Test

[Test] Kirby et le Pinceau arc-en-ciel [Wii U]

Notre avis
6 / 10

Par Corentin le

Kirby est de retour et s’il n’est pas jaune comme un citron, il est rond comme un ballon. Sans bras, sans jambes et sans autre moyen de se déplacer que de rouler, il aura besoin de l’aide d’Éline, le pinceau doté de conscience pour se mouvoir à travers les 7 mondes fois 4 niveaux qui se dresseront sur son chemin. Ce dernier (le joueur armé du stylet en fait) trace des cordes qui sont autant de ponts et de rampes pour Kirby. Les vieux de la vieille, ceux qui avaient une DS en 2005, l’auront compris, on reprend peu ou prou le concept de Kirby : Le Pinceau du pouvoir.

Kirby elemnt 1

Pour ceux qui ne connaissent pas, donc, Kirby est incapable de se mouvoir normalement, il ne peut pas non plus sauter. Si le joueur le tapote avec son stylet, il effectuera un petit dash qui représentera la principale façon d’attaquer dans le jeu. Pour le reste, il faudra tracer les fameuses cordes. Collant naturellement à Kirby, elles permettent de le guider dans les niveaux sinueux et permettent même de le protéger, en traçant une ligne pour couper la trajectoire d’un projectile par exemple.

Kirby elemnt 2

La première chose évidente que l’on remarque dans ce Kirby, ce sont les graphismes entièrement réalisés en pâte à modeler. La plupart des éléments à l’écran ont ainsi des animations en stop motion qui donne un effet délicieusement artisanal. Les musiques sont également très réussies et on a vite fait de retenir le très joli thème principal du titre. Bref, rien à dire niveau direction artistique. C’est mignon, c’est même beau.

Rien à dire non plus quant au level design. Répondant à la règle habituelle de Nintendo qui dit qu’un niveau doit mettre en avant une idée de gameplay, on se retrouve devant un panel de niveau variés et intéressants. Et si Kirby ne peut pas absorber les pouvoirs de ses ennemis comme dans les autres jeux de la série, il lui arrivera, à certains moments bien précis dans le jeu, de se transformer en sous-marin, en tank ou en fusée. Cela change évidemment le gameplay, même si elles ne sont pas toutes très intéressantes.

Kirby elemnt 3

Sauf qu’une fois la découverte de l’univers et la prise en main passées, on enchaîne les niveaux (pas si nombreux que ça) sans grande conviction, de manière nonchalante. On s’ennuie un peu pour être franc. Peut-être parce que ce Kirby est un peu mou dans sa prise en main. Le héros flotte un peu dans les airs, ses charges ne vont pas très vite, il rebondit doucement, tout doucement. Et ce n’est pas un problème inhérent au gameplay un peu particulier du jeu, Kirby : Le Pinceau du pouvoir était tout de même un peu plus nerveux à ce niveau-là. Il offrait surtout un bien meilleur challenge sur la durée.

Kirby elemnt 4

Pour un jeu à 40 euros, le contenu est également un peu limite. 28 niveaux, 7 boss dont 3 recyclés, un mode défi qui n’est qu’une déclinaison des salles bonus avec temps limité que l’on trouve de temps à autre dans les différents tableaux et… c’est tout. Les autres Kirby offrent d’habitude d’autres modes de jeu qui peuvent gonfler de manière intelligente la durée de vie, à l’instar de Triple Deluxe qui offrait son lot de modes supplémentaires. Celui-ci en revanche est quand même un peu radin.


(Et si vous voulez en savoir plus sur le jeu, nous avons fait un test vidéo !)

Notre avis

Le vrai problème c’est qu’aujourd’hui, des jeux du calibre de Kirby et le Pinceau arc-en-ciel, ils s’appellent Ori and the Blind Forest, ils s’appellent Shovel Knight et ils coûtent 20 euros grand max, et encore, quand ils ne sont pas en soldes. Nous sommes devant un jeu dématérialisé, vendu en boîte, pour le prix d’un jeu en boîte. De mon point de vue, ça passe de moins en moins bien. Ce jeu n’est pas un mauvais jeu, mais ce n’est pas un bon deal. Dans mon test de Kirby Triple Deluxe, je vous avais dit qu’un Kirby sur deux était très bien et qu’un Kirby sur deux était très moyen. Pour l’instant ça se vérifie. J’ai donc beaucoup d’attente pour le prochain opus de la petite boule rose.

6 / 10