Test

Test : Killzone 2

Par Gregori Pujol le

Killzone 2 débarque (enfin) sur Playstation 3, en exclusivité. On le sait depuis l’E3 2005, lorsque Guerrilla Games, le studio de développement à l’origine du projet, a dévoilé son bébé via un trailer un peu trop bien travaillé… De quoi créer chez les amateurs de FPS des attentes elevées. Très élevées… Trop élevées?

test_killzone_2_02

Ceux qui ont déjà goûté à Killzone premier du nom ne seront pas dépaysés. En tout cas, pas du côté du scénario : vous incarnez une fois encore un soldat de l’ISA et vous allez devoir flinguer de l’Helghast. Seulement cette fois, vous le ferez en haute-définition, avec des graphismes qui décollent clairement la rétine, accompagnés pour le coup par une ambiance sonore du feu de Dieu. Car si la trame de l’histoire n’a rien de très palpitant, Killzone 2 se rattrape largement par sa capacité à imposer un rythme de dingue. Mais l’entrée en matière pourra paraître assez rude pour certains : contrôles par défaut étranges, armes ayant tendance a privilégier la puissance à la précision, inertie du soldat (les premières minutes, on se demande si on ne contrôle pas une danseuse étoile…), 720p et pas 1080p… Affirmer que ce Killzone 2 est exempt de défauts serait présomptueux. Certes, pour une fois, on a pas a se coltiner d’installation sur le disque dur. En contrepartie, les chargements sont bel et bien présents. C’est irritant, très irritant, mais c’est certainement le prix à payer. Et dans une période où le jeu en coopératif s’inscrit comme un must, Killzone 2 rate le coche. Alors oui, on parle de DLC, mais à l’heure ou je rédige ces lignes, rien n’a été confirmé.

Mais il serait stupide de s’arrêter sur ces quelques accros, car le jeu suinte de qualités par tous les orifices : on ne vous spoilera rien, mais sachez que les effets de lumière sont aussi variés qu’impressionnants, que la physique des ennemis est remarquable, que l’environnement sonore vous plonge littéralement au sein du champ de bataille en deux minutes chrono… Et c’est bien là le tour de force réalisé par le jeu : réussir à vous immerger dans ce combat ! En toute honnêteté, la campagne solo devrait vous tenir grosso modo une dizaine d’heures (un peu plus si vous comptez accumuler les trophées du jeu) . Par contre, pour ce qui est du multi, il semble que nous ayons féré là un gros poisson : le mode bénéficie en effet d’un système bien travaillé, et selon votre capacité à récupérer des “badges”, vous aurez la possibilité de créer votre soldat parfait : un grenadier furtif ou un tacticien urgentiste, les combinaisons sont multiples et jouent clairement en la faveur du titre.

Au final, Killzone 2 s’en sort magistralement bien. Il montre (enfin) que la Playstation 3 peut vraiment faire de belles choses. Mais il offre surtout une expérience jeu intense et un multijoueur addictif tout en ravissant les yeux et les oreilles. Que demander de plus en ce début d’année 2009 sur PS3 ?

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Graphiquement au top
  • Des combats intenses
  • Le multijoueur, tout bonnement énorme
  • Les –

  • Le scénario plat
  • Pas de coopération
  • Court quand même…
  • Killzone 2 débarque (enfin) sur Playstation 3, en exclusivité. On le sait depuis l’E3 2005, lorsque Guerrilla Games, le studio de développement à l’origine du projet, a dévoilé son bébé via un trailer un peu trop bien travaillé… De quoi créer chez les amateurs de FPS des attentes elevées. Très élevées… Trop élevées?

    test_killzone_2_02

    Ceux qui ont déjà goûté à Killzone premier du nom ne seront pas dépaysés. En tout cas, pas du côté du scénario : vous incarnez une fois encore un soldat de l’ISA et vous allez devoir flinguer de l’Helghast. Seulement cette fois, vous le ferez en haute-définition, avec des graphismes qui décollent clairement la rétine, accompagnés pour le coup par une ambiance sonore du feu de Dieu. Car si la trame de l’histoire n’a rien de très palpitant, Killzone 2 se rattrape largement par sa capacité à imposer un rythme de dingue. Mais l’entrée en matière pourra paraître assez rude pour certains : contrôles par défaut étranges, armes ayant tendance a privilégier la puissance à la précision, inertie du soldat (les premières minutes, on se demande si on ne contrôle pas une danseuse étoile…), 720p et pas 1080p… Affirmer que ce Killzone 2 est exempt de défauts serait présomptueux. Certes, pour une fois, on a pas a se coltiner d’installation sur le disque dur. En contrepartie, les chargements sont bel et bien présents. C’est irritant, très irritant, mais c’est certainement le prix à payer. Et dans une période où le jeu en coopératif s’inscrit comme un must, Killzone 2 rate le coche. Alors oui, on parle de DLC, mais à l’heure ou je rédige ces lignes, rien n’a été confirmé.

    Mais il serait stupide de s’arrêter sur ces quelques accros, car le jeu suinte de qualités par tous les orifices : on ne vous spoilera rien, mais sachez que les effets de lumière sont aussi variés qu’impressionnants, que la physique des ennemis est remarquable, que l’environnement sonore vous plonge littéralement au sein du champ de bataille en deux minutes chrono… Et c’est bien là le tour de force réalisé par le jeu : réussir à vous immerger dans ce combat ! En toute honnêteté, la campagne solo devrait vous tenir grosso modo une dizaine d’heures (un peu plus si vous comptez accumuler les trophées du jeu) . Par contre, pour ce qui est du multi, il semble que nous ayons féré là un gros poisson : le mode bénéficie en effet d’un système bien travaillé, et selon votre capacité à récupérer des “badges”, vous aurez la possibilité de créer votre soldat parfait : un grenadier furtif ou un tacticien urgentiste, les combinaisons sont multiples et jouent clairement en la faveur du titre.

    Au final, Killzone 2 s’en sort magistralement bien. Il montre (enfin) que la Playstation 3 peut vraiment faire de belles choses. Mais il offre surtout une expérience jeu intense et un multijoueur addictif tout en ravissant les yeux et les oreilles. Que demander de plus en ce début d’année 2009 sur PS3 ?

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Graphiquement au top
  • Des combats intenses
  • Le multijoueur, tout bonnement énorme
  • Les –

  • Le scénario plat
  • Pas de coopération
  • Court quand même…
  • stopwatch 5 min.
    Test : Meizu M8 !