Test

Test : Qualcomm Toq

Notre avis
6 / 10
Android

Par Anh Phan le

Qualcomm, c’est avant tout des processeurs, du réseau mobile, de la 4G, de la recherche et bien d’autres technologies mais c’est loin d’être une compagnie axée autour de l’électronique grand public. Exceptés quelques appareils dits “Reference Design“, la firme de San Diego ne produit plus de produits depuis quelques temps déjà.

Il fallait bien revenir un jour, voilà donc laToq, nouvelle smartwatch du fondeur américain, annoncée en septembre dernier en même temps que l’IFA 2013. Surfant sur la vague des objets connectés, la Qualcomm Toq remet sur le devant de la scène la technologie Mirasol qui avait pour ambition de remplacer la technologie e-Ink, en vain.

Heureusement, Qualcomm n’a pas dit son dernier mot et la Toq permet à la compagnie américaine de montrer qu’elle n’en avait pas encore finie avec la technologie Mirasol. La Qualcomm Toq représente ainsi une sorte de beta-test, non seulement parce que le fondeur n’avait plus produit d’appareil grand public mais aussi parce que le marché des smartwatchs est encore naissant. Différente de ses concurrentes, ne serait-ce que par la technologie utilisée, la Toq permet-elle de penser à un futur pour la technologie Mirasol ?

SAMSUNG CSC

L’écran

Comme je vous l’avais dit plus haut, la technologie Mirasol n’est pas nouvelle et date du début des années 2000. Elle avait été élaborée pour remplacer, à terme, les écrans e-Ink mais les constructeurs tels qu’Amazon n’y avaient jamais vraiment cru. En gros et pour simplifier, on peut dire que la technologie Mirasol pouvait s’apparenter à de l’e-Ink couleur !

SAMSUNG CSC

Pour les plus scientifiques, les écrans Mirasol sont des écrans à modulation d’interférence (ou iMoD pour Interferometric Modulator). La couleur affichée résulte de l’interférence lumineuse de la lumière incidente dans une micro cavité dont l’épaisseur est contrôlée électroniquement. Un écran iMoD est composé de centaines de milliers de cavités interférométriques adressables individuellement (Source : Wikipedia). L’avantage ? Cette technologie permet d’utiliser la lumière ambiante pour réfléchir les couleurs créées depuis les cavités interférométriques qui composent ainsi les pixels. Tant que le pixel n’est pas modifié, l’écran iMoD consomme très peu d’énergie, un peu comme les écrans e-Ink, ce qui vous laisse comprendre l’énorme avantage par rapport à un écran LCD ou OLED.

qualcomm-toq-live-02

Côté pratique, la Toq vous propose un écran de 1,55″ avec une résolution de 288×192, ce qui la rend forcément moins définie qu’une Galaxy Gear de Samsung avec son écran OLED. De plus, la technologie est encore assez limitée dans la reproduction des couleurs, on a ainsi l’impression de voir quelque part les premiers écran LCD avec des couleurs bien délavées, surtout maintenant qu’on a pu découvrir les écrans OLED. Désormais, il faut aussi se placer d’un point de vue axé sur l’usage. En effet, on a pu le voir avec d’autres smartwatchs et dans leur utilisation, on n’a pas forcément besoin d’un écran capable d’afficher 16 millions de couleurs. On ne regarde sa montre connectée que de temps en temps et c’est là que la technologie Mirasol tire son épingle du jeu.

SAMSUNG CSC

Quelque soit l’éclairage ambiant, vous pourrez toujours lire facilement l’heure ou les notifications sans avoir à secouer fortement le poignet ou appuyer sur un bouton pour activer le rétro-éclairage. Je vous assure, c’est tout bête mais le fait de pouvoir lire des informations juste en tournant son poignet et ne pas devoir utiliser son autre main pour activer la lecture, ça change pas mal de choses dans la vie de tous les jours avec une montre connectée. S’il fait vraiment trop noir, vous pourrez toujours activer l’éclairage de la montre avec un double tapotement sur le haut de l’écran.

L’autonomie

En plus de la lisibilité en toute situation, une des choses qui m’a le plus surpris, c’est son autonomie. En gros, je recharge la Qualcomm Toq une fois par semaine alors qu’avec la Samsung Galaxy Gear, c’était une recharge obligatoire tous les jours. Avec toutes les notifications par vibration, je m’attendais à une grosse différence mais que nenni. C’est vraiment agréable dans la vie quotidienne. Qualcomm aurait pu pousser le vice plus loin en intégrant du Bluetooth 4.0 Low Energy (BlueTooth Smart pour les intimes) mais il faudra se contenter du Bluetooth 3.0. Pourquoi ?

qualcomm-toq-soft-live-01

Tout simplement parce que Qualcomm a préféré prendre le partie de rendre sa Toq compatible avec le plus de smartphones possible. En effet, avec du Bluetooth 4.0 LE, la Toq n’aurait été compatible qu’avec les smartphones avec Android 4.3 et plus. Dans la configuration actuelle, la Toq est compatible avec tous les smartphones disposant d’Android 4.0.3 et plus ! C’est quand même mieux que la douzaine de produits compatibles avec la Samsung Galaxy Gear !

SAMSUNG CSC

Livré avec un dock de recharge sans-fil, je trouve malheureusement ce dernier très (trop) gros. Une fois le chargeur replié, c’est quasiment le triple en épaisseur par rapport à un Sony Xperia Z1 Compact par exemple. J’aurais vraiment aimé que Qualcomm intègre un port MicroUSB directement sur la Toq ou alors un truc bien plus facile à emporter, comme le système de la Galaxy Gear notamment. Toujours est-il que le rechargement sans-fil (WiPower LE) reste très pratique quand vous laissez votre dock au bureau. Il vous faudra quelques 90 minutes pour la recharger totalement.

Le design

Quand vous découvrez pour la première fois la Toq, ce n’est clairement pas une des plus petites smartwatchs que vous ayez pu admirer. On est loin de la Pebble et soyons honnête, ce n’est pas le meilleur design qui m’ait été donné de voir. Alors oui, il y a pire mais il y a bien mieux. En revanche, avec le temps, je trouve que le design de la Toq vieillit mieux que celui de la Samsung Galaxy Gear par exemple. Et quand je revois le design carré de la SmartWatch de Sony, celui de la Toq n’est pas si affreux que cela.

SAMSUNG CSC

Oui bon, la barre de navigation silver en bas de l’écran n’est pas des plus discrète non plus. Surtout qu’on ne l’utilise pas tant que cela. En effet, l’écran est tactile et on passe par cette barre – tactile également – uniquement pour passer d’une horloge à l’autre. À côté, pour sauter d’une fonction à l’autre, on peut utiliser l’écran même. Pourquoi ne pas avoir permis le passage d’une horloge à l’autre directement depuis l’écran ? Qualcomm est resté plutôt muet là dessus.

SAMSUNG CSC

Le logo Toq sur la barre silver de navigation ne permet que de changer de couleur dans une horloge. Du coup, il faudra taper une fois sur le bracelet en bas de l’écran pour activer le menu général ! Pourquoi ne pas avoir placé cette action sur le logo Toq ? Peut-être pour éviter les touchers accidentels ? Toujours est-il que je ne la trouve pas si logique et intuitive au final.

SAMSUNG CSC

Avec 91g, la Toq est aussi bien plus lourde que ses concurrentes. Néanmoins, une fois au poignet, le poids est plutôt bien réparti. En revanche, là où le bât blesse, c’est au sujet du bracelet. Déjà, il ne pourra pas être changé. Ensuite, vous devrez le couper pour l’ajuster à votre poignet, ce qui veut dire qu’une fois la montre taillée pour votre poignet, vous ne pourrez pas la prêter ou la revendre à quelqu’un qui a un poignet plus gros que le votre (voir la vidéo ci-dessous). De plus, le bracelet n’est pas du genre très fin et lors de longues sessions d’écritures sur mon laptop, j’ai trouvé la Toq assez gênante lorsque le bracelet rencontrait mon ordinateur portable. Pour finir sur le bracelet, j’ai trouvé le système de fermeture relativement dur et si vous avez des ongles, faites bien attention.

Utilisation et notifications

Une smartwatch, c’est avant tout des notifications sur votre poignet, en place et lieu de votre poche. Du coup, je me pose encore la question de savoir si le fait d’avoir des notifications sur sa montre alors qu’on a les mêmes dans sa poche est véritablement utile… Oui et non en définitive, c’est plutôt pratique dans certains cas, comme les réunions ou autres mais je ne suis pas totalement convaincu encore. Dans tous les cas, les notifications de la Toq fonctionnent bien mieux que la Samsung Galaxy Gear. En effet, la Toq se base sur le système de notifications d’Android, vous aurez ainsi accès à toutes les notifications liées à votre smartphone.

SAMSUNG CSC

qualcomm-toq-soft-live-09

Les notifications peuvent être gérées depuis l’application Qualcomm Toq sur votre smartphone Android. Bien évidemment, cela ne reste que des notifications et très souvent, vous ne pourrez rien lire depuis la Toq, cependant cela vous permet d’avoir rapidement un aperçu et déterminer si vous devez sortir votre smartphone ou non. De même, la montre ne propose qu’un système de notifications, vous ne pourrez pas supprimer des mails ou quoi que ce soit d’autres. La seule chose encore possible reste les réponses prédéfinies par rapport aux SMS reçus.

qualcomm-toq-soft-live-02

qualcomm-toq-soft-live-10

Il y a quelques autres applications disponibles depuis la montre, comme le contrôle d’activité ou le contrôle de la musique, surtout si vous n’avez pas de télécommande sur vos écouteurs, néanmoins cela reste très basique. Dans l’absolu, ça manque encore d’applications et depuis le temps que je l’ai, je n’ai rien vu de bien neuf sur le sujet. Attention, ce ne sont pas des applications comme sur la Galaxy Gear mais des applets, soit des applications bien plus légères.

qualcomm-toq-soft-live-04

qualcomm-toq-soft-live-08

qualcomm-toq-soft-live-11

Pour en revenir au contrôle d’activité, j’aurais aimé voir Qualcomm travailler plus cette partie : on nous affiche bien un score mais on n’a aucune, mais alors aucune idée de ce que cela peut représenter. De même, j’aurais aimé un GPS intégré où alors l’emploi de l’application du smartphone pour la géolocalisation, un peu comme les applications pour les appareils photos connectés.

Conclusion

La Qualcomm Toq s’adresse avant tout au early adopters. Il lui manque clairement quelques fonctions clés et c’est plutôt limité au final, néanmoins son utilisation de la technologie Mirasol est loin d’être une mauvaise idée. Le fait que la Toq ne soit finalement qu’un centre de notifications ne m’a pas trop gêné et c’est sans doute l’usage que j’attends d’une smartwatch. Je souhaiterais sans doute en faire un peu plus mais pas tant que ça en définitive.

La Toq est plus une démo produit de Qualcomm qu’un produit fini, surtout avec un prix à 249$ (disponible uniquement aux États-Unis). C’est une façon pour Qualcomm de mettre en avant non seulement sa technologie Mirasol mais aussi celle de recharge sans-fil WiPower. Dans tous les cas, l’approche de Qualcomm n’est pas dénuée de sens et Pebble devrait s’intéresser à la technologie du fondeur américain pour une éventuelle Pebble 2.

Galerie

Qualcomm, c’est avant tout des processeurs, du réseau mobile, de la 4G, de la recherche et bien d’autres technologies mais c’est loin d’être une compagnie axée autour de l’électronique grand public. Exceptés quelques appareils dits “Reference Design“, la firme de San Diego ne produit plus de produits depuis quelques temps déjà.

Il fallait bien revenir un jour, voilà donc laToq, nouvelle smartwatch du fondeur américain, annoncée en septembre dernier en même temps que l’IFA 2013. Surfant sur la vague des objets connectés, la Qualcomm Toq remet sur le devant de la scène la technologie Mirasol qui avait pour ambition de remplacer la technologie e-Ink, en vain.

Heureusement, Qualcomm n’a pas dit son dernier mot et la Toq permet à la compagnie américaine de montrer qu’elle n’en avait pas encore finie avec la technologie Mirasol. La Qualcomm Toq représente ainsi une sorte de beta-test, non seulement parce que le fondeur n’avait plus produit d’appareil grand public mais aussi parce que le marché des smartwatchs est encore naissant. Différente de ses concurrentes, ne serait-ce que par la technologie utilisée, la Toq permet-elle de penser à un futur pour la technologie Mirasol ?

SAMSUNG CSC

L’écran

Comme je vous l’avais dit plus haut, la technologie Mirasol n’est pas nouvelle et date du début des années 2000. Elle avait été élaborée pour remplacer, à terme, les écrans e-Ink mais les constructeurs tels qu’Amazon n’y avaient jamais vraiment cru. En gros et pour simplifier, on peut dire que la technologie Mirasol pouvait s’apparenter à de l’e-Ink couleur !

SAMSUNG CSC

Pour les plus scientifiques, les écrans Mirasol sont des écrans à modulation d’interférence (ou iMoD pour Interferometric Modulator). La couleur affichée résulte de l’interférence lumineuse de la lumière incidente dans une micro cavité dont l’épaisseur est contrôlée électroniquement. Un écran iMoD est composé de centaines de milliers de cavités interférométriques adressables individuellement (Source : Wikipedia). L’avantage ? Cette technologie permet d’utiliser la lumière ambiante pour réfléchir les couleurs créées depuis les cavités interférométriques qui composent ainsi les pixels. Tant que le pixel n’est pas modifié, l’écran iMoD consomme très peu d’énergie, un peu comme les écrans e-Ink, ce qui vous laisse comprendre l’énorme avantage par rapport à un écran LCD ou OLED.

qualcomm-toq-live-02

Côté pratique, la Toq vous propose un écran de 1,55″ avec une résolution de 288×192, ce qui la rend forcément moins définie qu’une Galaxy Gear de Samsung avec son écran OLED. De plus, la technologie est encore assez limitée dans la reproduction des couleurs, on a ainsi l’impression de voir quelque part les premiers écran LCD avec des couleurs bien délavées, surtout maintenant qu’on a pu découvrir les écrans OLED. Désormais, il faut aussi se placer d’un point de vue axé sur l’usage. En effet, on a pu le voir avec d’autres smartwatchs et dans leur utilisation, on n’a pas forcément besoin d’un écran capable d’afficher 16 millions de couleurs. On ne regarde sa montre connectée que de temps en temps et c’est là que la technologie Mirasol tire son épingle du jeu.

SAMSUNG CSC

Quelque soit l’éclairage ambiant, vous pourrez toujours lire facilement l’heure ou les notifications sans avoir à secouer fortement le poignet ou appuyer sur un bouton pour activer le rétro-éclairage. Je vous assure, c’est tout bête mais le fait de pouvoir lire des informations juste en tournant son poignet et ne pas devoir utiliser son autre main pour activer la lecture, ça change pas mal de choses dans la vie de tous les jours avec une montre connectée. S’il fait vraiment trop noir, vous pourrez toujours activer l’éclairage de la montre avec un double tapotement sur le haut de l’écran.

L’autonomie

En plus de la lisibilité en toute situation, une des choses qui m’a le plus surpris, c’est son autonomie. En gros, je recharge la Qualcomm Toq une fois par semaine alors qu’avec la Samsung Galaxy Gear, c’était une recharge obligatoire tous les jours. Avec toutes les notifications par vibration, je m’attendais à une grosse différence mais que nenni. C’est vraiment agréable dans la vie quotidienne. Qualcomm aurait pu pousser le vice plus loin en intégrant du Bluetooth 4.0 Low Energy (BlueTooth Smart pour les intimes) mais il faudra se contenter du Bluetooth 3.0. Pourquoi ?

qualcomm-toq-soft-live-01

Tout simplement parce que Qualcomm a préféré prendre le partie de rendre sa Toq compatible avec le plus de smartphones possible. En effet, avec du Bluetooth 4.0 LE, la Toq n’aurait été compatible qu’avec les smartphones avec Android 4.3 et plus. Dans la configuration actuelle, la Toq est compatible avec tous les smartphones disposant d’Android 4.0.3 et plus ! C’est quand même mieux que la douzaine de produits compatibles avec la Samsung Galaxy Gear !

SAMSUNG CSC

Livré avec un dock de recharge sans-fil, je trouve malheureusement ce dernier très (trop) gros. Une fois le chargeur replié, c’est quasiment le triple en épaisseur par rapport à un Sony Xperia Z1 Compact par exemple. J’aurais vraiment aimé que Qualcomm intègre un port MicroUSB directement sur la Toq ou alors un truc bien plus facile à emporter, comme le système de la Galaxy Gear notamment. Toujours est-il que le rechargement sans-fil (WiPower LE) reste très pratique quand vous laissez votre dock au bureau. Il vous faudra quelques 90 minutes pour la recharger totalement.

Le design

Quand vous découvrez pour la première fois la Toq, ce n’est clairement pas une des plus petites smartwatchs que vous ayez pu admirer. On est loin de la Pebble et soyons honnête, ce n’est pas le meilleur design qui m’ait été donné de voir. Alors oui, il y a pire mais il y a bien mieux. En revanche, avec le temps, je trouve que le design de la Toq vieillit mieux que celui de la Samsung Galaxy Gear par exemple. Et quand je revois le design carré de la SmartWatch de Sony, celui de la Toq n’est pas si affreux que cela.

SAMSUNG CSC

Oui bon, la barre de navigation silver en bas de l’écran n’est pas des plus discrète non plus. Surtout qu’on ne l’utilise pas tant que cela. En effet, l’écran est tactile et on passe par cette barre – tactile également – uniquement pour passer d’une horloge à l’autre. À côté, pour sauter d’une fonction à l’autre, on peut utiliser l’écran même. Pourquoi ne pas avoir permis le passage d’une horloge à l’autre directement depuis l’écran ? Qualcomm est resté plutôt muet là dessus.

SAMSUNG CSC

Le logo Toq sur la barre silver de navigation ne permet que de changer de couleur dans une horloge. Du coup, il faudra taper une fois sur le bracelet en bas de l’écran pour activer le menu général ! Pourquoi ne pas avoir placé cette action sur le logo Toq ? Peut-être pour éviter les touchers accidentels ? Toujours est-il que je ne la trouve pas si logique et intuitive au final.

SAMSUNG CSC

Avec 91g, la Toq est aussi bien plus lourde que ses concurrentes. Néanmoins, une fois au poignet, le poids est plutôt bien réparti. En revanche, là où le bât blesse, c’est au sujet du bracelet. Déjà, il ne pourra pas être changé. Ensuite, vous devrez le couper pour l’ajuster à votre poignet, ce qui veut dire qu’une fois la montre taillée pour votre poignet, vous ne pourrez pas la prêter ou la revendre à quelqu’un qui a un poignet plus gros que le votre (voir la vidéo ci-dessous). De plus, le bracelet n’est pas du genre très fin et lors de longues sessions d’écritures sur mon laptop, j’ai trouvé la Toq assez gênante lorsque le bracelet rencontrait mon ordinateur portable. Pour finir sur le bracelet, j’ai trouvé le système de fermeture relativement dur et si vous avez des ongles, faites bien attention.

Utilisation et notifications

Une smartwatch, c’est avant tout des notifications sur votre poignet, en place et lieu de votre poche. Du coup, je me pose encore la question de savoir si le fait d’avoir des notifications sur sa montre alors qu’on a les mêmes dans sa poche est véritablement utile… Oui et non en définitive, c’est plutôt pratique dans certains cas, comme les réunions ou autres mais je ne suis pas totalement convaincu encore. Dans tous les cas, les notifications de la Toq fonctionnent bien mieux que la Samsung Galaxy Gear. En effet, la Toq se base sur le système de notifications d’Android, vous aurez ainsi accès à toutes les notifications liées à votre smartphone.

SAMSUNG CSC

qualcomm-toq-soft-live-09

Les notifications peuvent être gérées depuis l’application Qualcomm Toq sur votre smartphone Android. Bien évidemment, cela ne reste que des notifications et très souvent, vous ne pourrez rien lire depuis la Toq, cependant cela vous permet d’avoir rapidement un aperçu et déterminer si vous devez sortir votre smartphone ou non. De même, la montre ne propose qu’un système de notifications, vous ne pourrez pas supprimer des mails ou quoi que ce soit d’autres. La seule chose encore possible reste les réponses prédéfinies par rapport aux SMS reçus.

qualcomm-toq-soft-live-02

qualcomm-toq-soft-live-10

Il y a quelques autres applications disponibles depuis la montre, comme le contrôle d’activité ou le contrôle de la musique, surtout si vous n’avez pas de télécommande sur vos écouteurs, néanmoins cela reste très basique. Dans l’absolu, ça manque encore d’applications et depuis le temps que je l’ai, je n’ai rien vu de bien neuf sur le sujet. Attention, ce ne sont pas des applications comme sur la Galaxy Gear mais des applets, soit des applications bien plus légères.

qualcomm-toq-soft-live-04

qualcomm-toq-soft-live-08

qualcomm-toq-soft-live-11

Pour en revenir au contrôle d’activité, j’aurais aimé voir Qualcomm travailler plus cette partie : on nous affiche bien un score mais on n’a aucune, mais alors aucune idée de ce que cela peut représenter. De même, j’aurais aimé un GPS intégré où alors l’emploi de l’application du smartphone pour la géolocalisation, un peu comme les applications pour les appareils photos connectés.

Conclusion

La Qualcomm Toq s’adresse avant tout au early adopters. Il lui manque clairement quelques fonctions clés et c’est plutôt limité au final, néanmoins son utilisation de la technologie Mirasol est loin d’être une mauvaise idée. Le fait que la Toq ne soit finalement qu’un centre de notifications ne m’a pas trop gêné et c’est sans doute l’usage que j’attends d’une smartwatch. Je souhaiterais sans doute en faire un peu plus mais pas tant que ça en définitive.

La Toq est plus une démo produit de Qualcomm qu’un produit fini, surtout avec un prix à 249$ (disponible uniquement aux États-Unis). C’est une façon pour Qualcomm de mettre en avant non seulement sa technologie Mirasol mais aussi celle de recharge sans-fil WiPower. Dans tous les cas, l’approche de Qualcomm n’est pas dénuée de sens et Pebble devrait s’intéresser à la technologie du fondeur américain pour une éventuelle Pebble 2.

Galerie

Notre avis

Toc Toc Toc

6 / 10