Test

[Test] Octodad: A Dadliest Catch – Octodaddy Cool [PC]

Par Corentin le

J’ai vu suffisamment de hentaï dans ma vie pour savoir comment Octodad va se finir.

Octodad-tombe-titre

Bon. Je viens de finir Octodad et je m’apprêtais à mettre un petit 6/10 de déception. En effet, certains défauts ont calmé mes ardeurs sur ce jeu que j’attendais pourtant avec impatience.
C’est d’autant plus dommage qu’Octodad avait la promesse la plus barrée depuis longtemps. Contrôler un poulpe incognito, qui doit se faire passer pour un humain auprès de sa famille (qui ne se doute de rien) en contrôlant individuellement chacun de ses membres, avouez que ça vend du rêve.

Octodad-ouvre-les-portes

Mais voilà, le rêve est un peu gâché par la très faible durée de vie. Comprenez bien qu’en trois ou quatre heures, en comptant large, vous en aurez terminé avec Octodad. Ouaip, c’est vachement court pour un jeu que vous n’aurez pas vraiment envie de refaire. Alors, certes, il y a les niveaux custom sur le Steam workshop, mais il n’y aura pas l’humour, ni la mise en situation qui fait au moins la moitié du charme du jeu.

Si les phases classiques du titre (aller chercher un objet, tondre la pelouse, etc.) sont amusantes, les phases d’infiltration par contre sont reloues comme tout. Parce que si le fait d’avoir un contrôle crétin de son personnage est amusant, ça devient vite un gros cauchemar si vous êtes pressé par le temps ou par l’obligation de rester furtif. Du coup, comme un bon quart du jeu, c’est de l’infiltration, hé bien, je comptais mettre 6/10.

Et puis, on a joué à quatre. Et c’était TROP BIEN.

En multi, dans Octodad, chacun joue un membre du corps du poulpe. Un joueur joue le bras gauche, un autre joue le bras droit, un autre la jambe gauche et un autre la jambe droite. Et démerdez-vous avec ça.

Évidemment le résultat est à la hauteur des attentes, ça donne des trucs débiles et hilarants. Petite cerise sur le gâteau de la co-op, les concepteurs ont même pensé à ajouter un mode roulette. Ce mode change aléatoirement les rôles de chaque joueur après chaque objectif accompli, histoire de rajouter de la confusion à la confusion.

Octodad-coop

Octodad: Dadliest Catch est un peu décevant tout seul. Alors, surtout, jouez-y à 4 ! C’est vraiment là que le jeu révèle toute sa saveur. Ne vous gâchez pas la découverte de la campagne en faisant la partie en solitaire. Au-delà de ça et malgré un contenu un peu chiche (pour le moment), le jeu est un exemple de créativité, d’innovation et de prise de risque. Cela mérite aussi d’être souligné.

Octodad: A Dadlyest Catch c’est sur PC, Mac et Linux. La version PS4 est prévue pour mars. Il coûte 13 euros.

Octodad-Danse

J’ai vu suffisamment de hentaï dans ma vie pour savoir comment Octodad va se finir.

Octodad-tombe-titre

Bon. Je viens de finir Octodad et je m’apprêtais à mettre un petit 6/10 de déception. En effet, certains défauts ont calmé mes ardeurs sur ce jeu que j’attendais pourtant avec impatience.
C’est d’autant plus dommage qu’Octodad avait la promesse la plus barrée depuis longtemps. Contrôler un poulpe incognito, qui doit se faire passer pour un humain auprès de sa famille (qui ne se doute de rien) en contrôlant individuellement chacun de ses membres, avouez que ça vend du rêve.

Octodad-ouvre-les-portes

Mais voilà, le rêve est un peu gâché par la très faible durée de vie. Comprenez bien qu’en trois ou quatre heures, en comptant large, vous en aurez terminé avec Octodad. Ouaip, c’est vachement court pour un jeu que vous n’aurez pas vraiment envie de refaire. Alors, certes, il y a les niveaux custom sur le Steam workshop, mais il n’y aura pas l’humour, ni la mise en situation qui fait au moins la moitié du charme du jeu.

Si les phases classiques du titre (aller chercher un objet, tondre la pelouse, etc.) sont amusantes, les phases d’infiltration par contre sont reloues comme tout. Parce que si le fait d’avoir un contrôle crétin de son personnage est amusant, ça devient vite un gros cauchemar si vous êtes pressé par le temps ou par l’obligation de rester furtif. Du coup, comme un bon quart du jeu, c’est de l’infiltration, hé bien, je comptais mettre 6/10.

Et puis, on a joué à quatre. Et c’était TROP BIEN.

En multi, dans Octodad, chacun joue un membre du corps du poulpe. Un joueur joue le bras gauche, un autre joue le bras droit, un autre la jambe gauche et un autre la jambe droite. Et démerdez-vous avec ça.

Évidemment le résultat est à la hauteur des attentes, ça donne des trucs débiles et hilarants. Petite cerise sur le gâteau de la co-op, les concepteurs ont même pensé à ajouter un mode roulette. Ce mode change aléatoirement les rôles de chaque joueur après chaque objectif accompli, histoire de rajouter de la confusion à la confusion.

Octodad-coop

Octodad: Dadliest Catch est un peu décevant tout seul. Alors, surtout, jouez-y à 4 ! C’est vraiment là que le jeu révèle toute sa saveur. Ne vous gâchez pas la découverte de la campagne en faisant la partie en solitaire. Au-delà de ça et malgré un contenu un peu chiche (pour le moment), le jeu est un exemple de créativité, d’innovation et de prise de risque. Cela mérite aussi d’être souligné.

Octodad: A Dadlyest Catch c’est sur PC, Mac et Linux. La version PS4 est prévue pour mars. Il coûte 13 euros.

Octodad-Danse

Notre avis

Jeu à boire

7 / 10