Test

Test : Syphon Filter : Dark Mirror (PSP)

Par Anh Phan le

La série des Syphon Filter remonte à  la Playstation et le jeu fut qualifié de Metal Gear Solid mais en plus bourrin. Autant les épisodes sur PSOne le rendre inoubliable, autant son passage sur PS2 marquera la chute de la série, si bien qu’on en attendait pas grand chose de cet épisode sur PSP. Simple […]

La série des Syphon Filter remonte à  la Playstation et le jeu fut qualifié de Metal Gear Solid mais en plus bourrin. Autant les épisodes sur PSOne le rendre inoubliable, autant son passage sur PS2 marquera la chute de la série, si bien qu’on en attendait pas grand chose de cet épisode sur PSP. Simple portage du dernier épisode, remake d’un épisode précédent ? Et bien non, c’est un nouveau jeu et je peux vous l’assurer de suite, c’est un grand cru, le retour d’un hit en puissance. Et ce n’est pas un mal pour la Sony PSP en perte de vitesse et de jeux par rapport à  sa concurrente directe, la Nintendo DS.

Pour l’histoire, et contexte oblige, les terroristes menacent la paix dans le monde et vous incarnez Gabe Logan, au service des Nations Unis. Evidemment, alors que tout vous destinait à  effectuer une simple mission de routine, tout va s’accélérer et vous allez vous retrouver à  sauver le monde. Oui, c’est un scénario ultra-classique avec un personnage principal des plus classiques, vous savez, le genre ténébreux qui se sacrifie pour notre paix. Avec de plus deux personnes de la gente féminine pour nous épauler, la brune pour vraiment nous épauler et la blonde qui se fait tout le temps enlevée mais alors tout le temps. Bref du classique !

Sinon, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Dark Mirror est un subtil mélange d’infiltration et d’action, votre personnage est vu à  la troisième personne et comme pour ce genre de jeu, vous avez accès aux armes les plus poussées. En parlant d’armes, l’arsenal auquel vous avez accès est tout simplement impressionnant pour un jeu portable. Cela va de l’arme de poing au fusil sniper en passant les mitraillettes, taser et autres. Au niveau des modes de jeux, vous aurez le multijoueurs et le mode histoire qui vous permettra de débloquer les missions afin d’y rejouer si nécessaire pour tenter une nouvelle approche ou débloquer de nouveaux contenus.

Au niveau des commandes, le stick analogique droit vous servira à  vous déplacer et à  straffer, le pad à  accéder au menu des armes, de l’inventaire, etc …, les quatres touches vous serviront à  viser et le bouton R pour tirer, oui, ce n’est pas très instinctif et il faudra s’y habituer mais à  la longue à§a vient et on s’y fait. Par contre, quand on se fait surprendre, c’est clair que ce n’est pas la configuration la plus précise ! Heureusement d’ailleurs que vous pouvez avoir la visée automatique pour simplifier un peu les choses !

Graphiquement, la PSP vous montre de quoi elle est capable et c’est vraiment très appréciable, c’est fin, les textures détaillées et variées, la modélisation plus que réussie avec pour compléter le tout des effets de lumières digne de ce qu’on a sur console de salon. Pour la distance de vision, rien à  signaler, c’est propre, il suffit de voir ce que From Software a fait avec Tenchu : Time of the Assassins pour voir le travail colossal de Sony sur son jeu. Et le son n’est pas en reste avec des musiques qui collent parfaitement à  l’action, des sons très réalistes et des dialogues bien doublés.

Le mode multijoueurs n’a pas été écarté et vous retrouverez un mode multijoueurs en local jusqu’à  8 joueurs mais aussi un mode en ligne jusqu’à  8 aussi, et si vous avez le micro, vous risquez de vous amuser un bon moment. Les modes de jeux sont assez classiques et les maps peu nombreuses, dommage.

Graphismes : Le moteur vous propose des graphismes quasi parfait pour une PSP, cette dernière vous montre vraiment de quoi elle est capable et c’est un vrai plaisir.

Animation : Une animation sans faille, avec quelques chutes de framerate mais vite ignorées.

Jouabilité : Viser avec les boutons n’est pas des plus aisée et il faudra vous habituer avant de profiter pleinement du jeu.

Durée de vie : Le jeu n’est pas spécialement difficile pour les joueurs aguerris mais cela vous tiendra quand même une bonne dizaine d’heure avant de passer au mode multijoueurs qui est des plus sympathiques.

Son : L’ambiance sonore est parfaitement maà®trisée et contribue énormément à  l’ambiance générale.

Conclusion : Que dire à  part que Sony a réussi à  ressuciter une série en déclin, on s’amuse, c’est l’essentiel. Maintenant, il faut le même mais avec plus d’infiltration et essayer de trouver une jouabilité plus instinctive. Pour le reste, c’est du tout bon. Si tous les jeux PSP proposaient cette qualité, cela aurait été beauuuuuu.

Note : 8/10

La série des Syphon Filter remonte à  la Playstation et le jeu fut qualifié de Metal Gear Solid mais en plus bourrin. Autant les épisodes sur PSOne le rendre inoubliable, autant son passage sur PS2 marquera la chute de la série, si bien qu’on en attendait pas grand chose de cet épisode sur PSP. Simple portage du dernier épisode, remake d’un épisode précédent ? Et bien non, c’est un nouveau jeu et je peux vous l’assurer de suite, c’est un grand cru, le retour d’un hit en puissance. Et ce n’est pas un mal pour la Sony PSP en perte de vitesse et de jeux par rapport à  sa concurrente directe, la Nintendo DS.

Pour l’histoire, et contexte oblige, les terroristes menacent la paix dans le monde et vous incarnez Gabe Logan, au service des Nations Unis. Evidemment, alors que tout vous destinait à  effectuer une simple mission de routine, tout va s’accélérer et vous allez vous retrouver à  sauver le monde. Oui, c’est un scénario ultra-classique avec un personnage principal des plus classiques, vous savez, le genre ténébreux qui se sacrifie pour notre paix. Avec de plus deux personnes de la gente féminine pour nous épauler, la brune pour vraiment nous épauler et la blonde qui se fait tout le temps enlevée mais alors tout le temps. Bref du classique !

Sinon, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Dark Mirror est un subtil mélange d’infiltration et d’action, votre personnage est vu à  la troisième personne et comme pour ce genre de jeu, vous avez accès aux armes les plus poussées. En parlant d’armes, l’arsenal auquel vous avez accès est tout simplement impressionnant pour un jeu portable. Cela va de l’arme de poing au fusil sniper en passant les mitraillettes, taser et autres. Au niveau des modes de jeux, vous aurez le multijoueurs et le mode histoire qui vous permettra de débloquer les missions afin d’y rejouer si nécessaire pour tenter une nouvelle approche ou débloquer de nouveaux contenus.

Au niveau des commandes, le stick analogique droit vous servira à  vous déplacer et à  straffer, le pad à  accéder au menu des armes, de l’inventaire, etc …, les quatres touches vous serviront à  viser et le bouton R pour tirer, oui, ce n’est pas très instinctif et il faudra s’y habituer mais à  la longue à§a vient et on s’y fait. Par contre, quand on se fait surprendre, c’est clair que ce n’est pas la configuration la plus précise ! Heureusement d’ailleurs que vous pouvez avoir la visée automatique pour simplifier un peu les choses !

Graphiquement, la PSP vous montre de quoi elle est capable et c’est vraiment très appréciable, c’est fin, les textures détaillées et variées, la modélisation plus que réussie avec pour compléter le tout des effets de lumières digne de ce qu’on a sur console de salon. Pour la distance de vision, rien à  signaler, c’est propre, il suffit de voir ce que From Software a fait avec Tenchu : Time of the Assassins pour voir le travail colossal de Sony sur son jeu. Et le son n’est pas en reste avec des musiques qui collent parfaitement à  l’action, des sons très réalistes et des dialogues bien doublés.

Le mode multijoueurs n’a pas été écarté et vous retrouverez un mode multijoueurs en local jusqu’à  8 joueurs mais aussi un mode en ligne jusqu’à  8 aussi, et si vous avez le micro, vous risquez de vous amuser un bon moment. Les modes de jeux sont assez classiques et les maps peu nombreuses, dommage.

Graphismes : Le moteur vous propose des graphismes quasi parfait pour une PSP, cette dernière vous montre vraiment de quoi elle est capable et c’est un vrai plaisir.

Animation : Une animation sans faille, avec quelques chutes de framerate mais vite ignorées.

Jouabilité : Viser avec les boutons n’est pas des plus aisée et il faudra vous habituer avant de profiter pleinement du jeu.

Durée de vie : Le jeu n’est pas spécialement difficile pour les joueurs aguerris mais cela vous tiendra quand même une bonne dizaine d’heure avant de passer au mode multijoueurs qui est des plus sympathiques.

Son : L’ambiance sonore est parfaitement maà®trisée et contribue énormément à  l’ambiance générale.

Conclusion : Que dire à  part que Sony a réussi à  ressuciter une série en déclin, on s’amuse, c’est l’essentiel. Maintenant, il faut le même mais avec plus d’infiltration et essayer de trouver une jouabilité plus instinctive. Pour le reste, c’est du tout bon. Si tous les jeux PSP proposaient cette qualité, cela aurait été beauuuuuu.

Note : 8/10