Test

[Test] One Mix 1s : Un adorable micro-pc avec quelques vrais arguments

Notre avis
7 / 10
Ordinateurs

Par Antoine le

Le OneMix 1S est un drôle d’oiseau. Trop petit pour être un simple netbook, il reste bien plus massif qu’un smartphone et ne tiendra probablement pas dans une poche de pantalon classique. Alors à qui s’adresse cet appareil hétéroclite à moins de 500€, et que peut-on espérer en tirer ? Décortiquons cette petite bête qui pourrait bien taper dans l’œil des plus nomades d’entre vous.

La première chose qui frappe à l’ouverture, c’est le format. Avec sa toute petite taille par rapport à un ordinateur portable classique, son stylet, sa charnière et son revêtement gris, le OneMix a rapidement été baptisé “La DS” à la rédaction.
Si l’ensemble n’est pas particulièrement élégant – la faute en grande partie à son épaisseur (1.70cm) -, il est cependant loin d’être hideux et se révèle remarquablement fini. Le boîtier métallique inspire confiance, avec une absence totale de jeu et de torsion, même en forçant au centre du clavier ou de l’écran.

Sous l’appareil, les patins sont également de bonne facture. Cela peut paraître anecdotique, mais il est toujours agréable de disposer de patins vraiment antidérapants, mais pas trop, pour pouvoir le pousser latéralement sans devoir le soulever. Ça n’a l’air de rien, mais avec un petit appareil comme celui-ci que vous pousserez régulièrement, c’est un vrai bonus. Et cerise sur le gâteau, ils ne laissent pas de trace sur les surfaces claires, même en s’acharnant un peu.

Sur la tranche droite, on dispose d’une prise USB 3, d’une mini-HDMI, d’une prise USB-C vraiment bienvenue, et même d’un lecteur de micro-SD accompagné d’une prise Jack ! S’il faudra sûrement s’équiper d’un dongle pour y brancher quelques périphériques, le OneMix a le mérite de disposer de tous les indispensables en termes d’IO.

Globalement, le One Mix 1s a de l’allure malgré son style légèrement massif pour sa taille.

La charnière semble d’extrêmement bonne facture, et ne présente absolument aucun jeu. On pourrait lui reprocher d’être trop rigide, mais on comprend rapidement d’où vient ce choix : en forçant encore, la charnière pivote selon un second axe, pour atteindre une rotation de 180° et replier le clavier derrière l’écran. Avant de l’avoir fait pour la première fois, cette seconde section était tellement rigide que l’on a hésité avant de forcer pour faire pivoter l’ensemble, de peur qu’il s’agisse en fait d’un modèle différent sans charnière 180°. Une fois ce cap passé, elle se révèle légèrement plus souple, mais toujours trop rigide pour être pliée en un seul geste fluide. On ne lui en tiendra pas rigueur : avec un appareil comme celui-ci, la priorité absolue reste la solidité de cette pièce fondamentale.

Le One Mix 1s est à seulement 400 euros chez Geekbuying !