Test

[Test] Pokémon Soleil/Lune – Des versions sur orbite [3DS]

Notre avis
8.5 / 10

Par Kocobe le

Ce n’est pas la première fois qu’une même génération de console connaît une deuxième génération de Pokémon. Or et Argent étaient sortis sur GameBoy, tout comme Bleu et Rouge. Les versions Blanc, Noir, Blanc 2 et Noir 2 étaient quant à elles sorties sur DS, tout comme Diamant et Perle quelques années avant cela. Ces versions de confirmation, une fois la console et les nouvelles possibilités bien maîtrisées avaient souvent le goût de la maturation. Elles étaient focalisées sur les fonctionnalités et sur la manière de surprendre les joueurs avec un contenu affiné, au-delà d’un nouveau moteur ou d’une nouvelle manière de se connecter entre joueurs.

Trois ans après X et Y sur 3DS qui marquaient l’avènement d’une modélisation 3D proprette des 721 créatures accumulées au fil de six générations de jeux, voici débarquer Soleil et Lune, la septième fournée de petits monstres, sur la même console. Les attentes sont grandes après des mois de communication, de vidéos et d’annonces qui n’ont pas manqué de chauffer à blanc une communauté particulièrement à l’écoute. Quant au grand public, il met une pression monstre tant il a répondu positivement au phénomène Pokémon GO cet été. Nintendo, The Pokémon Company et Game Freak savent pertinemment qu’ils jouent gros sur cet épisode qui a d’ores et déjà battu un record en devenant le jeu le plus précommandé de l’histoire du constructeur.

pokemon-soleil-lune-test-0

À la croisée des chemins et au centre de l’attention, c’est le moment pour la licence qui vient de fêter ses 20 ans de marquer le coup et de montrer tout ce qu’elle a dans le ventre. La franchise est devant une occasion inespérée de ramener dans son giron un public extrêmement large, du trentenaire qui a arrêté de jouer après Or/Argent, à la jeune fille qui continue de jouer à Pokémon GO malgré l’hiver qui arrive. Avec un cadre estival et insulaire, voyons si ces Pokémon Soleil et Lune parviennent à raviver la flamme du dresseur qui sommeillait dans le cœur de tous ceux qui ont un jour lancé une Pokéball sur un monstre de poche virtuel.