Test

Test : Musical Fidelity M1CLiC et M1DAC

Audio

Par Laurent le

Musical Fidelity a profité de la sortie de sa gamme M1 pour se mettre à la page, et propose dorénavant avec le M1CLiC son propre serveur audio numérique. Véritable boite à outils pour la musique dématérialisée, le M1CLiC dispose sur le papier de nombreux atours auxquels nous allons nous intéresser : DAC de qualité, lecteur réseau DLNA, Webradios, Ethernet ou WiFi, connectique audio très complète, compatibilité à de nombreux formats : MP3, WAV, AAC, FLAC, FLAC HD, OGG…

En bonus, Musical Fidelity nous a également prêté un M1DAC. Les deux appareils étant très proches dans le rendu sonore, nous faisons donc d’une pierre deux coups et vous proposons un test groupé des deux appareils.


Prix publics :
M1CLiC : 1499€ chez la plupart des revendeurs.
M1DAC : 499€ chez la plupart des revendeurs.

Durée du test : 2 mois

Note : Je n’ai pas eu la possibilité de faire des photos des appareils de test, je vous présente donc mes excuses. J’ai donc compilé quelques photos fournies par le distributeur Français, ou trouvées sur le net.

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Le M1CLiC a vraiment été pensé pour devenir le coeur d’une installation Hi-Fi, que ce soit pour une installation de salon classique, ou un petit ensemble de bureau.

En configuration de salon “classique”, il pourra servir de DAC à tout faire grâce à son convertisseur 24 bits / 192 kHz, recevant les autres sources (TV, lecteur CD…) en numérique ou analogique grâce à ces nombreuses entrées.
Il pourra être relié à un ampli Hi-Fi ou Audio/Vidéo classique, ou directement à un ampli de puissance vu qu’il embarque une section de préamplification et un contrôle de volume.

En configuration plus légère, il pourra être relié directement à une paire d’enceintes actives pour constituer un petit ensemble intégré de qualité.

Outre sa connectique très fournie, le M1CLiC permet de lire en streaming les fichiers audio hébergés sur un ordinateur ou un serveur NAS distant (il suffit pour cela de disposer d’une fonction de partage multimédia, disponible sur tous les systèmes d’exploitation actuels), aussi bien en formats compressés (MP3/AAC) que non compressés (FLAC/LPCM).
Il permet également l’écoute d’un très grand nombre de Webradios, avec la possibilité d’une recherche par nom, localisation ou genre. Il devra pour cela disposer d’une connexion Internet.

De son côté, le M1DAC est un produit plus simple : C’est un DAC, permettant de convertir le signal provenant d’une source numérique en signal analogique, pour attaquer un amplificateur. Il pourra être utilisé pour améliorer une source (CD, PC…), ou pour raccorder un ensemble de sources en homogénéisant l’installation.

Packaging

Les modèles de test reçus sont livrés dans des cartons robustes, contenant en tout et pour tout le manuel utilisateur et un câble secteur standard. Pas le plus complet des packages donc. Nous aurions apprécié l’ajout d’un peu de connectique, comme un câble Ethernet (qui facilite grandement la première installation), voire d’un câble RCA.
Le M1CLiC est vendu également avec sa télécommande (essentielle comme nous allons le voir).

Connectique

Le M1CLiC offre une connectique des plus complètes :
– Entrées numériques : 1 optique, 2 coaxiales, 2 USB (dont une en façade)
– Entrées analogiques : 3 RCA
– 1 port pour dock iPod
– 1 sortie préampli à niveau variable
– 1 sortie de niveau fixe
– 1 port Ethernet
Une prise est spécialement réservée pour la connexion d’un iPod ou d’un iPhone.

De son côté, le M1DAC n’est pas en reste non plus :
– Entrées numériques : 1 optique, 1 coaxiale, 1 USB, 1 AES symétrique
– Sorties analogiques : 1 RCA, 1 XLR symétrique

Finition

Les deux appareils disposent du même type de boîtier, en aluminium noir brossé du plus bel effet. Les façades sont très jolies, avec de belle sérigraphies.

En utilisation

M1CLiC

Une fois le branchement terminé, la galère commence 🙂 Le M1CLiC n’ayant pas de boutons ni d’écran tactile, il ne s’utilise en effet quasiment qu’à la télécommande. Certaines opérations sont donc assez ardues (imaginez-vous en train de rentrer une clef Wifi avec votre télécommande de télévision, et bien c’est ce que vous allez devoir faire…). De plus, l’écran n’étant pas très large, il est difficile de voir ce que l’on fait à moins de se trouver près de l’appareil, auquel cas la télécommande devient quasi inutile.
De même, l’IHM est simple et facile à utiliser, sans être un modèle d’ergonomie, on a vu mieux.
A l’aire des appareils tactiles, pilotables via un logiciel installé sur n’importe quel smartphone, le M1CLiC semble en retard de quelques années. L’important me direz-vous, c’est le son. Nous y reviendrons plus loin.
Bon point cependant, l’OS est très stable, aucun problème n’a été relevé pendant toute la durée du test. L’appareil a toujours parfaitement fonctionné.

M1DAC

Très simple d’emploi une fois branché, le M1DAC n’a que deux boutons : “Power/Standby” pour l’allumer ou l’éteindre, et “Input Select” pour la sélection de l’entrée utilisée.
Rien à déclarer, la façade avant est très claire, et l’appareil ne chauffe pas, même après de longues sessions d’écoute.

Son

Le matériel utilisé pour effectuer les sessions d’écoutes comparatives comprend :
– Un PC sous Ubuntu, permettant de lire des fichiers numériques encodés en FLAC
– Pour les écoutes au casque, un ampli casque Graham Slee Audio Solo couplé à un Ultrasone Edition9
– Pour les écoutes de salon, un Peachtree Audio Nova couplé à des Divatech Diva16

Le M1CLiC a été utilisé exclusivement en raccordement Ethernet, pas de Wifi.

Quelques albums utilisés, la liste n’étant pas exhaustive :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection
Jamiroquai – Emergency On Planet Earth
Herbaliser – Herbaliser Band Session 1 & 2
Red Fang – Murder The Mountains
Jaco Pastorius – Heavy n’ Jazz

Le M1DAC et le M1CLiC sont très proches au niveau de la qualité audio, avec dans les deux cas une grande facilité à poser l’ambiance de la musique écoutée, et le grain particulier qui caractérise les produits Musical Fidelity : Un côté doux et délié, une légère rondeur, qui fait que la musique coule agréablement, à contrario du son plus analytique et sec que l’on peut trouver sur certains produits concurrents Français (Atoll par exemple). Le tout ne manque pas de dynamique mais perd quelques nuances, au profit d’un côté plus enjôleur. Cette signature sonore Musical Fidelity, bien présente dans ces deux produits, plaît à mon avis au plus grand nombre, bon point pour la marque.

Comparé à un DAC de gamme moindre, le gain est indéniable, aussi bien pour les écoutes au casque qu’aux enceintes, et ce sur tous les plans : Les aigus mieux maîtrisés ne sont jamais agressifs, les basses sont bien dosées, la scène sonore s’élargit et tout devient plus lisible, quelque soit le morceau écouté.
En comparaison du DAC intégré au Peachtree Nova, déjà très bon, le M1DAC apporte un plus et rend le son plus vivant ; Il gomme le côté un peu trop chaud et mou du Nova, et ouvre encore un peu plus l’espace sonore.

Conclusion générale

En jugeant seulement le critère de la qualité audio, les M1CLiC et M1DAC font fort, et proposent des performances d’un très bon ratio qualité/prix.

Le M1DAC est un très bon produit, bien placé niveau prix. Il apporte un réel plus par rapport à des DAC de gamme moindre, tout en restant dans des tarifs certes élevés, mais tout de même suffisamment raisonnables pour pouvoir s’intégrer dans un système Hi-Fi de bonne facture. On regrettera juste l’absence de télécommande qui peut être gênante dans le cadre d’une installation de salon.

Le M1CLiC est également un bon produit, mais peine à convaincre dans une utilisation de tous les jours, face à des produits concurrents à écran tactile, ou pilotables par ordinateur. La télécommande et la taille de l’écran rendent son utilisation par moment fastidieuse, là où n’importe quel invité de passage peut se servir sans problème d’une Squeezebox ou d’un lecteur Sonos.

Musical Fidelity a profité de la sortie de sa gamme M1 pour se mettre à la page, et propose dorénavant avec le M1CLiC son propre serveur audio numérique. Véritable boite à outils pour la musique dématérialisée, le M1CLiC dispose sur le papier de nombreux atours auxquels nous allons nous intéresser : DAC de qualité, lecteur réseau DLNA, Webradios, Ethernet ou WiFi, connectique audio très complète, compatibilité à de nombreux formats : MP3, WAV, AAC, FLAC, FLAC HD, OGG…

En bonus, Musical Fidelity nous a également prêté un M1DAC. Les deux appareils étant très proches dans le rendu sonore, nous faisons donc d’une pierre deux coups et vous proposons un test groupé des deux appareils.


Prix publics :
M1CLiC : 1499€ chez la plupart des revendeurs.
M1DAC : 499€ chez la plupart des revendeurs.

Durée du test : 2 mois

Note : Je n’ai pas eu la possibilité de faire des photos des appareils de test, je vous présente donc mes excuses. J’ai donc compilé quelques photos fournies par le distributeur Français, ou trouvées sur le net.

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Le M1CLiC a vraiment été pensé pour devenir le coeur d’une installation Hi-Fi, que ce soit pour une installation de salon classique, ou un petit ensemble de bureau.

En configuration de salon “classique”, il pourra servir de DAC à tout faire grâce à son convertisseur 24 bits / 192 kHz, recevant les autres sources (TV, lecteur CD…) en numérique ou analogique grâce à ces nombreuses entrées.
Il pourra être relié à un ampli Hi-Fi ou Audio/Vidéo classique, ou directement à un ampli de puissance vu qu’il embarque une section de préamplification et un contrôle de volume.

En configuration plus légère, il pourra être relié directement à une paire d’enceintes actives pour constituer un petit ensemble intégré de qualité.

Outre sa connectique très fournie, le M1CLiC permet de lire en streaming les fichiers audio hébergés sur un ordinateur ou un serveur NAS distant (il suffit pour cela de disposer d’une fonction de partage multimédia, disponible sur tous les systèmes d’exploitation actuels), aussi bien en formats compressés (MP3/AAC) que non compressés (FLAC/LPCM).
Il permet également l’écoute d’un très grand nombre de Webradios, avec la possibilité d’une recherche par nom, localisation ou genre. Il devra pour cela disposer d’une connexion Internet.

De son côté, le M1DAC est un produit plus simple : C’est un DAC, permettant de convertir le signal provenant d’une source numérique en signal analogique, pour attaquer un amplificateur. Il pourra être utilisé pour améliorer une source (CD, PC…), ou pour raccorder un ensemble de sources en homogénéisant l’installation.

Packaging

Les modèles de test reçus sont livrés dans des cartons robustes, contenant en tout et pour tout le manuel utilisateur et un câble secteur standard. Pas le plus complet des packages donc. Nous aurions apprécié l’ajout d’un peu de connectique, comme un câble Ethernet (qui facilite grandement la première installation), voire d’un câble RCA.
Le M1CLiC est vendu également avec sa télécommande (essentielle comme nous allons le voir).

Connectique

Le M1CLiC offre une connectique des plus complètes :
– Entrées numériques : 1 optique, 2 coaxiales, 2 USB (dont une en façade)
– Entrées analogiques : 3 RCA
– 1 port pour dock iPod
– 1 sortie préampli à niveau variable
– 1 sortie de niveau fixe
– 1 port Ethernet
Une prise est spécialement réservée pour la connexion d’un iPod ou d’un iPhone.

De son côté, le M1DAC n’est pas en reste non plus :
– Entrées numériques : 1 optique, 1 coaxiale, 1 USB, 1 AES symétrique
– Sorties analogiques : 1 RCA, 1 XLR symétrique

Finition

Les deux appareils disposent du même type de boîtier, en aluminium noir brossé du plus bel effet. Les façades sont très jolies, avec de belle sérigraphies.

En utilisation

M1CLiC

Une fois le branchement terminé, la galère commence 🙂 Le M1CLiC n’ayant pas de boutons ni d’écran tactile, il ne s’utilise en effet quasiment qu’à la télécommande. Certaines opérations sont donc assez ardues (imaginez-vous en train de rentrer une clef Wifi avec votre télécommande de télévision, et bien c’est ce que vous allez devoir faire…). De plus, l’écran n’étant pas très large, il est difficile de voir ce que l’on fait à moins de se trouver près de l’appareil, auquel cas la télécommande devient quasi inutile.
De même, l’IHM est simple et facile à utiliser, sans être un modèle d’ergonomie, on a vu mieux.
A l’aire des appareils tactiles, pilotables via un logiciel installé sur n’importe quel smartphone, le M1CLiC semble en retard de quelques années. L’important me direz-vous, c’est le son. Nous y reviendrons plus loin.
Bon point cependant, l’OS est très stable, aucun problème n’a été relevé pendant toute la durée du test. L’appareil a toujours parfaitement fonctionné.

M1DAC

Très simple d’emploi une fois branché, le M1DAC n’a que deux boutons : “Power/Standby” pour l’allumer ou l’éteindre, et “Input Select” pour la sélection de l’entrée utilisée.
Rien à déclarer, la façade avant est très claire, et l’appareil ne chauffe pas, même après de longues sessions d’écoute.

Son

Le matériel utilisé pour effectuer les sessions d’écoutes comparatives comprend :
– Un PC sous Ubuntu, permettant de lire des fichiers numériques encodés en FLAC
– Pour les écoutes au casque, un ampli casque Graham Slee Audio Solo couplé à un Ultrasone Edition9
– Pour les écoutes de salon, un Peachtree Audio Nova couplé à des Divatech Diva16

Le M1CLiC a été utilisé exclusivement en raccordement Ethernet, pas de Wifi.

Quelques albums utilisés, la liste n’étant pas exhaustive :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection
Jamiroquai – Emergency On Planet Earth
Herbaliser – Herbaliser Band Session 1 & 2
Red Fang – Murder The Mountains
Jaco Pastorius – Heavy n’ Jazz

Le M1DAC et le M1CLiC sont très proches au niveau de la qualité audio, avec dans les deux cas une grande facilité à poser l’ambiance de la musique écoutée, et le grain particulier qui caractérise les produits Musical Fidelity : Un côté doux et délié, une légère rondeur, qui fait que la musique coule agréablement, à contrario du son plus analytique et sec que l’on peut trouver sur certains produits concurrents Français (Atoll par exemple). Le tout ne manque pas de dynamique mais perd quelques nuances, au profit d’un côté plus enjôleur. Cette signature sonore Musical Fidelity, bien présente dans ces deux produits, plaît à mon avis au plus grand nombre, bon point pour la marque.

Comparé à un DAC de gamme moindre, le gain est indéniable, aussi bien pour les écoutes au casque qu’aux enceintes, et ce sur tous les plans : Les aigus mieux maîtrisés ne sont jamais agressifs, les basses sont bien dosées, la scène sonore s’élargit et tout devient plus lisible, quelque soit le morceau écouté.
En comparaison du DAC intégré au Peachtree Nova, déjà très bon, le M1DAC apporte un plus et rend le son plus vivant ; Il gomme le côté un peu trop chaud et mou du Nova, et ouvre encore un peu plus l’espace sonore.

Conclusion générale

En jugeant seulement le critère de la qualité audio, les M1CLiC et M1DAC font fort, et proposent des performances d’un très bon ratio qualité/prix.

Le M1DAC est un très bon produit, bien placé niveau prix. Il apporte un réel plus par rapport à des DAC de gamme moindre, tout en restant dans des tarifs certes élevés, mais tout de même suffisamment raisonnables pour pouvoir s’intégrer dans un système Hi-Fi de bonne facture. On regrettera juste l’absence de télécommande qui peut être gênante dans le cadre d’une installation de salon.

Le M1CLiC est également un bon produit, mais peine à convaincre dans une utilisation de tous les jours, face à des produits concurrents à écran tactile, ou pilotables par ordinateur. La télécommande et la taille de l’écran rendent son utilisation par moment fastidieuse, là où n’importe quel invité de passage peut se servir sans problème d’une Squeezebox ou d’un lecteur Sonos.