Test

Test : The Lapins Cretins 3D

Par Rédacteur Invité le

A force de “crétineries”, les Lapins d’Ubisoft ne finiraient-ils pas par lasser ? Déjà en proie à une baisse de qualité évidente de leurs productions ces derniers temps, ils osent tout de même venir hanter le line-up de la 3DS, pour nous offrir un jeu de plates-formes des plus classiques. Trop classique ? Qu’ils agacent […]

A force de “crétineries”, les Lapins d’Ubisoft ne finiraient-ils pas par lasser ? Déjà en proie à une baisse de qualité évidente de leurs productions ces derniers temps, ils osent tout de même venir hanter le line-up de la 3DS, pour nous offrir un jeu de plates-formes des plus classiques. Trop classique ?



Qu’ils agacent où qu’ils amusent, les Lapins Crétins d’Ubisoft, souvent qualifiés de responsables de la mise en pré-retraite de Rayman, ne laissent jamais de marbre. Pourtant, s’ils avaient réussi à nous offrir quelques aventures de bonne facture sur Wii, ils tendent ces derniers temps à être utilisés par leurs créateurs à toutes les sauces, et pas franchement des manières les plus probantes qui soient. Et cette fois, c’est au sein d’un jeu de plates-formes 2D qu’on les retrouve. Inutile de faire durer le suspense : le jeu ne tire ici que très peu parti de l’effet 3D de la 3DS, exception faite lors des cinématiques qui parsèment votre progression, et qui sont à chaque fois l’occasion de mettre en vue le degré on ne peut plus elevé de crétinerie des lapins. Pour autant, il serait stupide de lui en tenir rigueur, dans le sens où il arrive à offrir une aventure certes classique, mais relativement efficace. Et même si les habitués de la plate-forme 2D n’auront aucun mal à en voir le bout, d’une manière générale, on prend plaisir à diriger ces lapins idiots au long des nombreux niveaux dont est parsemé le soft (une cinquantaine, à la louche). Balayant diverses époques, il est épaulé par un gameplay bien pensé, puisqu’assez réactif. Rien à voir avec un Sonic par exemple, mais le fait de pouvoir glisser, s’accrocher à certaines branches ou encore de bondir pour atteindre des “sommets” donne un pep’s indéniable à la recette. Mais si le tableau dépeint ici pourrait semble flatteur, c’était sans compter sur le manque de challenge général du soft, qui tend à installer au bout de quelques heures de jeu une certaine monotonie dérangeante. Dès lors, on se voit enchainer les niveaux, sans trop de motivation, mais en conservant tout de même une petite dose de curiosité, piqué par la possibilité d’avoir droit à quelques bonnes surprises. Ainsi, si The Lapins Cretins 3D arrive à s’en sortir convenablement et à permettre aux aficionados du genre de la plate-forme 2D de passer un bon moment, il accuse tout de même un léger manque d’ambition général, qui nous empêche ici de croire que les développeurs ont donné leur maximum. Regrettable…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une recette déjà jouée, mais efficace
Quelques scenettes amusantes

Les –
Un manque de challenge évident
Un peu trop sage pour un jeu estampillé Crétin…

A force de “crétineries”, les Lapins d’Ubisoft ne finiraient-ils pas par lasser ? Déjà en proie à une baisse de qualité évidente de leurs productions ces derniers temps, ils osent tout de même venir hanter le line-up de la 3DS, pour nous offrir un jeu de plates-formes des plus classiques. Trop classique ?



Qu’ils agacent où qu’ils amusent, les Lapins Crétins d’Ubisoft, souvent qualifiés de responsables de la mise en pré-retraite de Rayman, ne laissent jamais de marbre. Pourtant, s’ils avaient réussi à nous offrir quelques aventures de bonne facture sur Wii, ils tendent ces derniers temps à être utilisés par leurs créateurs à toutes les sauces, et pas franchement des manières les plus probantes qui soient. Et cette fois, c’est au sein d’un jeu de plates-formes 2D qu’on les retrouve. Inutile de faire durer le suspense : le jeu ne tire ici que très peu parti de l’effet 3D de la 3DS, exception faite lors des cinématiques qui parsèment votre progression, et qui sont à chaque fois l’occasion de mettre en vue le degré on ne peut plus elevé de crétinerie des lapins. Pour autant, il serait stupide de lui en tenir rigueur, dans le sens où il arrive à offrir une aventure certes classique, mais relativement efficace. Et même si les habitués de la plate-forme 2D n’auront aucun mal à en voir le bout, d’une manière générale, on prend plaisir à diriger ces lapins idiots au long des nombreux niveaux dont est parsemé le soft (une cinquantaine, à la louche). Balayant diverses époques, il est épaulé par un gameplay bien pensé, puisqu’assez réactif. Rien à voir avec un Sonic par exemple, mais le fait de pouvoir glisser, s’accrocher à certaines branches ou encore de bondir pour atteindre des “sommets” donne un pep’s indéniable à la recette. Mais si le tableau dépeint ici pourrait semble flatteur, c’était sans compter sur le manque de challenge général du soft, qui tend à installer au bout de quelques heures de jeu une certaine monotonie dérangeante. Dès lors, on se voit enchainer les niveaux, sans trop de motivation, mais en conservant tout de même une petite dose de curiosité, piqué par la possibilité d’avoir droit à quelques bonnes surprises. Ainsi, si The Lapins Cretins 3D arrive à s’en sortir convenablement et à permettre aux aficionados du genre de la plate-forme 2D de passer un bon moment, il accuse tout de même un léger manque d’ambition général, qui nous empêche ici de croire que les développeurs ont donné leur maximum. Regrettable…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Une recette déjà jouée, mais efficace
Quelques scenettes amusantes

Les –
Un manque de challenge évident
Un peu trop sage pour un jeu estampillé Crétin…