Test

[Test] Huawei Freebuds 3 : la troisième fois, c’est la bonne ?

Notre avis
6 / 10
Audio

Par Remi Lou le

Présentés à l’IFA 2019, les Huawei FreeBuds 3 sont les tout premiers écouteurs à conception ouverte à proposer un système de réduction de bruit active. Avec un look très inspiré de celui des fameux écouteurs sans fil de la Pomme, Huawei parvient-il à transformer l’essai de deux premières générations passables en réussite ?

Nombreuses furent les moqueries lorsque les AirPods d’Apple sont sortis. Immédiatement comparé à des cotons-tiges, ou encore, plus récemment, à un sèche-cheveux dans le cas des AirPods Pro, les écouteurs blancs d’Apple n’ont pas vraiment fait l’unanimité en matière de design… mais ça ne les a pas empêchés de s’imposer en masse et de standardiser les écouteurs true wireless. Certes, les écouteurs d’Apple n’ont pas été les premiers sur le marché, mais ce sont clairement eux qui ont popularisé ce type de produit, entraînant dans leur sillon une foule de concurrents, dont notamment Huawei et ses FreeBuds. Après deux générations qui n’ont pas tellement marqué les esprits, la marque chinoise revient avec ses FreeBuds 3. Présentés à Berlin dans le cadre de l’IFA 2019, ils ont la grande particularité d’être les tout premiers écouteurs non-intra-auriculaires équipés d’un système de réduction de bruit active, une aubaine pour les plus réfractaires au fait de s’enfoncer du silicone dans le conduit auriculaire mais qui souhaitent tout de même profiter de cette technologie. Concrètement, ça vaut quoi, et surtout, est-ce que la réduction de bruit active est possible sans intras ?

Des AirPods en mieux ?

Vendu au tarif de 179 euros, soit au même prix que les écouteurs d’Apple (mais sans boitier de recharge sans fil), les FreeBuds 3 nous en offrent clairement pour notre argent. Si on les compare beaucoup aux AirPods, c’est notamment car Huawei signe ici un produit très ressemblant, physiquement, et même en interne puisqu’il dispose de la puce Kirin A1, l’équivalent maison de Huawei à la puce H1 des AirPods. Et la différence ne s’arrête pas là, avec un design en forme de tige directement inspiré des écouteurs d’Apple, et un fonctionnement très similaire avec un boitier de rechargement semblable à celui d’Apple, sauf dans sa forme, ronde. Sur ce boitier, on retrouve un port USB-C pour la recharge filaire (6W), mais les FreeBuds 3 sont également compatibles avec la recharge sans fil Qi (2W).

En ce qui concerne l’autonomie, on est dans la moyenne du secteur, et peu ou prou au même niveau que ce que proposent les AirPods, avec 4 heures d’écoute pour les écouteurs, et 20 heures avec le boitier de charge, selon Huawei. Dans les faits, c’est plus ou moins le cas, même si l’autonomie fond plus vite dès lors que les microphones sont mis à contribution, dans le cas d’un appel, notamment. Et puisqu’on parle des microphones, notons qu’ils sont très bons à l’usage, avec un excellent son en toutes circonstances. À l’IFA, Huawei nous a expliqué avoir développé un nouveau système qui se base non seulement sur les microphones contenus au bout des tiges, mais aussi sur la conduction osseuse du haut de votre mâchoire afin de détecter précisément quand vous prenez la parole et ainsi éliminer plus efficacement les bruits parasites. Dans les faits, mes interlocuteurs m’ont plusieurs fois confirmé la qualité du son de ma voix lors d’appels passés avec ces écouteurs, et on est même un peu au dessus des AirPods (classiques), qui sont déjà très bons dans ce domaine.

AirPods en haut, FreeBuds 3 en bas

La promesse d’un nouveau codec au service d’un son équilibré

Passons désormais au point le plus important lorsqu’on parle d’écouteurs : le son. Certes, il ne faut pas s’attendre à la qualité d’un casque sur ce type de produit, mais les FreeBuds 3 n’ont clairement pas à rougir, d’autant plus que Huawei inaugure un nouveau codec bluetooth sur ses écouteurs avec le BT-UHD, qui permet des débits théoriques hallucinants jusqu’à 2,3 mb/s sans fil ! De quoi profiter, en théorie, d’une qualité audio CD avec des écouteurs sans-fil, une première. Le hic, c’est qu’il faudra nécessairement que toute la chaine audio suive, et de ce fait utiliser un smartphone Huawei équipé d’EMUI 10 au minimum. De plus, la construction des Freebuds 3, qui se reposent dans l’oreille mais n’y entrent pas, ne permet pas vraiment de profiter d’une telle restitution sonore. Concrètement, la stéréo est particulièrement bien retranscrite, et le son est globalement plutôt neutre, bien qu’un peu en retrait au niveau des basses (mais c’est normal avec des écouteurs non-intras). Les performances sonores des deux tiges sont très correctes, et surtout, elles devraient convenir à la plupart des utilisateurs. Là encore, on est à peu près au niveau de ce que fait Apple avec ses AirPods, voir légèrement au-dessus, soit un son correct, ou tout du moins largement suffisant pour écouter de la musique compressée en streaming. Notons également que la latence est extrêmement basse, suffisamment pour ne pas être gêné par le décalage entre le son et l’image sur une vidéo. On l’a testé sur un iPhone et la latence était très correcte. Elle est d’ailleurs d’autant plus réduite si vous utilisez un smartphone de la marque, comme on l’a fait avec un Huawei P30 Pro et un Huawei Nova 5T. C’était, effectivement, encore plus transparent.

La réduction de bruit sans intras, c’est possible ? (SPOILER : pas vraiment)

On se réserve le meilleur pour la fin : que vaut la réduction de bruit active des FreeBuds 3 ? Ils sont, rappelons-le, les premiers écouteurs sans fil qui ne sont pas des intra-auriculaires à adopter cette fonction, et autant vous le dire tout de suite : on comprend pourquoi personne d’autre ne l’a fait car ça ne fonctionne pas bien du tout. Si Les FreeBuds 3 éliminent plus ou moins les bruits de fond, comme une ventilation en marche, par exemple, le système de réduction de bruit des écouteurs n’éliminent absolument pas les voix ou les bruits urbains. Ils pourraient, à la limite, atténuer quelque peu le vrombissement d’un avion durant un trajet mais pas beaucoup plus. Dans nos premiers tests, ce système de réduction de bruit n’était, en plus d’être peu performant, absolument pas stable. Parfois, la réduction s’arrêtait sur une oreille et continuait de fonctionner sur l’autre, créant la désagréable sensation d’une oreille qui se bouche et se débouche constamment. Le tout finit par vous refiler un mal de crâne à la vitesse de l’éclair et on finit tout simplement par désactiver cette fonctionnalité. On les a ensuite mis à jour, et il faut avouer que c’était un petit peu mieux, notamment au niveau de la stabilité. Si l’application maison du constructeur, AI Life, améliore un peu ce constat en nous permettant d’ajuster le niveau de réduction, on reste loin, très loin des standards en matière de réduction de bruit active, d’autant plus que l’application n’est pas claire et qu’on ne comprend pas vraiment dans quel sens tourner la molette numérique qui permet d’ajuster la réduction de bruit.

Ce raté nous suggère une chose : la réduction de bruit active pourrait bien ne pas être faisable sans boucher physiquement le canal auditif. Et d’ailleurs, si la réduction de bruit active était réellement possible sans intra-auriculaires, Apple l’aurait surement intégré à ses AirPods « classiques » et n’aurait pas nécessairement sorti des « Pro » avec un nouveau design adapté. Une fausse bonne idée, qui vient tacher le tableau très sympathique d’écouteurs true-wireless plutôt réussis dans l’ensemble.

Galerie Photo

Notre avis

Les Huawei Freebuds 3 offrent de très bonnes performances, et s'apparentent dans la réalité à des écouteurs sans fil tout ce qu’il y a de plus classique. Si toutefois vous lorgniez sur sa réduction de bruit active, passez votre chemin et procurez plutôt des AirPods Pro ou des Sony WF-1000XM3, suivant votre crémerie, tant le système mis au point par Huawei sur ses FreeBuds 3 est à la ramasse. Il est d'ailleurs dommage que la marque ait axé sa communication sur cette fonctionnalité. Les écouteurs offrent sinon de très bonnes performances générales. Dans les faits, les Freebuds 3 sont en quelque sorte les AirPods d’Android, tant dans leur design que dans leur fonctionnement, mais certainement pas les « Pro ».

6 / 10
Les plus
Les moins
  • Son équilibré
  • Facilité d'utilisation
  • La réduction de bruit fonctionne mal
  • Design trop inspiré de celui d'Apple