Test

Test : HTC Hero

Smartphone

Par Daz le

[Anh] Le HTC Hero fait partie de ces rares nouveaux smartphones qui se positionnent comme une réelle alternative à l’iPhone, si bien que dans la Team JDG, on est pas moins de trois à avoir succombé aux charmes du dernier smartphone Android de HTC. Du coup, avec trois membres ayant eu l’appareil à peu près en même temps, on vous propose un test un peu différent et sans doute un des tests les plus longs du Journal du Geek. En effet, parce que c’est Daz qui l’a eu en premier, il a eu droit à la primeur du test et donc de travailler un peu parce que bon, il se la coule plutôt douce sur le Journal du Mac, hein ? Et en plus, avec son passif lié à l’iPhone et ce, sur 18 mois, il était intéressant d’avoir son avis et surtout son “switch” de l’iPhone vers le HTC Hero. Mais comme sur le Journal du Geek, on l’a testé aussi, on a complété le test par nos avis, à savoir Greg, vendu à la cause Android depuis les débuts de l’OS de Google et moi-même, qui est plutôt le touche-à-tout passant de Symbian à Android en s’arrêtant sur Windows Mobile.

htc-leet

Evidemment, on ne va pas pouvoir le faire tout le temps mais dites-nous si ça vous a servi ou pas, et si ça n’a pas été une totale perte de temps 😛 Oui parce que mine de rien, coordonner trois testeurs, ce n’est pas de tout repos. Sinon, comment ça fonctionne ? En gros, pour chaque partie, ça commence par Daz et c’est complété par Greg et moi-même. On le signale à chaque fois.
Et comme Daz a voulu faire son Geek, vous noterez la photo d’intro qu’il a absolument voulu qu’on réalise avec le HTC Hero.

[Daz] Le HTC Hero est le 3ème terminal du constructeur Taïwanais à tourner sous Android, l’OS mobile de Google. Inutile de vous dire que HTC n’en est plus à un coup d’essai. Du coup, il est le premier à proposer la réinterpretation maison d’Android, directe héritière du TouchFLO, une interface utilisée sur les terminaux sous Windows Mobile du constructeur, et nommée pour l’occasion “Sense”.

Présentation

[Daz] Le Hero reprend un peu le form factor du HTC Dream en réutilisant son “menton” et qui ne laisse généralement personne indifférent. On aime ou pas, mais il est vrai que ce signe distinctif permet d’identifier la gamme Android de HTC au premier coup d’œil.

Niveau boîtier, le Hero mélange le métal brossé de la façade à un revêtement Teflon appliqué sur le plastique du boîtier, conférant ainsi un toucher doux et plutôt agréable sans oublier une résistance modérée aux rayures (comprendre: tant qu’on ne lacère pas le boîtier au couteau) (no ken).

En façade, nous retrouvons un écran capacitif de 3,2″ d’une résolution de 320 x 480 et 65K couleurs avec donc un revêtement en verre/plastique dur traité contre les traces de doigts. En bas se trouvent les 4 boutons classiques (Appel, Accueil, Menu et Raccrocher) lié à Android. Au centre du “menton” trône le classique trackball déjà vu sur les précédents GooglePhones de HTC ainsi que sur les Blackberry. Juste à sa droite se trouve un large bouton regroupant les fonctions de recherche contextuelle et de retour.

Aucun autre bouton n’est présent sur le mobile à l’exception du bouton de volume également téflonisé et camouflé sur le côté droit de l’appareil. Sur la tranche haute se trouve une -bienvenue- prise jack 3,5 mm acceptant de fait tout type d’écouteurs à ce format tandis que le bas du boîtier reçoit l’habituel port ExtUSB de HTC dérivé du mini-USB (avec lequel il est d’ailleurs parfaitement compatible).

La qualité d’assemblage de l’ensemble frise le sans-faute, le Hero dégage une impression de solidité et de haut de gamme à la finition irréprochable. On est ici clairement assez loin de l’aspect cheap du Dream.

Côté caractéristiques techniques en revanche, le Hero joue à peu de choses près à jeu égal avec ses deux prédécesseurs. Il est animé par un processeur Qualcomm MSM7200A cadencé à 528 Mhz, 288Mo de RAM et de tous les attributs d’un smartphone en 2009: WiFi, Bluetooth 2.0, GPS, HSDPA, accéléromètre, boussole, APN 5 Mpx avec auto-focus… et un port MicroSD/SDHC pour augmenter à loisir la taille -ridicule- de 512 Mo disponible d’origine.

En revanche, là où le Hero se détache des précédents Gphones, c’est sur ces quelques nouveautés qui font plaisir et qui font surtout la différence. L’adjonction du multitouch dans le navigateur et les albums photos par exemple, prouvent que HTC ne compte pas attendre Android 2.0 pour ajouter un peu de finesse dans ce monde de brutes. Il y a aussi la prise en charge alternative de Flash, le célèbre protocole que personne ne semblait capable d’intégrer décemment à un smartphone.

A noter que par “alternatif”, je parle au sens électrique du terme, hein: le Flash, des fois ça marche, et des fois non, nous y reviendrons plus loin.

[Anh] Depuis un certain temps, HTC a fait d’énormes progrès en terme de finition et même si 90% des terminaux tournaient sous Windows Mobile (on ne peut pas tout avoir), on ne pouvait que saluer la finition ainsi que la surcouche Touch Flo qui, malgré une première version en demi-teinte, a permis d’humaniser un peu l’interface rigide de Windows Mobile. D’ailleurs, malgré Windows Mobile 6.1, le degré de personnalisation par HTC sur son nouveau Touch Diamond 2 est tout simplement hallucinante ! Il faut vraiment aller loin pour toucher à Windows Mobile, et bien tout ça pour vous dire que HTC a fait la même chose avec le Hero et Android.

Comme pour ses homologues sous Windows Mobile, HTC s’est bonifié avec le temps et à chaque apparition d’un nouveau terminal, c’était un pas en avant qui était fait. Après un premier Dream qui n’était pas le plus réussi en terme de design mais qui a eu le mérite d’être le premier terminal sous Android, on est passé au Magic qui a fait un énorme pas en avant en terme de design avant de finir avec un Hero à la finition impeccable et surtout un Android à la sauce HTC qui ne laisse personne indifférente, Sense.

Le design du Hero reprend en fait un peu le Dream mais sans le clavier physique. Je vous avouerai que la première fois que j’avais entendu cette comparaison, j’avais eu un peu peur mais une fois en main, on est impressionné par le design et la finition. J’avais eu aussi un peu peur pour le “menton” héritage du Dream, mais encore une fois, on s’y attache parce que la prise en main n’en est que meilleure.

Je ne reviendrai pas sur le trackball, comme sur les Blackberry, qui est pour moi la meilleure méthode de navigation hors tactile. J’ai pu jouer avec le Samsung Galaxy et honnêtement, un trackball, c’est tout simplement mieux qu’un pavé directionnel. De même, avec le trackball du Hero, vous pourrez naviguer entre les différents écrans d’accueil, ce qui ne vous oblige pas à passer par le tactile et ce n’est pas plus mal.

Même si le Hero ne révolutionne pas son genre au niveau matériel, je vous avoue que j’aurais bien souhaité une mémoire interne d’au moins 8Go et non ces pauvres 512Mo (certes avec une microSD de 2Go de fournie), un peu comme ce que proposent ses concurrents directs (Samsung Galaxy – 8Go, iPhone – 16Go ou 32Go, Nokia N97 – 32Go, Samsung Player HD – 8Go).

[Greg] Le HTC Hero est dans la lignée des deux derniers modèles sous Android, du constructeur, son design est discutable, mais honnêtement j’ai adhéré du premier coup ! Ce pavé en bas du téléphone, où sont situées les commandes, lui confère un style vraiment unique comparé à ce qui existe. De même, à l’usage, ce “menton” s’avère plutôt utile lors d’une utilisation mono-main. La finition du Hero semble très robuste contrairement à d’autres et le choix des matériaux (Aluminium et Téflon) ne fait que renforcer cette impression.

Côté hardware, je ne vais pas revenir sur ce qui a été dit, mais il est vrai que le Hero ne révolutionne pas les mobiles sous Android et ce, malgré quelques améliorations bienvenues comme le port micro-USB ou encore la prise jack de 3,5mm. Le processeur, similaire au Magic, ou encore la mémoire interne ridicule nous laisse sur notre faim.

Enfin, la valeur ajoutée de cet appareil est sans aucun doute l’Android à la sauce HTC, Sense, qui, au contraire de TouchFlo sur Windows Mobile, n’est pas qu’une surcouche et est une vraie modification de l’OS Android. Entre un Magic et un Hero, il est d’ailleurs difficile de croire que l’OS est identique à la base, HTC a donc parfaitement travaillé sur cette partie et l’a également grandement optimisé.

Bref, vous l’aurez compris, ce Hero n’est pas comme les autres Google Phone, il marque une étape importante dans la jeune vie d’Android. Sa finition et son interface nous montre qu’il est tout a fait possible de venir taquiner l’iPhone quand on y met les moyens. Pour preuve, c’est l’un des très (trop) rares téléphones qui m’a vraiment conquis dès la première fois que je l’ai vu.

Déballage en vidéo

Le Bon Sense en Action

[Daz] La vraie killer feature de ce HTC Hero, c’est Sense, la modification perso de HTC apportée à Android. Cette amélioration, et non une surcouche, est intégrée profondément dans le système, le tout en restant cohérente avec l’interface native d’Android, à l’inverse du TouchFLO sur Windows Mobile qui dévoilait son côté surcouche au bout de deux clics.

Cela se traduit dès l’écran d’accueil par le biais de 7 écrans (3 habituellement) personnalisables via une bibliothèque assez fournie permettant réellement de rendre son téléphone unique, que cela soit par l’ajout de widgets ou de raccourcis en tout genres.

L’interface est soignée, les effets eye-candy dont sont friands CERTAINS utilisateurs depuis quelques temps sont présents et bien intégrés. Que l’on parle des transitions et fermetures des fenêtres, du défilement en roue-libre des listes ou de la présentation en «rouleaux» lors du paramétrage des alarmes, tout est là et rivalise parfaitement avec tous ses concurrents.

La présentation des contenus rappelle d’ailleurs assez fortement le WebOS du Palm Pré (prévu en France avant 2014) avec son contenu présenté dans des cadres aux bords arrondis. Et tout comme le Pré, HTC a souhaité faire du Hero un smartphone fortement orienté vers les réseaux sociaux. Enfin, en tout cas au moins 3 des plus connus à savoir Facebook, Flickr et Twitter.

Ainsi, le répertoire unifié lie désormais chaque contact à son profil Flickr et Facebook (s’il est inscrit) pour récupérer les statuts, infos, photos de profil, albums photos, affiche également l’ensemble des messages, appels et mails échangés.

Pour ce qui est de Twitter, le Hero n’affiche pas les updates contact par contact mais propose une application Android maison appelée HTC Peep qui dispose également d’un widget pouvant être placé sur l’écran d’accueil. Le reste du système ne souffre pas la critique à l’exception de l’APN qui malgré ses 5 Mégapixels et son autofocus s’avère plus que moyen en photo, et carrément léger en vidéo. Dommage, d’autant que les options de partage permettent un large choix de plate-formes telles Facebook et Flickr, bien sûr, mais aussi Youtube ou Picasa.

[Anh] Que dire de plus, la grosse surprise du Hero vient de cette interface Sence. J’avais déjà testé un peu avant le Dream, le Magic et le Galaxy et honnêtement, Android ne m’avait pas plus impressionné que ça, j’aimais bien l’OS mais sans plus et là, Sense arrive avec des effets “Eye Candy” dans tous les sens et surtout avec une interface utilisateur à la hauteur de l’iPhone et/ou du Palm Pré. J’aurais bien patienté pour voir le Palm Pré de plus près mais actuellement, on n’a aucune nouvelle d’une sortie éventuelle pour la France et comme l’iPhone est devenu un produit de consommation de masse, je pense que si je devais craqué, ça sera pour le Hero.

HTC aurait pu s’arrêter à une simple mise à jour de l’interface mais ils ont ajouté des applications, des widgets de leur propre cru comme Peep avec son widget. Du coup, quant on utilise le Hero, on se retrouve dès le départ avec un certain côté social, et donc avec un smartphone plutôt complet, ce qui devrait plaire à bon nombre d’utilisateurs, et le tout en adéquation avec Sense. Un grand bravo au répertoire lié à Facebook, Twitter et Flickr qui permet de récupérer plus facilement les photos de ses contacts, mais aussi des statuts, des albums et j’en passe ! Ça change des autres téléphones où on devait tout se coltiner à la main.

Pour le côté PIM, je n’ai pas noté de soucis particulier, surtout parce que tout est géré sur GMail, oui, j’ai basculé de MobileMe vers Google, c’est un grand pas pour moi. Evidemment, rien ne vous empêchera de ne pas utiliser les applications de Google mais il faut le dire, c’est mieux ! Android, c’est vraiment fait pour les utilisateurs de Google ! Mais ça, vous le saviez déjà.

[Greg] Comme mes collègues, je pense que le HTC Hero ne serait rien sans Sense, l’interface maison du constructeur taiwanais. Bien que très similaire à TouchFlo 3D, la surcouche de HTC pour les téléphones sous WinMo, et dont il s’inspire, Sense est bel et bien différent. Il ne s’agit pas là d’une simple surcouche, mais d’un dérivé de l’OS Android modifié et customisé par HTC.

Sense rend Android plus ergonomique, plus accessible, mais également plus beau (effets, design…) et c’est de cela dont l’OS de Google avait besoin pour toucher une cible plus large. Je ne dis pas que les autres constructeurs ne le feront pas sur leurs futurs mobiles, mais HTC a eu la bonne idée d’être le premier à bien le faire.

Car en plus de l’interface, HTC a développé un certain nombre de widgets (météo, Twitter, album photo, calendrier, musique…), donné la possibilité de personnaliser les sept écrans de l’accueil (au lieu de trois à la base sur Android) et surtout a su parfaitement faire le lien entre les différents réseaux sociaux (Flickr et Facebook notamment). Le fait de pouvoir synchroniser ses contacts avec ces derniers est pratique, mais attention, comme souvent sous Android, pour en profiter un maximum vous devrez utiliser les services de google, ici “Contacts” (via Gmail), même si cela n’est pas une obligation. Cette synergie entre les différents réseaux sociaux et ses contacts, est d’ailleurs à la base une idée de Palm pour son Pré mais malheureusement, ce dernier tarde à débarquer chez nous ! Heureusement que HTC s’en est inspiré pour notre plus grand bonheur et l’a très bien intégré. Attention par contre, la synchronisation de toutes ces données peut parfois être un peu (beaucoup) longue et même ralentir le mobile, alors un petit conseil, dans la mesure du possible, la première fois, essayez de passer par le WiFi.

Présentation en vidéo

Bon, on a dû désactivé la vidéo pour l’instant pour faire des petits changements 😉

Désolé pour les bruits de ronflement, mais c’est l’ami poupoudou, qui était pourtant bien bien loin de la caméra ! Visiblement, le test du Hero ne l’a pas passionné…

Internet, le Nerf de la Guerre

[Daz] Comme on dit sur Coruscant, “la robe ne fait padawan” et la bataille du smartphone se fait avant tout par et sur Internet donc répondons à la question qui taraude les technophiles au point de les empêcher de dormir:

Le navigateur maison vaut-il le coup ?

La réponse est OUI. De mon point de vue, ce navigateur à base de Chrome (il parait) est parfaitement fonctionnel et utilisable au quotidien. Je n’ai pas benchmarké la vitesse d’affichage des pages, mais le navigateur ne me parait pas pédaler dans la semoule de manière exagérée. Il reste cohérent niveau ergonomie, surtout une fois qu’on a compris que le bouton Menu permettait d’afficher la barre d’adresse ^^

Et le Flash ? Comme dit plus haut, cette fonctionnalité ne doit surtout pas être considérée comme un critère d’achat. L’implémentation tient en effet plus de l’argument marketing gadget que d’un élément réellement réfléchi et utilisable. Les vidéos en Flash ne sont pas toutes prises en charge, les bandeaux de pub jouent sur la taille des pages téléchargées et l’argument «un monde de jeu à portée de main» ne tient pas, 90% des jeux Flash nécessitant l’utilisation d’un clavier mécanique.

[Anh] Une des choses qui m’a toujours fait rester sur l’iPhone, c’était évidemment l’interface utilisateur générale mais aussi la navigation internet. J’avais beau testé d’autres téléphones, d’autres OS, il n’y avait rien à faire, Safari Mobile, c’était ce qu’il y avait de mieux. Oui, bon, j’avais bien aimé Chrome Mobile sur le Magic, mais comme je l’ai dit plus haut, l’interface de base d’Android ne m’avait pas spécialement séduit, ce qui n’est pas le cas du Hero avec Sense. Et oui, il y a un tout quand même et les utilisateurs veulement maintenant le beurre et la présentation du beurre 😛

A titre de comparaison, sur Symbian, on a encore l’impression d’avoir un navigateur d’ancienne génération. Certes, ça passe bien avec le Nokia N97 ou le Samsung Player HD mais leur navigateur a un train de retard, je le compare plus à un Opera Mini qu’à un Safari Mobile. Du côté de Windows Mobile, je ne vous parlerai même pas d’IE Pocket, par contre, il est vrai qu’Opera Mobile est plutôt une réussite et se présente comme un vrai concurrent de Safari Mobile. Mais encore une fois, l’OS pêche et le navigateur nordique accuse le coup à cause de la lourdeur de Windows Mobile qui le rend lent et saccadé au bout de quelques temps d’utilisation.

Et là où Chrome Mobile s’en sort bien, c’est qu’il tient la dragée haute à Safari Mobile avec en plus une pointe d’Opera Mini, c’est à dire que le navigateur d’Android se permet d’adapter le texte à la largeur de l’écran et en fonction du zoom, ce qui est appréciable et nous évite d’ajuster le zoom à la zone de texte. Par contre, j’aurais aimé un chouilla plus de fluidité mais c’est le prix à payer pour le multi-tâche. Et oui, quand il n’y a plus rien en tâche de fond, ça fonctionne nickel mais avec plusieurs (genre une dizaine) applications derrières, ça va mais on perd en fluidité.

[Greg] Un peu comme Anh, j’avoue que pour moi, l’iPhone et surtout Safari Mobile était un exemple de ce que doit être, de nos jours, l’internet mobile sur un portable : fluide et ergonomique. Après avoir essayé plusieurs navigateurs, Opera Mobile semblait le meilleur concurrent même si Chrome Lite sur les mobiles Android devenait intéressant.

Ici, Safari Mobile est tombé sur un réel concurrent qui selon moi, fait même mieux. D’une part, parce que le Chrome Lite est exploité à fond sur le Hero et dispose d’une aussi bonne rapidité (cela dépend cependant de votre connexion, mais aussi du nombre d’applications lancées au même moment évidemment). D’autre part, parce que l’ergonomie est aussi bonne, grâce au multitouch, un écran tactile qui répond bien ainsi que le support du flash même si celui-ci n’est pas optimal. En effet, les vidéos flash embarquées comme sur daylimotion (au contraire de youtube parfaitement supporté) sont assez saccadées quand on les lit dans une page et les grosses animations flash sur des sites subissent quelques ralentissements, sans parler des jeux qui sont rarement jouables. Attention, il est tout de même agréable, de voir apparaitre les différents flashs sur les sites web, à la place d’espaces blancs. Mais au moins, HTC a fait l’effort et il est clair que les prochains modèles seront beaucoup mieux optimisés.

Le Hero, à la Croisée des Chemins ?

[Daz] Passons à la rubrique qui va déclencher 4 autodafés et 8 croisades vers Cupertino. Face à l’iPhone, que vaut le Hero ?

Là encore, je ne vais pas comparer les vitesses d’obturation du capteur photo ou le bruit du clic sur le bouton Home mais plutôt donner un avis complètement subjectif, celui d’un utilisateur ayant passé les 18 derniers mois en compagnie d’un iPhone, le tout réalisé dans le laboratoire indépendant de mon salon et de la rédaction du JDG.

Allons à l’essentiel, pour moi le Hero est le premier terminal sous Android à pouvoir réellement supporter la comparaison avec l’iPhone. A mon sens, il prend le meilleur de l’iPhone, à savoir les “standards” qu’il faut désormais respecter côté UI, et le potentiel gigantesque d’Android.

Sur le plan de la finition, le portable de HTC s’illustre par sa qualité d’assemblage et le choix des matériaux et n’a donc pas à rougir face à un iPhone qui “cheapifie” (si, ça se dit) un peu plus sa qualité d’assemblage à chaque nouvelle version.

L’appréciation du design général dépendra des goûts de chacun mais il faut reconnaître qu’il a le mérite de ne laisser personne indifférent. Côté logiciel, Sense rajoute la couche de vernis qui manquait cruellement aux terminaux Android précédents et se permet même d’innover, notamment dans la gestion du carnet d’adresse, des thèmes et plus globalement de la personnalisation des écrans d’accueil qui permettent réellement de se bricoler un mobile sur mesure.

Et c’est cette profondeur qui pour moi surclasse l’iPhone: le Hero via le multitâche, non limité aux seules apps de musique et de client mail, permet de faire tourner en permanence les applications communicantes (Twitter, Mail, Google Talk…) et de rester ainsi connecté en temps réel sans avoir besoin de lancer l’application pour rafraichir les données. Ca vous parait peut-être évident comme ça, mais après 18 mois d’iPhone, je vous garantis que c’est ce côté sur-connecté qui m’a frappé, surtout quand on reçoit une notification de chat en direct alors qu’on est dans le RER.

Mais pour communiquer, il faut pouvoir écrire et un clavier virtuel raté pourrait gâcher les efforts réalisés sur le reste. Eh bien on peut respirer car le clavier virtuel du Hero est pour moi une réussite, la saisie prédictive fonctionne parfaitement bien et la réactivité de l’ensemble fait plaisir à voir. Pour info, j’ai tapé la moitié du présent texte depuis le clavier virtuel et je n’ai jamais rencontré “l’effet Minitel” que je croise encore parfois sur l’iPhone (OS 3.0) à savoir un gel temporaire de la saisie puis un emballement épileptique qui enchaine les lettres d’un coup. Certains caractères comme l’apostrophe mériteraient une touche dédiée, comme c’est le cas sur iPhone, et la barre espace pourraient gagner un petit peu en largeur en mode paysage, mais ce clavier reste complètement utilisable en toutes circonstances.

Forcément, ce côté communicant joue sur l’autonomie et il faut reconnaître que depuis une semaine que j’ai le portable, la recharge en fin de journée est indispensable (précision: je laisse la 3G+ et les options de push activées constamment). Côté interface, les 6 boutons physiques (dont 4 nécessaires à Android) peuvent paraître de trop quand on les compare au bouton unique de l’iPhone. Mais à la différence de ce dernier, pas besoin d’utiliser des simples/doubles/triples clics pour revenir au lecteur audio…

C’est d’ailleurs, de mon point de vue, là que la concurrence a sa carte à jouer: fidèle à son credo stipulant que c’est au design de tirer l’ingénierie, Apple va rester figée sur cette configuration hardware, obligeant les ingés à développer des trésors d’ingéniosité pour augmenter les possibilités d’utilisation, là où les concurrents auront plus de champ quant aux solutions à adopter.

Attention, tout n’est pas rose non plus pour le Hero et certains choix ergonomiques propres à Sense et/ou Android restent discutables. Citons en vrac (liste non-exhaustive):

* La sur-utilisation du bouton Menu
* Le widget Horloge de HTC qui affiche toujours une heure de retard pour le plaisir de revenir à l’heure courante avec une petite animation trop mignonne (au début)
* La recherche uniquement contextuelle quand on souhaiterait une recherche universelle de tout le contenu du téléphone
* Les descriptions parfois approximatives du menu contextuel (particulièrement sur les “activé” / “désactivé”)
* Les sonneries persos qui ne résistent pas à un passage en mode USB ou un reboot et qui demeurent introuvables par la suite
* Le bouton Retour situé trop bas sur la facade et qui oblige les droitiers à tenir le portable du bout des doigts

Il y’a comme ça foule de petites choses pas fondamentalement bloquantes mais qui ternissent un peu l’expérience novatrice proposée par ce téléphone.

[Anh] +1 😉

[Greg] +2, il est fort ce Daz 🙂

Je rajouterai juste que le fait d’avoir quelques boutons peut être une hérésie pour certains, mais bien au contraire, ceux du Hero sont vraiment pratiques et surtout le trackball, qui comme chez Blackberry apporte un certain confort dans la navigation à une main.

Le clavier virtuel est également assez pratique et réactif, mais HTC est encore une fois allé un peu plus loin avec un système de double touche qui évite de naviguer entre deux claviers par exemple.

Côté autonomie, honnêtement, en utilisation intensive (web, push, appels, twitter…), je tiens un jour, ce qui au final parait normal par rapport au concurrent. En utilisation classique un jour et demi à deux jours, ce qui n’est pas trop mal.

Cependant comme l’a dit Daz, tout n’est pas rose pour le Hero et quelques détails peuvent parfois être pénibles, voir stopper net votre “expérience utilisateur”. Pas d’inquiétude, cela reste surmontable et pour beaucoup, il s’agit d’erreurs de jeunesse.

App Wars

[Daz] Nous le savions, la meilleure UI de l’Univers n’est rien si aucun soft ne permet de poursuivre l’expérience et à ce titre, une comparaison avec l’iPhone se doit d’aborder l’Android Market vis à vis de l’App Store.

Comme prévu, à ce niveau là, il n’y a pas photo. Pourtant, la visibilité des applications et le feeling général entre les 2 plateformes sont très proches: App Store ou Android Market, c’est le même boxon pour s’y retrouver.

img_6476

Néanmoins c’est le sentiment d’amateurisme complet qui m’a étonné sur l’Android Market. Je ne connais pas le processus de validation avant la publication d’une app sur l’Android Market, je ne pense pas non plus que le droit de vie et de mort arbitraire dont dispose Apple soit la solution idéale, mais je constate que l’apparente absence de règles, tant en terme de contenu que d’interface, débouche sur pas mal d’applis mal finies, mal pensées, voire les deux.
Il est sain de se dire que n’importe quel développeur, amateur ou professionnel ait le droit de développer avec un SDK gratuit, mais un VRAI filtrage serait tout de même un plus non négligeable.

Pour une application valable, combien d’autres ne s’avèrent être que de vulgaires raccourcis vers un service web ? Combien proposent des contenus de qualité médiocre (packs de sonneries avec un souffle plus présent qu’un enregistrement sur cassette) ? Combien pompent sans vergogne d’autres apps connues ou proposent des contenus en violation flagrante de copyright ?

img_6474

On me rétorquera à raison que les apps Mirror ou le coussin péteur de l’App Store ne valent guère mieux, mais ces apps merdiques sont effacées par des applications ou des jeux réellement interessants développés par des studios qui ont vraiment investi pour développer sur iPhone, à l’image d’Intua, ngmoco ou Firemint.

Et justement, je pense qu’une boite intéressée par le développement sur Android peut décider de ne pas investir en voyant que le Market Place ressemble parfois au Far West avec 102 versions différentes du morpion, 24 solitaires, 18 batailles navales et 8 démineurs.

Avant que les ayatollahs de la plate-forme ne me sautent à la gorge, je tiens à préciser que le libre ne doit pas être pris comme une excuse pour pondre tout et n’importe quoi. C’est mon avis, beaucoup ne seront pas d’accord et vont essayer de m’apprendre la philosophie qui le régit mais je le dis ici: avec Android il est très facile d’installer des apps sans passer par le market, donc ce dernier devrait servir de vitrine pour promouvoir la plateforme plutôt que d’être utilisé comme fourre-tout.

Mais assez digressé, retournons au Hero si vous le voulez bien^^

img_6475

[Anh] Au niveau de l’Android Market, je serai sans doute moins critique que Daz. Certes, on doit le comparer à l’AppStore d’Apple mais il faut garder à l’esprit que la communauté n’est pas du tout la même. Autant l’AppStore propose non seulement des applications issues d’amateurs mais aussi de grands studios de développement, autant sur l’Android Market, on a plutôt droit pour l’instant qu’à des amateurs et/ou de petits studios de développement. Il va falloir laisser un peu de temps à l’OS de Google pour s’attacher les services des grands de l’AppStore !
Du coup, peut-être que Google devrait suivre la voie de Microsoft et détaché une équipe pour aller séduire les développeurs sur iPhone.

On verra bien dans un futur plus ou moins proche mais parce que techniquement parlant, c’est plutôt kif-kif, Android a de quoi séduire l’utilisateur d’iPhone ! Il suffit de prendre pour exemple les applications du Parisien ou de 20 Minutes, et on se retrouve avec la même chose à peu de chose près sur les deux plates-formes. Quand on voit des jeux comme Labyrinthe Lite, Bonsai Blast ou d’autres, on ne peut que penser qu’Android est en train de suivre la même voie qu’Apple. Et je suis plutôt optimiste quant aux futures applications pour l’Android Market, surtout quant on voit comment Nokia est en train de se planter avec l’OVI Store.

Dans les choses à améliorer, il est évident qu’avoir une application de bureau, ça aide pour découvrir des applications, des avis et tout et tout, mais je vous l’accorde, on peut s’en passer. Mais dans ce cas, il va juste falloir revoir un minimum l’interface de l’application embarquée. Typiquement, un des trucs qui me sidère, c’est le fait que dans une catégorie d’applications, on n’ait pas de pagination, plus on scrolle vers le bas, plus ça charge d’application si bien qu’on s’y perd rapidement au bout de quelques coups de scrolls.

_dsc08522

[Greg] L’Android Market est bien entendu un des points clés d’Android, comme iTunes Store est devenu indispensable à l’iPod et l’iPhone. Cependant, le store de Google est encore jeune et comme le dit Daz, il est très dur de s’y retrouver et les doublons (même type d’application) sont plutôt nombreux. Par contre, les développeurs commencent à s’y mettre, vu qu’Android gagne du terrain, et c’est une bonne chose. Du coup, il est maintenant courant de trouver des applications développées sur les deux plates-formes ! Cependant, les gros studios ne s’y sont pas encore mis et c’est peut être ici que Google devrait faire jouer son carnet d’adresses, car pour l’instant on à l’impression que le géant américain à fait une boutique d’application pour en faire une comme ses concurrents (Nokia, Samsung, LG…). Je ne dis pas qu’on ne retrouve rien sur l’Android Market, mais disons qu’il faut être patient et bien chercher.

Notez qu’il est possible d’ajouter des applications sans passer par Android Market. Soit en scanner un QR code, d’une application trouvée sur le net, via “Barcode Scanner”. Ou tout simplement de télécharger un fichier .apk de le mettre sur la carte SD et de l’installer via l’application “AppManager”.

Le Reste

[Anh] Il reste quelques points qui n’ont pas été abordé et du coup, j’attaque tout dans ce paragraphe 😛 On commence par l’APN, Daz l’avait déjà dit plus, haut, il craint et bien il n’y a pas de doute, les photos ne sont pas les plus nettes et ça manque de lumière et de chaleur. J’aurais bien voulu un petit flash voir même un petit miroir pour les auto-portraits, je pense que ça n’aurait pas affecté le design. De même, je ne suis pas contre les système de cache à la N97 ou au Sony Ericsson C905 qui permet d’activer l’APN sans passer par les menus !

imag0002

imag0004
Photos prises avec le HTC Hero

Au niveau de la vidéo, je ne comprends pas, comment se fait-il, à cette époque, qu’on ne puisse même pas enregistrer en VGA … C’est un comble, surtout pour un terminal plutôt orienté social avec les autres Youtube, Flickr, Twitter et consors ! Non, vraiment, je ne comprends pas !

Pour ce qui est de l’écran, le fait qu’il soit capacitif aide énornément à la navigation et j’imagine même pas qu’il aurait pu être de type résistif. Je me demande d’ailleurs encore pourquoi Nokia n’a pas choisi ce type d’écran pour son téléphone haut de gamme, le N97. Avec une utilisation au soleil, ça passe plutôt bien mais ça ne rivalise pas le moins du monde avec un écran AMOLED comme on peut en trouver sur le Samsung Galaxy ou le Samsung Player HD. C’est à peu près comme l’iPhone en fait ! A noter que l’écran est haptique, ça ne plait pas forcément à tout le monde mais j’aime bien comme le fait par exemple, lorsque vous passer un appel, vous n’êtes pas obligé de coller votre téléphone à l’oreille, vous pouvez simplement attendre la petite vibration haptique, synonyme de la mise en relation avec votre contact.

Pour les connectivités, je n’ai pas noté de choses particulières avec le WiFi, ça fonctionne plutôt bien et la sensibilité au poil. Pour ce qui est de la 3G, j’ai eu l’impression que ce n’était pas super sensible, j’ai rarement eu toutes les barres alors qu’avec le Touch Diamond 2 ou le N97, no soucy ! Pour le Bluetooth, pas de soucis particulier non plus, j’ai jumelé le Hero avec mon oreillette (Jawbone Prime) et ça fonctionne nickel ! On m’avait parlé d’un décalage d’une seconde à la connexion en Bluetooth, je n’ai eu ce problème pour ma part donc je pense que c’est plutôt lié à l’oreillette Bluetooth.

Sans l’avoir testé, il est bon de noté que le HTC Hero est livré avec le logiciel HTC Sync pour synchroniser votre terminal avec Outlook/Outlook Express. Et pour ceux qui la cherche, elle est sur la microSD de 2Go livré avec l’appareil. A noter aussi le support d’Exchange, ce qui devrait en séduire un bon paquet d’entre vous. Evidemment, étant sous Mac, je n’ai rien pu tester si ce n’est déploré le manque de considération pour la Pomme … Snif snif !

On ne le note pas assez souvent, mais, comme pour l’iPhone, le Nokia N97 ou encore le Samsung Galaxy et contrairement au HTC Magic, le Hero intègre un détecteur de luminosité afin de s’adapter à la lumière ambiante. Evidemment, c’est règlable manuellement et plutôt pratique dans la vie de tous les jours ! Par contre, pas de détecteur de proximité comme les trois premiers cités, dommage !

Daz vous a aussi déjà parlé du clavier virtuel et combien il était plutôt bien fait, je voudrai juste ajouter qu’il y a en plus dans les entrailles du clavier des touches dédiées aux émoticônes les plus utilisés, ça ne révolutionne rien mais ça simplifie la vie !

img_6478

Pour ce qui est du GPS, ça fonctionne évidemment plutôt bien avec Google Maps, par contre, faute de logiciel, je n’ai pas pu testé la navigation. Je suis d’ailleurs en train de voir pour récupérer CoPilot Live 8 pour Android, ce qui me permettra enfin de tester cette fonction PND, mais d’après GPSAndCo, ça fonctionne plutôt très bien !

[Greg] J’ai également noté quelques trucs dont Daz n’a pas parlé, ni Anh 🙂

img_6469

Tout d’abord, le lecteur de musique qui est pas mal fait, avec un faux air d’iPod touch. Les titres sont lus à partir de la carte mémoire, l’application reconnait les pochettes d’album, les Tag ID3 (d’ailleurs, pas de classement par dossier) et il est même possible de faire des playlists à la volée. Dans cette application l’accéléromètre ne fonctionne pas. Formats supportés : MP3, AAC(AAC, AAC+, AAC-LC), AMR-NB, WAV, MID, WMA.

img_6471

Concernant la vidéo, le Hero peut lire avec l’application livrée les formats MPEG-4, H.263, H.26, WMV. Mais malheureusement, il faut que les vidéos soient au format 320×480, sinon cela ne passera pas, ce qui signifie un réencodage quasi obligatoire. Pour info, j’ai réencodé certains de mes fichiers vidéo avec un logiciel qui permet de réencoder pour l’iPod (Videora), puisque le format est identique et cela passe donc parfaitement. Idem, les podcasts d’iTunes peuvent être transférés sur le Hero (voir la vidéo du test). Par contre, la qualité n’est pas fantastique au vue de la résolution supportée… Gageons qu’un développeur pensera dans un futur plus ou moins proche à une sorte de DivX Player ou un VLC pour Android 😉

img_6472

Enfin, vous l’aurez certainement remarqué, mais le Hero n’a ni tuner FM, ni transmetteur FM, dommage.

Les Moyens de ses Ambitions

[Daz]
Concernant la partie technique, le sentiment est mitigé. L’adoption du même CPU et d’à peine plus de RAM que le Magic avec dans le même temps une interface bien plus gourmande pouvait inquiéter. Et à raison.

Avec plusieurs applis lancées ou des écrans chargés de widgets communicants, le Hero montre ses limites et la réactivité générale s’en ressent.

Rassurons tout de même les angoissés, le téléphone ne pêche jamais au point de devenir inutilisable comme un P3300 avec une ROM TouchFLO exotique choppée chez XDA, par exemple.

Pour conclure, vous l’avez compris, je suis emballé par ce Hero qui permet aux “power users” un peu frustrés par le côté dirigiste de l’iPhone de se retrouver avec un OS plus bidouillable sans sacrifier le côté sympa de l’interface utilisateur. Il est certes un peu juste techniquement mais cela ne se remarque vraiment qu’à pleine charge et ne gâche en rien l’utilisation pouvant être faite de ce mobile.

Ce téléphone a tout pour devenir une référence côté Android et pourrait attirer vers la plate-forme de nouveaux utilisateurs et développeurs. Ceci évidemment à condition de le marketer convenablement et la sortie scandaleusement discrète avec une absence quasi totale de pub de la part de HTC montre que la route est longue avant de cibler la ménagère de moins de 50 ans.

N’est pas Apple ou Nintendo qui veut.

[Anh]
Au niveau de l’utilisation en générale, comme pour les Dream, Magic ou autres Galaxy, avec un certain nombre d’applications ouvertes, l’OS va commencer à ralentir. Evidemment, beaucoup vont comparer, encore une fois, le Hero à l’iPhone, mais il ne faut pas oublier que l’iPhone est mono-tâche et non multi-tâche ! Oui, à part le lecteur audio et le client mail … Mais du coup, si vous prenez le soin de fermer, et non mettre en veille, les applications lourdes, l’OS tournera sans problème. Et donc, n’oubliez pas d’installer le logiciel TasKiller, par exemple, pour gérer vos applications. Et à titre de comparaison, une application, n’importe laquelle, avec le client mail et le lecteur audio, c’est tout aussi fluide que l’iPhone 😛

Pour conclure, de mon côté, HTC vient de montrer la voie aux autres constructeurs, à défaut d’avoir un OS propriétaire et fermé, chacun pourra passer sans problème à Android et avoir sa propre interface. Je vois déjà Samsung appliquer son TouchWiz sur Android et pourquoi pas un LG Arena sous Android. Les possibilités sont énormes, il faut juste leur laisser un peu de temps pour qu’on évite de tous se faire iPhone-iser le cerveau.
Le HTC Hero est un mobile solide et sans gros défauts, il plaira aussi bien aux technophiles qu’à ceux qui ne peuvent plus se passer de l’internet mobile. L’interface utilisateur est lèchée et bien pensée et on garde toute la compatibilité Android. C’est actuellement le meilleur mobile Android du marché, oui bon, il n’y en a pas beaucoup 😛 Mais il marque un pas dans le monde Android. Dans tous les cas, si vous êtes un utilisateur de Google (GMail, etc…), foncez ! Mais oui, foncez !

[Greg]
Pour avoir testé l’ensemble des téléphones mobiles sous Android, je peux dire que ce HTC Hero est le meilleur d’entre eux à ce jour. Avec Sense, HTC a ouvert la voie aux autres constructeurs qui devraient à leur tour proposer des interfaces d’Android personnalisées. Mais espérons qu’ils le feront aussi bien, car vraiment, le Hero est un régal à utiliser pour un Geek mobile, sous couvert d’avoir le forfait qui va bien (comptez 50€ en général chez les trois opérateurs).

Le Hero a bien entendu quelques défauts, et comme dit ici et là, il n’est pas exempt de quelques ralentissements quand trois d’applications plus ou moins gourmandes sont en cours, mais avec Taskiller, cela se gère parfaitement et vous devriez avoir que rarement de soucis.

Avec le Hero, HTC amène Android vers le grand public, il faut maintenant que les opérateurs jouent le jeu et arrêtent de promouvoir à outrance l’iPhone. Car n’ayons pas peur pas peur de le dire, oui le Hero est une réelle alternative à l’iPhone !

Le HTC Hero est proposé au alentours de 500€ sans abonnement et sera disponible chez Orange dès la fin de ce mois d’août … normalement 😉

Galerie photo complète

[Anh] Le HTC Hero fait partie de ces rares nouveaux smartphones qui se positionnent comme une réelle alternative à l’iPhone, si bien que dans la Team JDG, on est pas moins de trois à avoir succombé aux charmes du dernier smartphone Android de HTC. Du coup, avec trois membres ayant eu l’appareil à peu près en même temps, on vous propose un test un peu différent et sans doute un des tests les plus longs du Journal du Geek. En effet, parce que c’est Daz qui l’a eu en premier, il a eu droit à la primeur du test et donc de travailler un peu parce que bon, il se la coule plutôt douce sur le Journal du Mac, hein ? Et en plus, avec son passif lié à l’iPhone et ce, sur 18 mois, il était intéressant d’avoir son avis et surtout son “switch” de l’iPhone vers le HTC Hero. Mais comme sur le Journal du Geek, on l’a testé aussi, on a complété le test par nos avis, à savoir Greg, vendu à la cause Android depuis les débuts de l’OS de Google et moi-même, qui est plutôt le touche-à-tout passant de Symbian à Android en s’arrêtant sur Windows Mobile.

htc-leet

Evidemment, on ne va pas pouvoir le faire tout le temps mais dites-nous si ça vous a servi ou pas, et si ça n’a pas été une totale perte de temps 😛 Oui parce que mine de rien, coordonner trois testeurs, ce n’est pas de tout repos. Sinon, comment ça fonctionne ? En gros, pour chaque partie, ça commence par Daz et c’est complété par Greg et moi-même. On le signale à chaque fois.
Et comme Daz a voulu faire son Geek, vous noterez la photo d’intro qu’il a absolument voulu qu’on réalise avec le HTC Hero.

[Daz] Le HTC Hero est le 3ème terminal du constructeur Taïwanais à tourner sous Android, l’OS mobile de Google. Inutile de vous dire que HTC n’en est plus à un coup d’essai. Du coup, il est le premier à proposer la réinterpretation maison d’Android, directe héritière du TouchFLO, une interface utilisée sur les terminaux sous Windows Mobile du constructeur, et nommée pour l’occasion “Sense”.

Présentation

[Daz] Le Hero reprend un peu le form factor du HTC Dream en réutilisant son “menton” et qui ne laisse généralement personne indifférent. On aime ou pas, mais il est vrai que ce signe distinctif permet d’identifier la gamme Android de HTC au premier coup d’œil.

Niveau boîtier, le Hero mélange le métal brossé de la façade à un revêtement Teflon appliqué sur le plastique du boîtier, conférant ainsi un toucher doux et plutôt agréable sans oublier une résistance modérée aux rayures (comprendre: tant qu’on ne lacère pas le boîtier au couteau) (no ken).

En façade, nous retrouvons un écran capacitif de 3,2″ d’une résolution de 320 x 480 et 65K couleurs avec donc un revêtement en verre/plastique dur traité contre les traces de doigts. En bas se trouvent les 4 boutons classiques (Appel, Accueil, Menu et Raccrocher) lié à Android. Au centre du “menton” trône le classique trackball déjà vu sur les précédents GooglePhones de HTC ainsi que sur les Blackberry. Juste à sa droite se trouve un large bouton regroupant les fonctions de recherche contextuelle et de retour.

Aucun autre bouton n’est présent sur le mobile à l’exception du bouton de volume également téflonisé et camouflé sur le côté droit de l’appareil. Sur la tranche haute se trouve une -bienvenue- prise jack 3,5 mm acceptant de fait tout type d’écouteurs à ce format tandis que le bas du boîtier reçoit l’habituel port ExtUSB de HTC dérivé du mini-USB (avec lequel il est d’ailleurs parfaitement compatible).

La qualité d’assemblage de l’ensemble frise le sans-faute, le Hero dégage une impression de solidité et de haut de gamme à la finition irréprochable. On est ici clairement assez loin de l’aspect cheap du Dream.

Côté caractéristiques techniques en revanche, le Hero joue à peu de choses près à jeu égal avec ses deux prédécesseurs. Il est animé par un processeur Qualcomm MSM7200A cadencé à 528 Mhz, 288Mo de RAM et de tous les attributs d’un smartphone en 2009: WiFi, Bluetooth 2.0, GPS, HSDPA, accéléromètre, boussole, APN 5 Mpx avec auto-focus… et un port MicroSD/SDHC pour augmenter à loisir la taille -ridicule- de 512 Mo disponible d’origine.

En revanche, là où le Hero se détache des précédents Gphones, c’est sur ces quelques nouveautés qui font plaisir et qui font surtout la différence. L’adjonction du multitouch dans le navigateur et les albums photos par exemple, prouvent que HTC ne compte pas attendre Android 2.0 pour ajouter un peu de finesse dans ce monde de brutes. Il y a aussi la prise en charge alternative de Flash, le célèbre protocole que personne ne semblait capable d’intégrer décemment à un smartphone.

A noter que par “alternatif”, je parle au sens électrique du terme, hein: le Flash, des fois ça marche, et des fois non, nous y reviendrons plus loin.

[Anh] Depuis un certain temps, HTC a fait d’énormes progrès en terme de finition et même si 90% des terminaux tournaient sous Windows Mobile (on ne peut pas tout avoir), on ne pouvait que saluer la finition ainsi que la surcouche Touch Flo qui, malgré une première version en demi-teinte, a permis d’humaniser un peu l’interface rigide de Windows Mobile. D’ailleurs, malgré Windows Mobile 6.1, le degré de personnalisation par HTC sur son nouveau Touch Diamond 2 est tout simplement hallucinante ! Il faut vraiment aller loin pour toucher à Windows Mobile, et bien tout ça pour vous dire que HTC a fait la même chose avec le Hero et Android.

Comme pour ses homologues sous Windows Mobile, HTC s’est bonifié avec le temps et à chaque apparition d’un nouveau terminal, c’était un pas en avant qui était fait. Après un premier Dream qui n’était pas le plus réussi en terme de design mais qui a eu le mérite d’être le premier terminal sous Android, on est passé au Magic qui a fait un énorme pas en avant en terme de design avant de finir avec un Hero à la finition impeccable et surtout un Android à la sauce HTC qui ne laisse personne indifférente, Sense.

Le design du Hero reprend en fait un peu le Dream mais sans le clavier physique. Je vous avouerai que la première fois que j’avais entendu cette comparaison, j’avais eu un peu peur mais une fois en main, on est impressionné par le design et la finition. J’avais eu aussi un peu peur pour le “menton” héritage du Dream, mais encore une fois, on s’y attache parce que la prise en main n’en est que meilleure.

Je ne reviendrai pas sur le trackball, comme sur les Blackberry, qui est pour moi la meilleure méthode de navigation hors tactile. J’ai pu jouer avec le Samsung Galaxy et honnêtement, un trackball, c’est tout simplement mieux qu’un pavé directionnel. De même, avec le trackball du Hero, vous pourrez naviguer entre les différents écrans d’accueil, ce qui ne vous oblige pas à passer par le tactile et ce n’est pas plus mal.

Même si le Hero ne révolutionne pas son genre au niveau matériel, je vous avoue que j’aurais bien souhaité une mémoire interne d’au moins 8Go et non ces pauvres 512Mo (certes avec une microSD de 2Go de fournie), un peu comme ce que proposent ses concurrents directs (Samsung Galaxy – 8Go, iPhone – 16Go ou 32Go, Nokia N97 – 32Go, Samsung Player HD – 8Go).

[Greg] Le HTC Hero est dans la lignée des deux derniers modèles sous Android, du constructeur, son design est discutable, mais honnêtement j’ai adhéré du premier coup ! Ce pavé en bas du téléphone, où sont situées les commandes, lui confère un style vraiment unique comparé à ce qui existe. De même, à l’usage, ce “menton” s’avère plutôt utile lors d’une utilisation mono-main. La finition du Hero semble très robuste contrairement à d’autres et le choix des matériaux (Aluminium et Téflon) ne fait que renforcer cette impression.

Côté hardware, je ne vais pas revenir sur ce qui a été dit, mais il est vrai que le Hero ne révolutionne pas les mobiles sous Android et ce, malgré quelques améliorations bienvenues comme le port micro-USB ou encore la prise jack de 3,5mm. Le processeur, similaire au Magic, ou encore la mémoire interne ridicule nous laisse sur notre faim.

Enfin, la valeur ajoutée de cet appareil est sans aucun doute l’Android à la sauce HTC, Sense, qui, au contraire de TouchFlo sur Windows Mobile, n’est pas qu’une surcouche et est une vraie modification de l’OS Android. Entre un Magic et un Hero, il est d’ailleurs difficile de croire que l’OS est identique à la base, HTC a donc parfaitement travaillé sur cette partie et l’a également grandement optimisé.

Bref, vous l’aurez compris, ce Hero n’est pas comme les autres Google Phone, il marque une étape importante dans la jeune vie d’Android. Sa finition et son interface nous montre qu’il est tout a fait possible de venir taquiner l’iPhone quand on y met les moyens. Pour preuve, c’est l’un des très (trop) rares téléphones qui m’a vraiment conquis dès la première fois que je l’ai vu.

Déballage en vidéo

Le Bon Sense en Action

[Daz] La vraie killer feature de ce HTC Hero, c’est Sense, la modification perso de HTC apportée à Android. Cette amélioration, et non une surcouche, est intégrée profondément dans le système, le tout en restant cohérente avec l’interface native d’Android, à l’inverse du TouchFLO sur Windows Mobile qui dévoilait son côté surcouche au bout de deux clics.

Cela se traduit dès l’écran d’accueil par le biais de 7 écrans (3 habituellement) personnalisables via une bibliothèque assez fournie permettant réellement de rendre son téléphone unique, que cela soit par l’ajout de widgets ou de raccourcis en tout genres.

L’interface est soignée, les effets eye-candy dont sont friands CERTAINS utilisateurs depuis quelques temps sont présents et bien intégrés. Que l’on parle des transitions et fermetures des fenêtres, du défilement en roue-libre des listes ou de la présentation en «rouleaux» lors du paramétrage des alarmes, tout est là et rivalise parfaitement avec tous ses concurrents.

La présentation des contenus rappelle d’ailleurs assez fortement le WebOS du Palm Pré (prévu en France avant 2014) avec son contenu présenté dans des cadres aux bords arrondis. Et tout comme le Pré, HTC a souhaité faire du Hero un smartphone fortement orienté vers les réseaux sociaux. Enfin, en tout cas au moins 3 des plus connus à savoir Facebook, Flickr et Twitter.

Ainsi, le répertoire unifié lie désormais chaque contact à son profil Flickr et Facebook (s’il est inscrit) pour récupérer les statuts, infos, photos de profil, albums photos, affiche également l’ensemble des messages, appels et mails échangés.

Pour ce qui est de Twitter, le Hero n’affiche pas les updates contact par contact mais propose une application Android maison appelée HTC Peep qui dispose également d’un widget pouvant être placé sur l’écran d’accueil. Le reste du système ne souffre pas la critique à l’exception de l’APN qui malgré ses 5 Mégapixels et son autofocus s’avère plus que moyen en photo, et carrément léger en vidéo. Dommage, d’autant que les options de partage permettent un large choix de plate-formes telles Facebook et Flickr, bien sûr, mais aussi Youtube ou Picasa.

[Anh] Que dire de plus, la grosse surprise du Hero vient de cette interface Sence. J’avais déjà testé un peu avant le Dream, le Magic et le Galaxy et honnêtement, Android ne m’avait pas plus impressionné que ça, j’aimais bien l’OS mais sans plus et là, Sense arrive avec des effets “Eye Candy” dans tous les sens et surtout avec une interface utilisateur à la hauteur de l’iPhone et/ou du Palm Pré. J’aurais bien patienté pour voir le Palm Pré de plus près mais actuellement, on n’a aucune nouvelle d’une sortie éventuelle pour la France et comme l’iPhone est devenu un produit de consommation de masse, je pense que si je devais craqué, ça sera pour le Hero.

HTC aurait pu s’arrêter à une simple mise à jour de l’interface mais ils ont ajouté des applications, des widgets de leur propre cru comme Peep avec son widget. Du coup, quant on utilise le Hero, on se retrouve dès le départ avec un certain côté social, et donc avec un smartphone plutôt complet, ce qui devrait plaire à bon nombre d’utilisateurs, et le tout en adéquation avec Sense. Un grand bravo au répertoire lié à Facebook, Twitter et Flickr qui permet de récupérer plus facilement les photos de ses contacts, mais aussi des statuts, des albums et j’en passe ! Ça change des autres téléphones où on devait tout se coltiner à la main.

Pour le côté PIM, je n’ai pas noté de soucis particulier, surtout parce que tout est géré sur GMail, oui, j’ai basculé de MobileMe vers Google, c’est un grand pas pour moi. Evidemment, rien ne vous empêchera de ne pas utiliser les applications de Google mais il faut le dire, c’est mieux ! Android, c’est vraiment fait pour les utilisateurs de Google ! Mais ça, vous le saviez déjà.

[Greg] Comme mes collègues, je pense que le HTC Hero ne serait rien sans Sense, l’interface maison du constructeur taiwanais. Bien que très similaire à TouchFlo 3D, la surcouche de HTC pour les téléphones sous WinMo, et dont il s’inspire, Sense est bel et bien différent. Il ne s’agit pas là d’une simple surcouche, mais d’un dérivé de l’OS Android modifié et customisé par HTC.

Sense rend Android plus ergonomique, plus accessible, mais également plus beau (effets, design…) et c’est de cela dont l’OS de Google avait besoin pour toucher une cible plus large. Je ne dis pas que les autres constructeurs ne le feront pas sur leurs futurs mobiles, mais HTC a eu la bonne idée d’être le premier à bien le faire.

Car en plus de l’interface, HTC a développé un certain nombre de widgets (météo, Twitter, album photo, calendrier, musique…), donné la possibilité de personnaliser les sept écrans de l’accueil (au lieu de trois à la base sur Android) et surtout a su parfaitement faire le lien entre les différents réseaux sociaux (Flickr et Facebook notamment). Le fait de pouvoir synchroniser ses contacts avec ces derniers est pratique, mais attention, comme souvent sous Android, pour en profiter un maximum vous devrez utiliser les services de google, ici “Contacts” (via Gmail), même si cela n’est pas une obligation. Cette synergie entre les différents réseaux sociaux et ses contacts, est d’ailleurs à la base une idée de Palm pour son Pré mais malheureusement, ce dernier tarde à débarquer chez nous ! Heureusement que HTC s’en est inspiré pour notre plus grand bonheur et l’a très bien intégré. Attention par contre, la synchronisation de toutes ces données peut parfois être un peu (beaucoup) longue et même ralentir le mobile, alors un petit conseil, dans la mesure du possible, la première fois, essayez de passer par le WiFi.

Présentation en vidéo

Bon, on a dû désactivé la vidéo pour l’instant pour faire des petits changements 😉

Désolé pour les bruits de ronflement, mais c’est l’ami poupoudou, qui était pourtant bien bien loin de la caméra ! Visiblement, le test du Hero ne l’a pas passionné…

Internet, le Nerf de la Guerre

[Daz] Comme on dit sur Coruscant, “la robe ne fait padawan” et la bataille du smartphone se fait avant tout par et sur Internet donc répondons à la question qui taraude les technophiles au point de les empêcher de dormir:

Le navigateur maison vaut-il le coup ?

La réponse est OUI. De mon point de vue, ce navigateur à base de Chrome (il parait) est parfaitement fonctionnel et utilisable au quotidien. Je n’ai pas benchmarké la vitesse d’affichage des pages, mais le navigateur ne me parait pas pédaler dans la semoule de manière exagérée. Il reste cohérent niveau ergonomie, surtout une fois qu’on a compris que le bouton Menu permettait d’afficher la barre d’adresse ^^

Et le Flash ? Comme dit plus haut, cette fonctionnalité ne doit surtout pas être considérée comme un critère d’achat. L’implémentation tient en effet plus de l’argument marketing gadget que d’un élément réellement réfléchi et utilisable. Les vidéos en Flash ne sont pas toutes prises en charge, les bandeaux de pub jouent sur la taille des pages téléchargées et l’argument «un monde de jeu à portée de main» ne tient pas, 90% des jeux Flash nécessitant l’utilisation d’un clavier mécanique.

[Anh] Une des choses qui m’a toujours fait rester sur l’iPhone, c’était évidemment l’interface utilisateur générale mais aussi la navigation internet. J’avais beau testé d’autres téléphones, d’autres OS, il n’y avait rien à faire, Safari Mobile, c’était ce qu’il y avait de mieux. Oui, bon, j’avais bien aimé Chrome Mobile sur le Magic, mais comme je l’ai dit plus haut, l’interface de base d’Android ne m’avait pas spécialement séduit, ce qui n’est pas le cas du Hero avec Sense. Et oui, il y a un tout quand même et les utilisateurs veulement maintenant le beurre et la présentation du beurre 😛

A titre de comparaison, sur Symbian, on a encore l’impression d’avoir un navigateur d’ancienne génération. Certes, ça passe bien avec le Nokia N97 ou le Samsung Player HD mais leur navigateur a un train de retard, je le compare plus à un Opera Mini qu’à un Safari Mobile. Du côté de Windows Mobile, je ne vous parlerai même pas d’IE Pocket, par contre, il est vrai qu’Opera Mobile est plutôt une réussite et se présente comme un vrai concurrent de Safari Mobile. Mais encore une fois, l’OS pêche et le navigateur nordique accuse le coup à cause de la lourdeur de Windows Mobile qui le rend lent et saccadé au bout de quelques temps d’utilisation.

Et là où Chrome Mobile s’en sort bien, c’est qu’il tient la dragée haute à Safari Mobile avec en plus une pointe d’Opera Mini, c’est à dire que le navigateur d’Android se permet d’adapter le texte à la largeur de l’écran et en fonction du zoom, ce qui est appréciable et nous évite d’ajuster le zoom à la zone de texte. Par contre, j’aurais aimé un chouilla plus de fluidité mais c’est le prix à payer pour le multi-tâche. Et oui, quand il n’y a plus rien en tâche de fond, ça fonctionne nickel mais avec plusieurs (genre une dizaine) applications derrières, ça va mais on perd en fluidité.

[Greg] Un peu comme Anh, j’avoue que pour moi, l’iPhone et surtout Safari Mobile était un exemple de ce que doit être, de nos jours, l’internet mobile sur un portable : fluide et ergonomique. Après avoir essayé plusieurs navigateurs, Opera Mobile semblait le meilleur concurrent même si Chrome Lite sur les mobiles Android devenait intéressant.

Ici, Safari Mobile est tombé sur un réel concurrent qui selon moi, fait même mieux. D’une part, parce que le Chrome Lite est exploité à fond sur le Hero et dispose d’une aussi bonne rapidité (cela dépend cependant de votre connexion, mais aussi du nombre d’applications lancées au même moment évidemment). D’autre part, parce que l’ergonomie est aussi bonne, grâce au multitouch, un écran tactile qui répond bien ainsi que le support du flash même si celui-ci n’est pas optimal. En effet, les vidéos flash embarquées comme sur daylimotion (au contraire de youtube parfaitement supporté) sont assez saccadées quand on les lit dans une page et les grosses animations flash sur des sites subissent quelques ralentissements, sans parler des jeux qui sont rarement jouables. Attention, il est tout de même agréable, de voir apparaitre les différents flashs sur les sites web, à la place d’espaces blancs. Mais au moins, HTC a fait l’effort et il est clair que les prochains modèles seront beaucoup mieux optimisés.

Le Hero, à la Croisée des Chemins ?

[Daz] Passons à la rubrique qui va déclencher 4 autodafés et 8 croisades vers Cupertino. Face à l’iPhone, que vaut le Hero ?

Là encore, je ne vais pas comparer les vitesses d’obturation du capteur photo ou le bruit du clic sur le bouton Home mais plutôt donner un avis complètement subjectif, celui d’un utilisateur ayant passé les 18 derniers mois en compagnie d’un iPhone, le tout réalisé dans le laboratoire indépendant de mon salon et de la rédaction du JDG.

Allons à l’essentiel, pour moi le Hero est le premier terminal sous Android à pouvoir réellement supporter la comparaison avec l’iPhone. A mon sens, il prend le meilleur de l’iPhone, à savoir les “standards” qu’il faut désormais respecter côté UI, et le potentiel gigantesque d’Android.

Sur le plan de la finition, le portable de HTC s’illustre par sa qualité d’assemblage et le choix des matériaux et n’a donc pas à rougir face à un iPhone qui “cheapifie” (si, ça se dit) un peu plus sa qualité d’assemblage à chaque nouvelle version.

L’appréciation du design général dépendra des goûts de chacun mais il faut reconnaître qu’il a le mérite de ne laisser personne indifférent. Côté logiciel, Sense rajoute la couche de vernis qui manquait cruellement aux terminaux Android précédents et se permet même d’innover, notamment dans la gestion du carnet d’adresse, des thèmes et plus globalement de la personnalisation des écrans d’accueil qui permettent réellement de se bricoler un mobile sur mesure.

Et c’est cette profondeur qui pour moi surclasse l’iPhone: le Hero via le multitâche, non limité aux seules apps de musique et de client mail, permet de faire tourner en permanence les applications communicantes (Twitter, Mail, Google Talk…) et de rester ainsi connecté en temps réel sans avoir besoin de lancer l’application pour rafraichir les données. Ca vous parait peut-être évident comme ça, mais après 18 mois d’iPhone, je vous garantis que c’est ce côté sur-connecté qui m’a frappé, surtout quand on reçoit une notification de chat en direct alors qu’on est dans le RER.

Mais pour communiquer, il faut pouvoir écrire et un clavier virtuel raté pourrait gâcher les efforts réalisés sur le reste. Eh bien on peut respirer car le clavier virtuel du Hero est pour moi une réussite, la saisie prédictive fonctionne parfaitement bien et la réactivité de l’ensemble fait plaisir à voir. Pour info, j’ai tapé la moitié du présent texte depuis le clavier virtuel et je n’ai jamais rencontré “l’effet Minitel” que je croise encore parfois sur l’iPhone (OS 3.0) à savoir un gel temporaire de la saisie puis un emballement épileptique qui enchaine les lettres d’un coup. Certains caractères comme l’apostrophe mériteraient une touche dédiée, comme c’est le cas sur iPhone, et la barre espace pourraient gagner un petit peu en largeur en mode paysage, mais ce clavier reste complètement utilisable en toutes circonstances.

Forcément, ce côté communicant joue sur l’autonomie et il faut reconnaître que depuis une semaine que j’ai le portable, la recharge en fin de journée est indispensable (précision: je laisse la 3G+ et les options de push activées constamment). Côté interface, les 6 boutons physiques (dont 4 nécessaires à Android) peuvent paraître de trop quand on les compare au bouton unique de l’iPhone. Mais à la différence de ce dernier, pas besoin d’utiliser des simples/doubles/triples clics pour revenir au lecteur audio…

C’est d’ailleurs, de mon point de vue, là que la concurrence a sa carte à jouer: fidèle à son credo stipulant que c’est au design de tirer l’ingénierie, Apple va rester figée sur cette configuration hardware, obligeant les ingés à développer des trésors d’ingéniosité pour augmenter les possibilités d’utilisation, là où les concurrents auront plus de champ quant aux solutions à adopter.

Attention, tout n’est pas rose non plus pour le Hero et certains choix ergonomiques propres à Sense et/ou Android restent discutables. Citons en vrac (liste non-exhaustive):

* La sur-utilisation du bouton Menu
* Le widget Horloge de HTC qui affiche toujours une heure de retard pour le plaisir de revenir à l’heure courante avec une petite animation trop mignonne (au début)
* La recherche uniquement contextuelle quand on souhaiterait une recherche universelle de tout le contenu du téléphone
* Les descriptions parfois approximatives du menu contextuel (particulièrement sur les “activé” / “désactivé”)
* Les sonneries persos qui ne résistent pas à un passage en mode USB ou un reboot et qui demeurent introuvables par la suite
* Le bouton Retour situé trop bas sur la facade et qui oblige les droitiers à tenir le portable du bout des doigts

Il y’a comme ça foule de petites choses pas fondamentalement bloquantes mais qui ternissent un peu l’expérience novatrice proposée par ce téléphone.

[Anh] +1 😉

[Greg] +2, il est fort ce Daz 🙂

Je rajouterai juste que le fait d’avoir quelques boutons peut être une hérésie pour certains, mais bien au contraire, ceux du Hero sont vraiment pratiques et surtout le trackball, qui comme chez Blackberry apporte un certain confort dans la navigation à une main.

Le clavier virtuel est également assez pratique et réactif, mais HTC est encore une fois allé un peu plus loin avec un système de double touche qui évite de naviguer entre deux claviers par exemple.

Côté autonomie, honnêtement, en utilisation intensive (web, push, appels, twitter…), je tiens un jour, ce qui au final parait normal par rapport au concurrent. En utilisation classique un jour et demi à deux jours, ce qui n’est pas trop mal.

Cependant comme l’a dit Daz, tout n’est pas rose pour le Hero et quelques détails peuvent parfois être pénibles, voir stopper net votre “expérience utilisateur”. Pas d’inquiétude, cela reste surmontable et pour beaucoup, il s’agit d’erreurs de jeunesse.

App Wars

[Daz] Nous le savions, la meilleure UI de l’Univers n’est rien si aucun soft ne permet de poursuivre l’expérience et à ce titre, une comparaison avec l’iPhone se doit d’aborder l’Android Market vis à vis de l’App Store.

Comme prévu, à ce niveau là, il n’y a pas photo. Pourtant, la visibilité des applications et le feeling général entre les 2 plateformes sont très proches: App Store ou Android Market, c’est le même boxon pour s’y retrouver.

img_6476

Néanmoins c’est le sentiment d’amateurisme complet qui m’a étonné sur l’Android Market. Je ne connais pas le processus de validation avant la publication d’une app sur l’Android Market, je ne pense pas non plus que le droit de vie et de mort arbitraire dont dispose Apple soit la solution idéale, mais je constate que l’apparente absence de règles, tant en terme de contenu que d’interface, débouche sur pas mal d’applis mal finies, mal pensées, voire les deux.
Il est sain de se dire que n’importe quel développeur, amateur ou professionnel ait le droit de développer avec un SDK gratuit, mais un VRAI filtrage serait tout de même un plus non négligeable.

Pour une application valable, combien d’autres ne s’avèrent être que de vulgaires raccourcis vers un service web ? Combien proposent des contenus de qualité médiocre (packs de sonneries avec un souffle plus présent qu’un enregistrement sur cassette) ? Combien pompent sans vergogne d’autres apps connues ou proposent des contenus en violation flagrante de copyright ?

img_6474

On me rétorquera à raison que les apps Mirror ou le coussin péteur de l’App Store ne valent guère mieux, mais ces apps merdiques sont effacées par des applications ou des jeux réellement interessants développés par des studios qui ont vraiment investi pour développer sur iPhone, à l’image d’Intua, ngmoco ou Firemint.

Et justement, je pense qu’une boite intéressée par le développement sur Android peut décider de ne pas investir en voyant que le Market Place ressemble parfois au Far West avec 102 versions différentes du morpion, 24 solitaires, 18 batailles navales et 8 démineurs.

Avant que les ayatollahs de la plate-forme ne me sautent à la gorge, je tiens à préciser que le libre ne doit pas être pris comme une excuse pour pondre tout et n’importe quoi. C’est mon avis, beaucoup ne seront pas d’accord et vont essayer de m’apprendre la philosophie qui le régit mais je le dis ici: avec Android il est très facile d’installer des apps sans passer par le market, donc ce dernier devrait servir de vitrine pour promouvoir la plateforme plutôt que d’être utilisé comme fourre-tout.

Mais assez digressé, retournons au Hero si vous le voulez bien^^

img_6475

[Anh] Au niveau de l’Android Market, je serai sans doute moins critique que Daz. Certes, on doit le comparer à l’AppStore d’Apple mais il faut garder à l’esprit que la communauté n’est pas du tout la même. Autant l’AppStore propose non seulement des applications issues d’amateurs mais aussi de grands studios de développement, autant sur l’Android Market, on a plutôt droit pour l’instant qu’à des amateurs et/ou de petits studios de développement. Il va falloir laisser un peu de temps à l’OS de Google pour s’attacher les services des grands de l’AppStore !
Du coup, peut-être que Google devrait suivre la voie de Microsoft et détaché une équipe pour aller séduire les développeurs sur iPhone.

On verra bien dans un futur plus ou moins proche mais parce que techniquement parlant, c’est plutôt kif-kif, Android a de quoi séduire l’utilisateur d’iPhone ! Il suffit de prendre pour exemple les applications du Parisien ou de 20 Minutes, et on se retrouve avec la même chose à peu de chose près sur les deux plates-formes. Quand on voit des jeux comme Labyrinthe Lite, Bonsai Blast ou d’autres, on ne peut que penser qu’Android est en train de suivre la même voie qu’Apple. Et je suis plutôt optimiste quant aux futures applications pour l’Android Market, surtout quant on voit comment Nokia est en train de se planter avec l’OVI Store.

Dans les choses à améliorer, il est évident qu’avoir une application de bureau, ça aide pour découvrir des applications, des avis et tout et tout, mais je vous l’accorde, on peut s’en passer. Mais dans ce cas, il va juste falloir revoir un minimum l’interface de l’application embarquée. Typiquement, un des trucs qui me sidère, c’est le fait que dans une catégorie d’applications, on n’ait pas de pagination, plus on scrolle vers le bas, plus ça charge d’application si bien qu’on s’y perd rapidement au bout de quelques coups de scrolls.

_dsc08522

[Greg] L’Android Market est bien entendu un des points clés d’Android, comme iTunes Store est devenu indispensable à l’iPod et l’iPhone. Cependant, le store de Google est encore jeune et comme le dit Daz, il est très dur de s’y retrouver et les doublons (même type d’application) sont plutôt nombreux. Par contre, les développeurs commencent à s’y mettre, vu qu’Android gagne du terrain, et c’est une bonne chose. Du coup, il est maintenant courant de trouver des applications développées sur les deux plates-formes ! Cependant, les gros studios ne s’y sont pas encore mis et c’est peut être ici que Google devrait faire jouer son carnet d’adresses, car pour l’instant on à l’impression que le géant américain à fait une boutique d’application pour en faire une comme ses concurrents (Nokia, Samsung, LG…). Je ne dis pas qu’on ne retrouve rien sur l’Android Market, mais disons qu’il faut être patient et bien chercher.

Notez qu’il est possible d’ajouter des applications sans passer par Android Market. Soit en scanner un QR code, d’une application trouvée sur le net, via “Barcode Scanner”. Ou tout simplement de télécharger un fichier .apk de le mettre sur la carte SD et de l’installer via l’application “AppManager”.

Le Reste

[Anh] Il reste quelques points qui n’ont pas été abordé et du coup, j’attaque tout dans ce paragraphe 😛 On commence par l’APN, Daz l’avait déjà dit plus, haut, il craint et bien il n’y a pas de doute, les photos ne sont pas les plus nettes et ça manque de lumière et de chaleur. J’aurais bien voulu un petit flash voir même un petit miroir pour les auto-portraits, je pense que ça n’aurait pas affecté le design. De même, je ne suis pas contre les système de cache à la N97 ou au Sony Ericsson C905 qui permet d’activer l’APN sans passer par les menus !

imag0002

imag0004
Photos prises avec le HTC Hero

Au niveau de la vidéo, je ne comprends pas, comment se fait-il, à cette époque, qu’on ne puisse même pas enregistrer en VGA … C’est un comble, surtout pour un terminal plutôt orienté social avec les autres Youtube, Flickr, Twitter et consors ! Non, vraiment, je ne comprends pas !

Pour ce qui est de l’écran, le fait qu’il soit capacitif aide énornément à la navigation et j’imagine même pas qu’il aurait pu être de type résistif. Je me demande d’ailleurs encore pourquoi Nokia n’a pas choisi ce type d’écran pour son téléphone haut de gamme, le N97. Avec une utilisation au soleil, ça passe plutôt bien mais ça ne rivalise pas le moins du monde avec un écran AMOLED comme on peut en trouver sur le Samsung Galaxy ou le Samsung Player HD. C’est à peu près comme l’iPhone en fait ! A noter que l’écran est haptique, ça ne plait pas forcément à tout le monde mais j’aime bien comme le fait par exemple, lorsque vous passer un appel, vous n’êtes pas obligé de coller votre téléphone à l’oreille, vous pouvez simplement attendre la petite vibration haptique, synonyme de la mise en relation avec votre contact.

Pour les connectivités, je n’ai pas noté de choses particulières avec le WiFi, ça fonctionne plutôt bien et la sensibilité au poil. Pour ce qui est de la 3G, j’ai eu l’impression que ce n’était pas super sensible, j’ai rarement eu toutes les barres alors qu’avec le Touch Diamond 2 ou le N97, no soucy ! Pour le Bluetooth, pas de soucis particulier non plus, j’ai jumelé le Hero avec mon oreillette (Jawbone Prime) et ça fonctionne nickel ! On m’avait parlé d’un décalage d’une seconde à la connexion en Bluetooth, je n’ai eu ce problème pour ma part donc je pense que c’est plutôt lié à l’oreillette Bluetooth.

Sans l’avoir testé, il est bon de noté que le HTC Hero est livré avec le logiciel HTC Sync pour synchroniser votre terminal avec Outlook/Outlook Express. Et pour ceux qui la cherche, elle est sur la microSD de 2Go livré avec l’appareil. A noter aussi le support d’Exchange, ce qui devrait en séduire un bon paquet d’entre vous. Evidemment, étant sous Mac, je n’ai rien pu tester si ce n’est déploré le manque de considération pour la Pomme … Snif snif !

On ne le note pas assez souvent, mais, comme pour l’iPhone, le Nokia N97 ou encore le Samsung Galaxy et contrairement au HTC Magic, le Hero intègre un détecteur de luminosité afin de s’adapter à la lumière ambiante. Evidemment, c’est règlable manuellement et plutôt pratique dans la vie de tous les jours ! Par contre, pas de détecteur de proximité comme les trois premiers cités, dommage !

Daz vous a aussi déjà parlé du clavier virtuel et combien il était plutôt bien fait, je voudrai juste ajouter qu’il y a en plus dans les entrailles du clavier des touches dédiées aux émoticônes les plus utilisés, ça ne révolutionne rien mais ça simplifie la vie !

img_6478

Pour ce qui est du GPS, ça fonctionne évidemment plutôt bien avec Google Maps, par contre, faute de logiciel, je n’ai pas pu testé la navigation. Je suis d’ailleurs en train de voir pour récupérer CoPilot Live 8 pour Android, ce qui me permettra enfin de tester cette fonction PND, mais d’après GPSAndCo, ça fonctionne plutôt très bien !

[Greg] J’ai également noté quelques trucs dont Daz n’a pas parlé, ni Anh 🙂

img_6469

Tout d’abord, le lecteur de musique qui est pas mal fait, avec un faux air d’iPod touch. Les titres sont lus à partir de la carte mémoire, l’application reconnait les pochettes d’album, les Tag ID3 (d’ailleurs, pas de classement par dossier) et il est même possible de faire des playlists à la volée. Dans cette application l’accéléromètre ne fonctionne pas. Formats supportés : MP3, AAC(AAC, AAC+, AAC-LC), AMR-NB, WAV, MID, WMA.

img_6471

Concernant la vidéo, le Hero peut lire avec l’application livrée les formats MPEG-4, H.263, H.26, WMV. Mais malheureusement, il faut que les vidéos soient au format 320×480, sinon cela ne passera pas, ce qui signifie un réencodage quasi obligatoire. Pour info, j’ai réencodé certains de mes fichiers vidéo avec un logiciel qui permet de réencoder pour l’iPod (Videora), puisque le format est identique et cela passe donc parfaitement. Idem, les podcasts d’iTunes peuvent être transférés sur le Hero (voir la vidéo du test). Par contre, la qualité n’est pas fantastique au vue de la résolution supportée… Gageons qu’un développeur pensera dans un futur plus ou moins proche à une sorte de DivX Player ou un VLC pour Android 😉

img_6472

Enfin, vous l’aurez certainement remarqué, mais le Hero n’a ni tuner FM, ni transmetteur FM, dommage.

Les Moyens de ses Ambitions

[Daz]
Concernant la partie technique, le sentiment est mitigé. L’adoption du même CPU et d’à peine plus de RAM que le Magic avec dans le même temps une interface bien plus gourmande pouvait inquiéter. Et à raison.

Avec plusieurs applis lancées ou des écrans chargés de widgets communicants, le Hero montre ses limites et la réactivité générale s’en ressent.

Rassurons tout de même les angoissés, le téléphone ne pêche jamais au point de devenir inutilisable comme un P3300 avec une ROM TouchFLO exotique choppée chez XDA, par exemple.

Pour conclure, vous l’avez compris, je suis emballé par ce Hero qui permet aux “power users” un peu frustrés par le côté dirigiste de l’iPhone de se retrouver avec un OS plus bidouillable sans sacrifier le côté sympa de l’interface utilisateur. Il est certes un peu juste techniquement mais cela ne se remarque vraiment qu’à pleine charge et ne gâche en rien l’utilisation pouvant être faite de ce mobile.

Ce téléphone a tout pour devenir une référence côté Android et pourrait attirer vers la plate-forme de nouveaux utilisateurs et développeurs. Ceci évidemment à condition de le marketer convenablement et la sortie scandaleusement discrète avec une absence quasi totale de pub de la part de HTC montre que la route est longue avant de cibler la ménagère de moins de 50 ans.

N’est pas Apple ou Nintendo qui veut.

[Anh]
Au niveau de l’utilisation en générale, comme pour les Dream, Magic ou autres Galaxy, avec un certain nombre d’applications ouvertes, l’OS va commencer à ralentir. Evidemment, beaucoup vont comparer, encore une fois, le Hero à l’iPhone, mais il ne faut pas oublier que l’iPhone est mono-tâche et non multi-tâche ! Oui, à part le lecteur audio et le client mail … Mais du coup, si vous prenez le soin de fermer, et non mettre en veille, les applications lourdes, l’OS tournera sans problème. Et donc, n’oubliez pas d’installer le logiciel TasKiller, par exemple, pour gérer vos applications. Et à titre de comparaison, une application, n’importe laquelle, avec le client mail et le lecteur audio, c’est tout aussi fluide que l’iPhone 😛

Pour conclure, de mon côté, HTC vient de montrer la voie aux autres constructeurs, à défaut d’avoir un OS propriétaire et fermé, chacun pourra passer sans problème à Android et avoir sa propre interface. Je vois déjà Samsung appliquer son TouchWiz sur Android et pourquoi pas un LG Arena sous Android. Les possibilités sont énormes, il faut juste leur laisser un peu de temps pour qu’on évite de tous se faire iPhone-iser le cerveau.
Le HTC Hero est un mobile solide et sans gros défauts, il plaira aussi bien aux technophiles qu’à ceux qui ne peuvent plus se passer de l’internet mobile. L’interface utilisateur est lèchée et bien pensée et on garde toute la compatibilité Android. C’est actuellement le meilleur mobile Android du marché, oui bon, il n’y en a pas beaucoup 😛 Mais il marque un pas dans le monde Android. Dans tous les cas, si vous êtes un utilisateur de Google (GMail, etc…), foncez ! Mais oui, foncez !

[Greg]
Pour avoir testé l’ensemble des téléphones mobiles sous Android, je peux dire que ce HTC Hero est le meilleur d’entre eux à ce jour. Avec Sense, HTC a ouvert la voie aux autres constructeurs qui devraient à leur tour proposer des interfaces d’Android personnalisées. Mais espérons qu’ils le feront aussi bien, car vraiment, le Hero est un régal à utiliser pour un Geek mobile, sous couvert d’avoir le forfait qui va bien (comptez 50€ en général chez les trois opérateurs).

Le Hero a bien entendu quelques défauts, et comme dit ici et là, il n’est pas exempt de quelques ralentissements quand trois d’applications plus ou moins gourmandes sont en cours, mais avec Taskiller, cela se gère parfaitement et vous devriez avoir que rarement de soucis.

Avec le Hero, HTC amène Android vers le grand public, il faut maintenant que les opérateurs jouent le jeu et arrêtent de promouvoir à outrance l’iPhone. Car n’ayons pas peur pas peur de le dire, oui le Hero est une réelle alternative à l’iPhone !

Le HTC Hero est proposé au alentours de 500€ sans abonnement et sera disponible chez Orange dès la fin de ce mois d’août … normalement 😉

Galerie photo complète