Test

Test Ratchet & Clank Rift Apart, l’exclusivité PS5 ambitieuse

Jeux Vidéo

Par Elisa Rahouadj le

Sorti ce 11 juin, Ratchet & Clank Rift Apart est la deuxième exclusivité PS5 à voir le jour. Découvrez ce que l'on pense de ce titre dans notre test.

ratchet Clank Rift Apart Scène ouverture
© Insomniac Games

Quelques années après le dernier opus de la franchise, le nouveau titre Ratchet & Clank fait son entrée fracassante sur PS5 ce vendredi 11 juin. Exclusivité de la console next-gen, Ratchet & Clank Rift Apart se veut être une entrée standalone à la fois pour les amateurs de la licence et pour les nouveaux joueurs la découvrant pour la toute première fois sur PS5. Ce AAA signé Insomniac Games a préparé son arrivée avec un cahier des charges ambitieux et promet de nous en mettre plein les yeux. Cela a-t-il été le cas ? Découvrez notre avis au travers des lignes de ce test.

Une histoire qui se raconte avec le cœur

Au début de Ratchet & Clank Rift Apart, notre duo iconique s’apprête à participer à une cérémonie élogieuse en leur honneur. Alors que Clank prévoyait de remercier Ratchet pour le don de son amitié durant toutes ces années avec un Dimensionator, celui-ci lui permettant de retrouver sa famille, la petite fête se voit gâchée par une attaque de leur ennemi de toujours, le Docteur Néfarious. Cependant, plus maladroit que vil, Néfarious réussit à dérégler l’appareil et ouvre malencontreusement des dimensions à tout va. C’est donc dans un monde interdimensionnel hors de contrôle que Ratchet et Clank vont essayer d’arranger la situation, tout en étant séparé pour la première fois depuis le début de leur histoire.

Avec Rift Apart, Insomniac Games nous offre un scénario abouti, digne des grandes productions Disney Pixar, dont le titre est largement inspiré au niveau de la narration mais aussi des animations. Si la lutte éternelle entre Ratchet, Clank et Néfarious n’est pas née de la dernière pluie, on en apprend beaucoup plus dans cet opus sur l’histoire des lombax, ou encore sur les autres peuples de la galaxie. De plus, c’est une histoire racontée avec tellement de passion, d’humour et de compassion que cela crée un équilibre digne des meilleurs films d’animation.

Quant aux dialogues, ils ne sont pas vraiment exceptionnels, mais Rift Apart sait transmettre ses émotions et sa profondeur à travers ses animations et tout ce qui entoure ses personnages, que ce soit dans leurs expressions faciales ou dans leurs motivations. L’on a affaire à des personnages forts, charismatiques et tous attachants à leur manière. Rivet, la petite nouvelle et double dimensionnel de Ratchet, est une lombax à la forte tête qu’il convient de ne pas contrarier si l’on ne veut pas s’en attirer les foudres. Mais sous sa carapace de dure à cuire, Rivet cache un cœur au moins aussi grand que ses oreilles et de la compassion à revendre. Loin d’être une figure féminine qui est là pour « faire joli », elle est forte d’un esprit rebelle et apporte une vraie dimension attachante au titre. Elle amène également un vent de fraîcheur dans une amitié vieille de 20 ans et ça ne fait pas de mal ! L’avantage avec Rift Apart c’est que même les personnages secondaires ou passagers ont été travaillés de sorte à ce qu’aucune des interventions des PNJ ne soit dénuée de profondeur ou de personnalité. Tout le monde a son petit grain de sel a ajouter !

Dimensions et immersion : pari réussi ?

L’élément vendeur de cet opus est l’aspect interdimensionnel et les voyages entre les différentes planètes et dimensions de instantanément. La promesse d’Insomniac Games était de nous transporter dans des univers totalement différents les uns des autres, et de faire de cet aspect le moteur du jeu. Selon nous, c’est un pari réussi pour le studio qui a su utiliser ses idées dans des contextes variés et l’intégrer de manière parfaitement fluide. Les failles viennent aider à diversifier un gameplay qui n’est pas linéaire, mais fortement guidé. Cela peut être un point noir pour ceux qui rêvent d’un monde ouvert totalement libre où les possibilités sont multiples et infinies. Techniquement, il l’est mais les personnages vous rappelleront parfois l’objectif principal à l’aide de dialogues suggestifs. De plus, à la fin d’une mission, vous serez automatiquement redirigés au point même où l’aventure continue, souvent au moyen d’une cinématique. Vous n’avez donc plus qu’à sauter dans votre vaisseau pour continuer votre périple ou à marcher droit devant vous pour suivre les quêtes principales.

Ratchet Clank Rift Apart Dimensions
Crédits : Insomniac Games / Journal du Geek

D’un autre côté, c’est une excellente configuration pour ceux qui voudraient se concentrer sur la partie narrative. De plus, cela ne veut pas pour autant dire que l’exploration est proscrite. Elle est même assez bien récompensée grâce aux missions de collectibles qui vous rapportent des avantages pour la suite de votre aventure. Les missions facultatives sont clairement annoncées dans le menu et il est donc très simple de les suivre. La carte du jeu est par ailleurs très fournie et bien légendée. Cependant, on aurait aimé un petit peu plus de difficulté de ce côté là, avec une carte qui se dévoile graduellement et des indications de ressources qui ne sont pas données dès le début.

L’aventure dispose également d’une richesse de gameplay qui fait plaisir à voir. Chaque personnage, ou presque a son moment de gloire au sein de petits niveaux intégrés un peu partout dans la map. Rivet peut explorer les poches dimensionnelles, Clank montre ses capacités dans des mini-niveaux de réflexion, et Ratchet quant à lui obtient l’aide de Glitch, qui a ses propres expériences également. Le tout est saupoudré d’une diversité de moyens de déplacements et de capacités qui s’accumulent progressivement. Toutes les capacités et accessoires sont d’ailleurs mutualisés que vous incarniez Ratchet ou Rivet. Lorsqu’un des deux récupère un accessoire qui influe sur le gameplay, ou même une arme, alors l’autre le récupère également. Si cela est pratique car vous ne pouvez pas vous perdre entre ce que possède l’un ou l’autre, c’est en réalité très incohérent.

L’immersion dans Rift Apart est soutenue par un univers musical travaillé et vraiment impactant. Chaque composition prend parfaitement sa place et vous guide dans l’action que vous menez, que ce soit un moment de combat intense ou une séquence émotion. Chaque planète à une atmosphère musicale qui lui est propre et qui l’humanise un peu plus. Finalement, lorsque l’on joue à Rift Apart, on a plus l’impression d’avoir atterri dans un film d’animation interactif que dans un jeu vidéo pur et dur, tout ceci grâce à la priorité donnée à l’aspect immersif du AAA.

Ratchet Clank Rift Apart Déplacements
Crédits : Insomniac Games / Journal du Geek

Au cœur de l’action

Passons maintenant à un des aspects iconiques de Ratchet & Clank : l’action et les combats. Rift Apart ne révolutionne clairement pas la franchise de ce côté là mais, si tous éléments phares sont présents, ils sont poussés au maximum de leur optimisation et de leur originalité. En résumé, on fait tout comme d’habitude, mais en mieux. Les phases de combats sont dynamiques et rythmées par un arsenal toujours plus fourni. Les armes introduisent certaines spécialités inédites, tel que l’arroseur topiaire qui vous permet de végétaliser vos ennemis et donc de les immobiliser pendant quelques secondes. L’utilisation des gâchettes adaptative leur donne également une double identité avec deux angles d’attaque différents pour chaque arme. Il est très facile de basculer entre les armes grâce à la roulette. Lorsque vous l’activez, l’action s’arrête momentanément, vous avez donc le temps de choisir votre arme en fonction de votre ennemis. L’on peut donc constater le travail acharné des développeurs concernant l’arsenal impressionnant qui nous est proposé.

Ratchet Clank Combats Rivet
Crédits : Insomniac Games / Journal du Geek

On apprécie également la diversité des ennemis à combattre. Ils ont chacun leurs attaques signatures et les affrontements se résument souvent à devoir s’adapter à chaque adversaire tout en étant au beau milieu d’une dizaine d’entre eux. Au fur et à mesure que les batailles s’enchaînent, le challenge augmente et l’on prend davantage de plaisir à gagner un combat, surtout lorsque l’on se trouve face à une myriade d’ennemis arrivant par vagues. Lorsque vous mourrez, vous réapparaissez au cœur de l’action, cela vous évite donc d’accumuler de la frustration à devoir vous rendre une nouvelle fois sur le lieu du combat. Gardez également à l’esprit que la difficulté peut être changée à tout moment, même en plein affrontement. Toutefois, les approches furtives ne sont pas valorisées par le jeu et c’est bien dommage car certains combats mériteraient d’être réfléchis davantage avant d’être vécus tellement le nombre d’ennemis est important.

Une exclusivité PS5 bien sentie

À tous points de vue, Rift Apart est une excellente vitrine technologique des fonctionnalités de la PlayStation 5. On ne pourrait pas imaginer une DualSense plus exploitée qu’elle ne l’est et les possibilités graphiques sont tout bonnement bluffantes. Il n’existe quasiment aucune différence de qualité entre les cinématiques et les phases de gameplay, dont les transitions sont lissées grâce au SSD ultra rapide de la console. On notera tout même un léger décalage entre certaines phases qui est perceptible mais loin d’être gênant. Le SSD permet aussi de beaucoup plus fournir les environnements. Rift Apart fait étalage de ses nombreux détails et animations, imperceptibles si on ne les cherche pas, mais qui font toute la différence dans l’harmonisation et le réalisme du décor. Au moment de l’écriture, quelques défauts mineurs subsistent, à savoir des personnages qui sautillent ou encore une mauvaise synchronisation des dialogues avec la gestuelle des personnages. Toutefois, ils sont extrêmement rares et risquent d’être corrigés dans les premières mises à jour.

Ratchet Clank Rift Apart Monde
Crédits : Insomniac Games / Journal du Geek

Dès le départ, vous avez le choix entre trois configurations graphiques, avec ou sans ray-tracing. Si le mode performance sacrifie la qualité visuelle, c’est le mode le plus fluide que vous pourriez trouver et c’est un réel plaisir lors des combats. Si vous ne pouvez vous résoudre à avoir une richesse visuelle moindre, alors vous serez époustouflés par la qualité du ray-tracing et des graphismes, même dans les détails. Cela se constate notamment avec Ratchet et Rivet dont les poils sont influencés par le vent et leurs mouvements, ou encore toutes les parties métalliques, notamment Clank, qui arborent des reflets plus réalistes que jamais. Cela est valable aussi bien pour les cinématiques que pour les phases de gameplay.

Quant à la DualSense, elle est excellement exploitée dans les phases de combat autant que pendant les cinématiques. Plus qu’une cerise sur le gâteau, les retours haptiques ajoutent une réelle plus-value à l’expérience immersive. Grâce à eux, on ressent les différences de textures, les effets des explosions ainsi que toutes les petites mécaniques que l’on effectue au cours de l’aventure. Les gâchettes adaptatives sont quant à elles plus exploitées durant les combats avec les armes à double niveau comme mentionné plus haut. Rift Apart est donc titre qui rend honneur à sa qualité d’exclusivité PS5

Notre avis

Dans l'ensemble Ratchet & Clank Rift Apart est un titre qui tient toutes ses promesses et plus encore. L'immersion est saisissante du début à la fin et la narration du titre le fait devenir sans conteste le meilleur de toute la franchise. Notre avis est sans équivoque : Rift Apart met la barre très haut en proposant un titre à la fois vivant, excellement exécuté, avec quelques lacunes certes, mais surtout avec une âme et des ambitions. Les graphismes et animations sont à couper le souffle et la PS5 est optimisée à son maximum. Avec la DualSense en main, l'on peut tout de suite sentir qu'il s'agit d'un titre qui est le fruit d'un travail colossal, dont le résultat dépasse largement les attentes des joueurs dans plusieurs domaines. Rift Apart est également le titre le plus grand public que l'on puisse trouver sur PS5 à ce jour, ce qui en fait un jeu accessible à tous.

9 / 10
Les plus
Les moins
  • Une immersion impressionnante
  • Des personnages forts et attachants
  • Un excellent étalage des fonctionnalités de la PS5
  • Une narration profonde et travaillée
  • Un univers musical riche
  • Des sauvegardes automatiques très fréquentes
  • Un titre adapté à tous les styles, tous les publics
  • Quelques bugs mineurs
  • Des incohérences de gameplay
  • Un monde ouvert parfois trop limité