Test

Test flash : Operation Flashpoint : Red River

Par François le

Operation Flashpoint : Dragon Rising, tout en n’étant pas un vrai Operation Flashpoint "à l’ancienne", n’en était pas moins un FPS sympathique, et une simulation de...

Operation Flashpoint : Dragon Rising, tout en n’étant pas un vrai Operation Flashpoint “à l’ancienne”, n’en était pas moins un FPS sympathique, et une simulation de guerre moderne honorable. Vous découvrirez dans la suite que Codemasters n’a pas réussi à transformer cet essai avec Red River.



Après plus de 8h de jeu sur ce titre, une question reste posée… Qu’est ce qui a bien pu passer dans la tête des équipes de Codemasters pour réussir à pondre l’un des FPS les plus ennuyeux qu’il m’ait été donné de tester ? Le scénario plutôt convenu d’une intervention américaine fictionnelle au Tajikistan qui devient un conflit armé avec les chinois, qui envahissent le pays ne sauvent pas le manque d’intérêt que l’on a à suivre les pérégrinations de notre équipe de marines. Le jeu est d’ailleurs une ode héroïque à ce corps de l’armée américaine, car les chinois, en face, semble avoir été bien moins doté au niveau IA. On se retrouve parfois dans un vrai jeu de tir au pigeon, et il n’est pas difficile, de se retrouver à avoir, à 4 marines, descendu un bon millier de soldat chinois. La campagne solo est ponctuée, en plus, par des bavardages incessants, et bien inutiles, l’objectif étant de toute manière de tuer tout ce qui bouge. Pour ce qui est du système de leveling, il vous permettra, en plus de vous faire obtenir de nouvelles armes, de faire progresser physiquement votre personnage. Sympathique. Pourtant, on peut regretter que l’on ne puisse sortir du chemin préétabli lors des missions, car les grands espaces dépeins auraient pu offrir un peu de variété stratégique. Pour finir, sachez qu’en plus de la campagne solo (jouable à 4 en coop) le jeu propose huit missions annexes, qui vous proposerons pèle mèle d’escorter des convois, de défendre un périmètre et d’autres joyeuseté de marines en goguette… N’en jetons pas plus, je ne me vois décemment pas écrire plus de choses sur ce titre. Codemasters ne réussi pas à approfondir son sytème de jeu sentant malheureusement le déjà-joué, et livre une copie plus que passable, ou le fun est aux abonnés absents. Plus grave encore : l’esprit des Operation Flashpoint passés est encore plus malmené. A éviter donc…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
De beaux environnements

Les –
L’IA scandaleuse
Les dialogues insupportables
L’ennui qui se dégage du titre

Operation Flashpoint : Dragon Rising, tout en n’étant pas un vrai Operation Flashpoint “à l’ancienne”, n’en était pas moins un FPS sympathique, et une simulation de guerre moderne honorable. Vous découvrirez dans la suite que Codemasters n’a pas réussi à transformer cet essai avec Red River.



Après plus de 8h de jeu sur ce titre, une question reste posée… Qu’est ce qui a bien pu passer dans la tête des équipes de Codemasters pour réussir à pondre l’un des FPS les plus ennuyeux qu’il m’ait été donné de tester ? Le scénario plutôt convenu d’une intervention américaine fictionnelle au Tajikistan qui devient un conflit armé avec les chinois, qui envahissent le pays ne sauvent pas le manque d’intérêt que l’on a à suivre les pérégrinations de notre équipe de marines. Le jeu est d’ailleurs une ode héroïque à ce corps de l’armée américaine, car les chinois, en face, semble avoir été bien moins doté au niveau IA. On se retrouve parfois dans un vrai jeu de tir au pigeon, et il n’est pas difficile, de se retrouver à avoir, à 4 marines, descendu un bon millier de soldat chinois. La campagne solo est ponctuée, en plus, par des bavardages incessants, et bien inutiles, l’objectif étant de toute manière de tuer tout ce qui bouge. Pour ce qui est du système de leveling, il vous permettra, en plus de vous faire obtenir de nouvelles armes, de faire progresser physiquement votre personnage. Sympathique. Pourtant, on peut regretter que l’on ne puisse sortir du chemin préétabli lors des missions, car les grands espaces dépeins auraient pu offrir un peu de variété stratégique. Pour finir, sachez qu’en plus de la campagne solo (jouable à 4 en coop) le jeu propose huit missions annexes, qui vous proposerons pèle mèle d’escorter des convois, de défendre un périmètre et d’autres joyeuseté de marines en goguette… N’en jetons pas plus, je ne me vois décemment pas écrire plus de choses sur ce titre. Codemasters ne réussi pas à approfondir son sytème de jeu sentant malheureusement le déjà-joué, et livre une copie plus que passable, ou le fun est aux abonnés absents. Plus grave encore : l’esprit des Operation Flashpoint passés est encore plus malmené. A éviter donc…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
De beaux environnements

Les –
L’IA scandaleuse
Les dialogues insupportables
L’ennui qui se dégage du titre