Test

Test flash : Suikoden Tierkreis

Par Rédacteur Invité le

Marre des remakes de RPG sur DS ? (Final Fantasy, Dragon Quest, ça vous parle sans doute...) Bien, Konami vous entendu, et propose pour le coup...

Marre des remakes de RPG sur DS ? (Final Fantasy, Dragon Quest, ça vous parle sans doute…) Bien, Konami vous entendu, et propose pour le coup un tout nouvel épisode de sa série Suikoden. Un épisode avec un grand E, qui plus est…

test_suikoden_tierkreis_07

Les amateurs de la série se remémorent peut être encore un Suikoden V magistral sur bien des points, qui avait su apporter le vent de renouveau nécessaire à la série, via quelques nouveautés et réajustements bien sentis. Et bien sachez que Konami s’est senti obligé une fois de plus d’apporter quelques changements radicaux à cette épisode inédit aux airs de RPG old-school. A commencer par des combats qui occultent désormais complètement l’aspect “batailles d’anthologie” présent dans les volets précédents, pour laisser place à des combats calqués sur le principe du tour par tour, et qui affichent pour le coup des mécanismes assez vieillots. Heureusement, cette fois encore, vous n’aurez que l’embarras du choix pour composer votre équipe : en tout, ce sont donc quelques 107 personnages que vous pourrez ramener dans votre camp. Toutefois, sur le champ de batailles, il faudra vous contenter d’une équipe de 4 persos (6, c’était mieux quand même…) Quoiqu’il en soit, la recherche de nouveaux personnages est une véritable quête à part entière, qui vous prendra un paquet d’heure dans le cas ou vous souhaiteriez la boucler de bout en bout.

Et puis, il serait bête de cracher sur une telle exhaustivité, qui vous autorisera à mettre en place un nombre de stratégies impressionnantes, mais également à jouir de services annexes, les personnages “déblocables” disposant également parfois de quelques habilités secondaires bien pratiques. Maintenant, si on jette un œil du côté de la réalisation graphique, difficile de faire le moindre reproche aux développeurs : la patte graphique de la série se reconnait immédiatement, et le jeu mêle habilement décors en 2D et personnages en 3D. Un mix qui ne manque pas de charmer, en grande partie grâce à des petits effets de style distillés avec intelligence. A côté de ça, le jeu propose des une bande son vraiment léchée, et dialogues souvent doublés (en Anglais, fallait pas non plus trop espérer…), qui insufflent un peu plus de vie à l’histoire, au passage totalement détachée des volets précédents. Vous êtes prévenus…

Joli tour de force opéré par ce Suikoden qu’il sera impossible de cataloguer comme un volet “classique”, tant les modifications apportées lui confèrent cette fois un aspect “100% RPG”, effaçant pour le coup toute notion de RTS (au sein des combats). Qu’importe, l’aventure passionne, et jongler entre la pléthore de personnages incluse au sein du jeu est toujours aussi plaisant.

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Durée de vie impressionnante
  • Des personnages charismatiques
  • Scénario bien ficelé
  • Les –

  • Les vieux routards le trouveront facile
  • Le système de combats trop classique
  • Marre des remakes de RPG sur DS ? (Final Fantasy, Dragon Quest, ça vous parle sans doute…) Bien, Konami vous entendu, et propose pour le coup un tout nouvel épisode de sa série Suikoden. Un épisode avec un grand E, qui plus est…

    test_suikoden_tierkreis_07

    Les amateurs de la série se remémorent peut être encore un Suikoden V magistral sur bien des points, qui avait su apporter le vent de renouveau nécessaire à la série, via quelques nouveautés et réajustements bien sentis. Et bien sachez que Konami s’est senti obligé une fois de plus d’apporter quelques changements radicaux à cette épisode inédit aux airs de RPG old-school. A commencer par des combats qui occultent désormais complètement l’aspect “batailles d’anthologie” présent dans les volets précédents, pour laisser place à des combats calqués sur le principe du tour par tour, et qui affichent pour le coup des mécanismes assez vieillots. Heureusement, cette fois encore, vous n’aurez que l’embarras du choix pour composer votre équipe : en tout, ce sont donc quelques 107 personnages que vous pourrez ramener dans votre camp. Toutefois, sur le champ de batailles, il faudra vous contenter d’une équipe de 4 persos (6, c’était mieux quand même…) Quoiqu’il en soit, la recherche de nouveaux personnages est une véritable quête à part entière, qui vous prendra un paquet d’heure dans le cas ou vous souhaiteriez la boucler de bout en bout.

    Et puis, il serait bête de cracher sur une telle exhaustivité, qui vous autorisera à mettre en place un nombre de stratégies impressionnantes, mais également à jouir de services annexes, les personnages “déblocables” disposant également parfois de quelques habilités secondaires bien pratiques. Maintenant, si on jette un œil du côté de la réalisation graphique, difficile de faire le moindre reproche aux développeurs : la patte graphique de la série se reconnait immédiatement, et le jeu mêle habilement décors en 2D et personnages en 3D. Un mix qui ne manque pas de charmer, en grande partie grâce à des petits effets de style distillés avec intelligence. A côté de ça, le jeu propose des une bande son vraiment léchée, et dialogues souvent doublés (en Anglais, fallait pas non plus trop espérer…), qui insufflent un peu plus de vie à l’histoire, au passage totalement détachée des volets précédents. Vous êtes prévenus…

    Joli tour de force opéré par ce Suikoden qu’il sera impossible de cataloguer comme un volet “classique”, tant les modifications apportées lui confèrent cette fois un aspect “100% RPG”, effaçant pour le coup toute notion de RTS (au sein des combats). Qu’importe, l’aventure passionne, et jongler entre la pléthore de personnages incluse au sein du jeu est toujours aussi plaisant.

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Durée de vie impressionnante
  • Des personnages charismatiques
  • Scénario bien ficelé
  • Les –

  • Les vieux routards le trouveront facile
  • Le système de combats trop classique