Test

Test flash : 50 Cent : Blood on the Sand

Par Rédacteur Invité le

Après des débuts dans le jeu video assez catastrophiques il y a quelques temps de celà, 50 Cent retente l’aventure avec un nouvel épisode bourrin à souhait et qui, autant le dire tout de suite, n’a pas hésité à piller quelques idées à la concurrence. Mais difficile de s’en plaindre tant le résultat est convaincant… […]

Après des débuts dans le jeu video assez catastrophiques il y a quelques temps de celà, 50 Cent retente l’aventure avec un nouvel épisode bourrin à souhait et qui, autant le dire tout de suite, n’a pas hésité à piller quelques idées à la concurrence. Mais difficile de s’en plaindre tant le résultat est convaincant…

test_bots_06

On se rappelle tous du pétard mouillé Bulletprof… Enfin, 50 Cent semble avoir compris la leçon, en nous proposant aujourd’hui son Blood on the Sand, mix improbable entre Gears of War pour ce qui est des affrontements et du système de cover, The Club pour l’angle pris du “scoring” et Scarface pour le côté “j’insulte donc je suis”. Un défouloir en bonne et due forme donc au programme, qui se déroule en plein Moyen Orient (une sombre histoire de magot volé…) toujours en binôme, aidé au choix par Yayo, Banks ou Whoo Kid (compères du rappeur dans la “vraie” vie, et non, peu importe le coéquipier choisi, l’aventure reste la même au iota près) dans des niveaux certes linéaires, mais au déroulement toujours très péchu. Pour faire simple : ça blast non-stop, et à la manière du mastodonte d’Epic Games (toutes proportions gardées), on passe son temps à se planquer et à allumer les vagues d’ennemis, aidé par une brochette d’armes (très) fournie, sans oublier de balancer quelques insultes entre deux rafales de balles. Jouissif !

Et pour éviter de sombrer dans la monotonie, les développeurs ont malicieusement intégré quelques posters à ramasser et quelques cibles à dégommer dans chaque niveau. Histoire de varier, de vous aider à faire péter les scores, et à caresser les fans du rappeur dans le sens du poil, puisque la quantité de bonus impressionnante incluse au sein du jeu (clips, bande son du jeu façon “greatest hits” de 50 Cent…) ne pourra être débloquée qu’en scorant comme un as. Malin ! Pour ne rien gâcher, un mode co-op en ligne est également de la partie. Classique, mais efficace, et plus particulièrement lors de certaines phases en véhicules ou l’un devra conduire et l’autre assurer les arrières du duo.

Une bonne surprise donc que ce 50 Cent : Blood on the Sand, qui arrive on ne sait trop comment à un mélange des genres efficace, qui ne pourra que titiller les fans de hip-hop, et accessoirement les amateurs de bourrinage. Pas le jeu du siècle, certes, mais une bonne petite production qui saura vous occuper un petit moment…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Un excellent défouloir
  • La co-op en ligne
  • Bande son monstrueuse (il faut aimer le genre…)
  • Gameplay assez carré
  • Les –

  • Plutôt court
  • I.A. perfectible
  • Après des débuts dans le jeu video assez catastrophiques il y a quelques temps de celà, 50 Cent retente l’aventure avec un nouvel épisode bourrin à souhait et qui, autant le dire tout de suite, n’a pas hésité à piller quelques idées à la concurrence. Mais difficile de s’en plaindre tant le résultat est convaincant…

    test_bots_06

    On se rappelle tous du pétard mouillé Bulletprof… Enfin, 50 Cent semble avoir compris la leçon, en nous proposant aujourd’hui son Blood on the Sand, mix improbable entre Gears of War pour ce qui est des affrontements et du système de cover, The Club pour l’angle pris du “scoring” et Scarface pour le côté “j’insulte donc je suis”. Un défouloir en bonne et due forme donc au programme, qui se déroule en plein Moyen Orient (une sombre histoire de magot volé…) toujours en binôme, aidé au choix par Yayo, Banks ou Whoo Kid (compères du rappeur dans la “vraie” vie, et non, peu importe le coéquipier choisi, l’aventure reste la même au iota près) dans des niveaux certes linéaires, mais au déroulement toujours très péchu. Pour faire simple : ça blast non-stop, et à la manière du mastodonte d’Epic Games (toutes proportions gardées), on passe son temps à se planquer et à allumer les vagues d’ennemis, aidé par une brochette d’armes (très) fournie, sans oublier de balancer quelques insultes entre deux rafales de balles. Jouissif !

    Et pour éviter de sombrer dans la monotonie, les développeurs ont malicieusement intégré quelques posters à ramasser et quelques cibles à dégommer dans chaque niveau. Histoire de varier, de vous aider à faire péter les scores, et à caresser les fans du rappeur dans le sens du poil, puisque la quantité de bonus impressionnante incluse au sein du jeu (clips, bande son du jeu façon “greatest hits” de 50 Cent…) ne pourra être débloquée qu’en scorant comme un as. Malin ! Pour ne rien gâcher, un mode co-op en ligne est également de la partie. Classique, mais efficace, et plus particulièrement lors de certaines phases en véhicules ou l’un devra conduire et l’autre assurer les arrières du duo.

    Une bonne surprise donc que ce 50 Cent : Blood on the Sand, qui arrive on ne sait trop comment à un mélange des genres efficace, qui ne pourra que titiller les fans de hip-hop, et accessoirement les amateurs de bourrinage. Pas le jeu du siècle, certes, mais une bonne petite production qui saura vous occuper un petit moment…

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Un excellent défouloir
  • La co-op en ligne
  • Bande son monstrueuse (il faut aimer le genre…)
  • Gameplay assez carré
  • Les –

  • Plutôt court
  • I.A. perfectible