ear enjoué affublé d’une belle santé, dynamique à souhait, basses détourées, tendues et claquantes

Les – :
– Un haut médium aigu un peu râpeux, parfois limite nasillard/bright, mais symptomatique de la marque
– perte de définition et naturel à fort volume

Notation

SM2 DLX

Earsonics SM2 010

Dynamique subjective : 3/5
Respect des timbres : 3,5/5
Ratio coût / performances : 3,4/5

Note global : 3,3/5

UM3X

Earsonics SM2 023

Dynamique subjective : 3,2/5
Respect des timbres : 3/5
Ratio coût / performances : 3,3/5

Note global : 3,1/5

Synthèse

L’UM3X ravira sans contexte l’amateur de la marque à savoir si vous êtes un inconditionnel de l’UM2, que vous aimez la puissance, la dynamique, tout en n’étant pas un fou de la définition et la précision absolue alors foncez cet intra est le vôtre. En effet il reprend ce qui a fait le succès de l’UM2 en poussant encore davantage la dynamique dans le bas du spectre avec une section médium de toute beauté. Ce produit mérite toute sa place dans la hiérarchie UMX, seul bémol au tableau est ce côté légèrement bright récurrent sur la partie aigu qui peut être rédhibitoire pour certaines oreilles !

Galerie photo complète

La sortie du modèle universel 3 voies Westone UM3X était attendue par tous les acteurs de la profession comme un évènement majeur. Fort du succès international obtenu avec les produits UM1 et du succès de l’UM2, l’attente était donc forte ! Le modèle UM3X vient alors à point nommer couronner cette gamme destinée selon les termes du constructeurs avant tout aux musiciens et aux professionnels de la scène. Paradoxe étant, cette gamme est très appréciée également des mélomanes, comme quoi les orientations marketing peuvent ne pas être suivies à la lettre…

L’UM3X est annoncé sur le papier comme étant un véritable 3 voies, désigné pour le musicien.

Dans ce test nous allons le confronter au modèle universel EarSonics SM2 DLX qui bien que ne proposant pas une technologie équivalente en terme de nombre de voies et de transducteurs se présente sur le marché comme une référence appréciée tant des professionnels que des mélomanes et se situe en terme de tarif dans la même gamme. La rencontre était donc inéluctable !

Earsonics SM2 024

Spécifications, photos

Earsonics SM2 016

EarSonics SM2 DLX
Sensibilité : 119 dB/mW
Réponse en fréquences: 20 Hz -18 kHz
Impédance : 16 ohms
Driver: 2 transducteurs avec filtre passif 2 voies
Livré avec câble identique à celui monté sur les versions moulés de la marque, outil de nettoyage, housse de transport, 3 paires embouts mousse. Disponible en coloris Blanc, noir, ou translucide

UM3X-004

Westone UM3X
Sensibilité : 124 dB/mW
Réponse en fréquences: 20 Hz -18 kHz
Impédance : 56 ohms
Driver: 3 transducteurs avec filtre passif 3 voies
Livré avec : câble torsadé, outil de nettoyage, housse de transport, 4 paires de mousses

Packaging des 2 modèles

Earsonics SM2 020

SM2 DLX : EarSonics décline à présent son modèle SM2 en 2 versions, soit standard ou en version luxe sous l’appellation DLX, la différence résidant dans l’utilisation d’un câble torsadé à l’identique de celui employé dans sa gamme professionnelle. Le package est sans fioriture, on y retrouve dans une petite boite carton sous blister l’intra et une petite boite sérigraphiée de la marque. Dans le SET, on trouve 3 paires de mousses, ainsi qu’un outil de nettoyage.

Earsonics SM2 001

UM3X : Le package est identique au modèle UM2 de la marque, on y retrouve donc la housse, 4 paires de mousses + un outil de nettoyage.

Qualité de fabrication

Earsonics SM2 011

Les 2 produits proposés sont le fruit de 2 sociétés qui jouissent d’une excellente réputation et au vu de ces derniers rien est à déplorer !

Earsonics SM2 025

Confort d’utilisation

Les SM2 présentent des formes beaucoup moins fluides que celles de l’UM3X, mais ce dernier est un peu plus volumineux. Pour faire simple, si votre oreille est de taille respectable, vous ne connaîtrez aucun désagrément lié à de quelconques frottements en utilisation même prolongée avec l’un ou l’autre des intras.

Ecoute Comparative critique

Les choses sérieuses commencent, et je devine votre impatience :).

Pour rappel, le ressenti est évidemment très personnel et sa retranscription est propre au vécu, à la manière de s’exprimer, au vocabulaire utilisé, autant de facteurs qui relèvent du subjectif, et qui peuvent entacher la perception du lecteur. Il faut également remettre les propos dans leur contexte de test.

Matériel de test

Cowon S9 tout EQ à plat, fichier type FLAC sans compression. Afin d’appréhender pleinement tout le potentiel de chaque intra, j’ai dans ce test utilisé des Earmolds pour mes sessions d’écoutes.

L’écoute critique

Sélection au sein de ma playlist, je m’attacherai à focaliser mon attention sur une petite série de morceaux ciblés en terme de styles différents. Au travers cette sélection je vais essayer de traduire le plus exactement possible mon ressentit avec une volonté des plus discriminantes

Rain Tree Crow – « Pocket Full Of Change » / 1991

Où David Sylvian, le temps d’un album reforme son groupe Japan, mais ici point n’est question de New Wave, tous les musiciens sont acquis à la cause « Sylvianesque » Le morceau joué est plus à qualifier dans le registre Electro-Jazz. Formation composée de basse batterie guitare et voix avec une prise de son très directe mettant en avant la voix d’une part + le jeu basse batterie d’autre part.

SM2 DLX : Les SM2 affichent d’entrée la couleur, ici point n’est le jeu de grands élans appuyés incontrôlés, tout est affaire plutôt de douceur et subtilités. Une grande cohésion dans la stabilité des plans !

Belle aération et réverbération, laissant la part belle à une excellente définition des cymbales, une clarté des aigus étonnante et une voix teintée d’émotion qui semble néanmoins manquer quelque peu d’appui dans le bas médium. Le registre grave est bien maîtrisé mais souffre quelque peu de rondeurs excessives, on aurait souhaité davantage d’impact et de lisibilité dans ce registre qui aurait distillé un peu plus de peps au message. Le morceau s’apprécie de par l’homogénéité restituée sans fatigue ni agressivité.

UM3X : D’entrée on est interpellé par le rendu des UM3X se traduisant par un gain sur l’articulation du bas médium et un registre grave mieux définit, plus nuancé. La voix également profite de cette assise supplémentaire pour gagner en définition et puissance émotionnelle. Ici en revanche, les ambiances de réverbérations, d’aérations sont plus courtes, la faute incombant aux aigus qui « coupent » relativement tôt. C’est une évidence, on sent que cet Ear est conçu pour laisser la part belle à une excellente définition sur le registre grave/médium… surement un parti pris du constructeur !

Verdict : L’UM3X module plus au niveau de la dynamique et de l’impact, procurant de la définition dans le bas du spectre. Toutefois, il ne peut lutter contre la finesse de l’aigu du SM2. En résumé l’UM3X s’attelle à nous donner du groove quand le SM2 qui semble plus en retenu privilégie l’émotion avec plus de finesse et de définition même à fort volume.

The Who – Who Are You / “Who Are You” / 1978 (remastered edition 1996)

Groupe mythique des années 70 que l’on ne présente plus, qui n’a pas rêvé de vocaliser comme le chanteur Roger Daltrey, ou encore jouer de la batterie comme Keith Moon… Le morceau choisit est le titre éponyme de l’album, où Daltrey éructe, et Moon tape comme un diable… avant de « rejoindre » un autre monde… Un disque à posséder impérativement et il devrait être remboursé par la sécurité sociale J.

SM2 DLX : Les différentes voix sont rendues avec naturel, les guitares et claviers saturés à souhait s’en donnent à cœur joie. Les SM2 ne perdent pas pieds et savent aller chercher les petites nuances dans la masse. Le jeu de basse batterie bien identifié est quelque peu en retrait au niveau clarté et impact. Par contre les petites subtilités comme le frottement sur les cordes de guitares, les cymbales sont restituées avec la plus grande vérité.

UM3X : Les guitares saturées et les voix gagnent en présence et impact cette fois. Le jeu de batterie devient plus punchy également. Par contre une fois encore toutes les nuances et subtilités sont écourtées !

Le jeu de cymbales est à peine lisible, noyée dans la masse, lors du solo de guitare, les cordes sonnent de manière moins naturelle.

Verdict : Ce morceau s’écoute à forte puissance 🙂 Les UM3X auraient gagné mes faveurs sur le papier, seulement bien qu’ils « envoient » beaucoup, ils pêchent justement par leur excès et se trouvent pénalisés par leur manque de définition dans le haut du spectre se traduisant par une légère agressivité.

Art Mengo – Live Au Mandala / “Mon Voisin » / 1997

Café concert, salle très intimiste réservée à une poignée d’auditeurs.

SM2 DLX : Prise de son très directe liée à la configuration du local, mise en valeur sans concentration particulière à exercer. La voix rauque se détache facilement du reste des instruments. L’échange avec le saxophoniste est bien traduit. La section batterie joue sans déborder sur le reste.

UM3X : Dès les premiers instants, ici le saxophone s’est rapproché, la batterie claque plus procurant davantage de dynamique et de groove. La voix a également plus d’assise. Cependant l’UM3X impose comme tendance la simplification à outrance. Exit la petite réverbération très courte reconnue sur les SM2. En un mot plus de dynamique et de puissance subjective qui nous octroient un gain de luminosité, mais moins de définition et de nuances en contre partie.

Verdict : L’UM3X remplit complètement son rôle à savoir donner sans artifices tous les éléments qui constituent le morceau, seulement même si l’impact et la dynamique sont au RDV, elles risquent à terme (j’en ai crainte) de créer une légère fatigue liée à cette petite agressivité récurrente dans le haut du spectre. Les SM2 qui pourraient être taxés de “timides” de prime abord risquent sur le long terme de remporter la préférence par le fait qu’ils déploient davantage de naturel, et ce encore une fois dans le registre aigu.

Charly Antolini – In The Groove / “Jesus Christ Superstar” / 1980

Batteur de génie, au sein d’une petite section Jazz, cet artiste délivre son talent, c’est beau à pleurer, il faut je vous le conseille avoir au moins une fois écouté ce disque, et vous ne regarderez plus jamais une batterie avec la même vision !

SM2 DLX : Les SM2 suivent sur ce morceau particulièrement technique. Les roulés de caisses claires sont rapides, définis, on ressent très bien les impacts sans confusion ni effort de concentration particulier. Les SM2 assurent sans broncher, on sent très bien le dialogue entre chaque voie, ainsi que la partition des autres instruments ! A la fin du morceau c’est l’avalanche de coups de grosses caisses de martèlement de futs, mais les SM2 résistent !

UM3X : Dès les premières notes ont sent la fougue des UM3X J ! Le saxophone insiste plus cette fois, les coups de grosses caisses sont plus marqués et présents également… peut-être même un peu trop à mon goût ! Mais assurément sur ce type de morceau les UM3X vont plus loin dans le bas du spectre. Ici encore force est de constater avec une certaine déception que le registre aigu ne suit pas complètement, il occulte le plaisir de profiter pleinement de l’excellente prestation du batteur en infligeant un rendu fouillis et brouillon au message dans le registre haut médium/aigu qui lorgne beaucoup trop du côté « bright nasillard » !

Verdict : Les SM2 bien que n’ayant pas la faculté de traduire l’impact par la puissance et la précision dans le registre grave s’en sorte de manière beaucoup plus subtile sur des critères d’homogénéité et naturel.

Patricia Barber – Moderncool / “You & The Night & The Music” / 1998

Chanteuse de jazz de grand talent, enregistrement de toute beauté, label Blue Note…

SM2 DLX : Morceau dans la plus pure tradition de jazz, voix contre basse, piano batterie. Le SM2 se plait est à l’aise sur ce type de musique, où le jeu de contre basse est facilement lisible bien que l’on souhaiterait davantage d’articulation afin d’assister le groove. Le piano impose sa puissance avec de belles attaques en toute liberté. La batterie claque avec autorité également. La voix est quant à elle de toute beauté, toute en finesse et sensualité.

UM3X : Comme déjà ressenti sur les autres morceaux testés, l’articulation se fait d’emblée ici de manière plus appuyée. La contre basse présente davantage de corps, de volume et de définition. La batterie claque plus. On gagne fortement sur ce registre en lisibilité. En revanche, la section piano est moins naturelle, sonnant plus sec, avec moins d’ampleur également. Ici la voix est globalement comparable à la restitution du SM2, au détail près mais de taille : dès que la chanteuse monte dans les octaves, c’est beaucoup moins coulé !

Verdict : Il faudrait peu pour que les UM3X nous donnent une belle émotion, juste une section aigue un peu plus travaillée…

Bjork – Vexpertine / « Pagan Poetry“ / 2001

Quand Bjork nous concocte un album axé sur les jeux de voix

SM2 DLX : Morceau dans la pure veine de l’artiste fourmillant de détails. Les SM2 relèvent le défi, les différentes atmosphères sont bien toutes à leur niveaux, ça fuse de partout sans débordements.

Les différentes sections voix sont à leur juste hauteurs et placement dans l’espace. Les envolées instrumentales s’installent avec une belle autorité. A noter seulement un léger déficit d’articulation dans la partie basse, sans toutefois handicaper la dynamique et l’articulation générale.

UM3X : Ici encore dès les premières notes, le sentiment de clarté accrue se fait sentir, une meilleure articulation dans le grave et bas médium donne de l’élan et de la vie au morceau. Seulement cette fois Bjork donne l’impression de crier davantage plutôt que de chanter. Toutes les petites subtilités sont bien présentes, comme carillon, triangle… la puissance est au RDV, mais le naturel et la finesse font cruellement défaut ! Un signe qui ne trompe pas, dès que le message se complexifie et s’intensifie en puissance, on est tenté de baisser le volume !

Verdict : Sur ce type de morceau, les UM3X ont tendance à en faire trop. La sagesse des SM2 qui pourrait faire défaut au premier abord se révèle être redoutable dans la durée.

Conclusions

SM2 DLX

Les + :
– Naturel, précis, une capacité à traduire les messages complexes avec beaucoup de naturel. Une section haut médium aigu particulièrement bien travaillé lui permettant d’être rarement mis en défaut
– Neutre, capable d’encaisser de forts volumes sans saturations
– niveau de distorsion faible et respect de l’homogénéité des plans sonores

Les – :
– Un bas du spectre un peu rond, là où parfois on souhaiterait davantage d’impact claquant pour conforter l’intelligibilité, et la luminosité

UM3X

Les + :
– Grande dynamique, Ear enjoué affublé d’une belle santé, dynamique à souhait, basses détourées, tendues et claquantes

Les – :
– Un haut médium aigu un peu râpeux, parfois limite nasillard/bright, mais symptomatique de la marque
– perte de définition et naturel à fort volume

Notation

SM2 DLX

Earsonics SM2 010

Dynamique subjective : 3/5
Respect des timbres : 3,5/5
Ratio coût / performances : 3,4/5

Note global : 3,3/5

UM3X

Earsonics SM2 023

Dynamique subjective : 3,2/5
Respect des timbres : 3/5
Ratio coût / performances : 3,3/5

Note global : 3,1/5

Synthèse

L’UM3X ravira sans contexte l’amateur de la marque à savoir si vous êtes un inconditionnel de l’UM2, que vous aimez la puissance, la dynamique, tout en n’étant pas un fou de la définition et la précision absolue alors foncez cet intra est le vôtre. En effet il reprend ce qui a fait le succès de l’UM2 en poussant encore davantage la dynamique dans le bas du spectre avec une section médium de toute beauté. Ce produit mérite toute sa place dans la hiérarchie UMX, seul bémol au tableau est ce côté légèrement bright récurrent sur la partie aigu qui peut être rédhibitoire pour certaines oreilles !

Galerie photo complète