Nous le savons tous désormais : le jeu-vidéo a gagné sa partie. C’est l’industrie culturelle la plus importante au monde en terme de chiffre d’affaires. C’est une culture toujours pointue, mais également grand public. C’est un art qui ne plus être ignoré par les 7 autres.

cwe-jv

Mais le Jeu Vidéo souffre toujours d’un manque chronique d’image, malgré son succès. Et les antis ne manquent pas. Combien de fois ai-je dû batailler pour défendre ma passion face à des gens plus apeurés que cultivés ?


Je joue depuis les années 80 et depuis les années 80, je dois expliquer à mes parents, des proches, des amis pourquoi je suis fan de jeux-vidéo et pourquoi cela n’est pas grave. Il y a 12 ans, lorsque j’ai décidé de devenir journaliste spécialisé en jeux vidéo, ma mère médecin et mon père fonctionnaire ont eu la délicatesse de me cacher le gros de leur chagrin de parents ambitieux pour leur progéniture.

Aujourd’hui encore donc, il existe plein d’idées reçues sur le jeu-vidéo et plein de personnes pour les défendre. Vous et moi savons que souvent, ces arguments sont faux, déformés, de mauvaise foi. Nous savons tous que nous avons raison, mais là n’est pas le problème. Dans un débat, il ne faut pas tant avoir raison que de convaincre votre audience que vous avez raison.

La chronique de cette semaine est donc un guide de Défense du Jeu Vidéo face à un anti-Gaming de base, en milieu social (donc avec une audience ouverte aux arguments). Vous le verrez, la rhétorique est un art mêlant autant raison que filouterie, mais votre adversaire mérite-t-il mieux ? Non. Allez, level 1 de mon guide d’autodéfense du jeu vidéo en milieu social, qui se déroulera comme suit.$ :

- Concept :
- Mise en pratique :

…………………………

1. METTEZ-LES FACE A LEUR MANQUE TOTAL DE CONNAISSANCE DU JV

Ne l’oubliez jamais, les opposants les plus férus au jeu-vidéo sont souvent ceux qui y jouent le moins, voire n’y ont jamais joué. Ayant bâti leur argumentation sur les reportages alarmistes d’Envoyé Spécial, ces derniers sont des cibles faciles à décrédibiliser et donc, à détruire.

- Mise en pratique :

« Nan mais de toute façon, les jeux-vidéo c’est abrutissant et violent… »

« Ah oui ? Sûrement, mais donne-moi des titres de jeux qui t’ont amené à cette conclusion ? »

« Bah euh, j’ai vu euh… Ce GTA à la télé là, un scandale ! »

« Mais, tu y as réellement joué ? Tu sais de quoi ça parle ? »

« Non, mais d’abord, je n’ai pas besoin de jouer à un jeu pour savoir que c’est mauvais, voilà ! »

« Donc, tu juges quelque chose que tu ne connais pas, c’est super, ça. Je te juge, moi, alors que je ne suis pas con ? »

Et bim. Next.

…………………………

2. SORTEZ DES ETUDES. VOS ETUDES.

Les politique et les marketeux vous le diront en choeur : ce qui est génial avec une étude, c’est qu’on lui fait dire ce que l’on veut. Dans le débat autour du jeu-vidéo, il existe donc des études commandées pour en démontrer les méfaits, mais également des études pour montrer ses bienfaits. Et ça, vos adversaires, aveuglés par leur suffisance, l’oublient un peu trop souvent. Et c’était la fois de trop.

- Mise en pratique :

« Toutes les études le disent, les jeux vidéo sont mauvais pour la santé ! »

« Alors pourquoi l’Université d’Oxford utilise désormais certains jeux pour déterminer la capacité à prendre des décisions, à commander ? Que le CNRS prouve que les meilleurs joueurs possèdent une coordination cerveau / mouvement au-dessus de la moyenne ? Que nos mains et surtout nos pouces sont en train de changer et d’améliorer leur agilité, car aux manettes de jeu ? »

« … »

Un bémol : l’utilisation des études demande un poil de préparation, car on vous demandera des chiffres ou vos sources.

…………………………

3. CONCÉDEZ LE POINT

L’un des points essentiels de la rhétorique, c’est d’être bon perdant. Enfin, de le faire croire. Céder sur certains points et être d’accord avec l’argument de l’adversaire, c’est montrer à votre audience que vous êtes une personne de bonne foi, ce qui est totalement faux. Mais avec cette technique, vous devenez intouchable sur votre intégrité. Et votre adversaire lui-même se retrouve désarçonné de gagner, alors qu’il était en posture de combat.
Et là, si vous êtes fort, vous pourrez même retourner votre défaite en votre faveur…

- Mise en pratique :

« Nan, mais tu ne m’enlèveras pas que quand je te regarde jouer, tu es complètement dedans et coupé du reste du monde ! »

« Oui, tout à fait. »

« Ah euh… Bah tu vois ! »

« J’approuve. Le jeu vidéo est un média extrêmement immersif, puisque l’on est actif durant sa consommation. Normal de se couper du rester pour vivre à fond le trip. Un peu comme quand tu te refais un marathon Lord Of The Ring, tu vois ce que je veux dire ? »

« Ouais… Ouais »

Poom, counter attack.

…………………………

4. COMBATTEZ LA MAUVAISE FOI PAR LA MAUVAISE FOI
Non seulement les gens qui critiquent bêtement le jeu-vidéo sont de mauvaise foi, mais le fondement même de la rhétorique est d’en abuser. Il suffit juste de faire croire que c’est l’autre qui a commencé.

- Mise en pratique :

« Et puis de toute façon, vous avez vu le drame de Columbine, les meurtriers on a retrouvé le jeu Doom dans leur chambre ! »

« Oui, et du coup, on devrait interdire le jeu, hein ! »

« Complètement. Ces oeuvres ont du sang sur les mains »

« Oui. D’ailleurs, on devrait aller plus loin. Et si on parlait de ces guerres et de ces meurtres, tout commis au nom d’une Bible ? »

« Rho, t’es de mauvaise foi ! »

« Je suis heureux que tu t’en rendes compte par toi-même »

Et hop, le tour est joué, vous êtes le filou et l’autre, le con. Ici, inutile de vous embourber à expliquer que ces jeunes n’avaient pas que Doom dans leurs influences, ce serait une déperdition d’énergie. Taclez direct par-derrière.

…………………………

5. L’HISTOIRE SE RÉPÈTE, ELLE EST DONC VOTRE ALLIÉE 

Souvent, les anti-jeu vidéo, quand ils sont plus vieux que vous, se posent en sages de la culture, à donner des leçons à tout le monde. Prenez à leur propre jeu.

- Mise en pratique :

« Nan, mais regardez la jeunesse d’aujourd’hui, complètement abrutie par ces mondes virtuels… Nos jeunes sont en danger avec ces influences néfastes ! »

« Ouais, comme la musique, quoi. »

« Comment ça, c’est incomparable, la musique, c’est un art noble, social, important ! »

« C’est bizarre, parce que je me souviens bien de ces unes de magazines dans les années 90 sur la musique électronique, ce boom boom pour drogués. Et le rap dans les années 80, c’est un chant de guerre pour gangster destiné à brûler les flics, non ? »

« Nan mais attends, ce n’est pas si simple… »

« Ah qui sont tes artistes préférés déjà ? Les Rolling Stones et Elvis ? Mais attends, tu veux qu’on retrouve les archives de journaux qui expliquaient pourquoi le Rock était la musique du Diable, hum ? Attends, laisse-moi Googler tout ça et… »

« Allez c’est bon pff, laisse tomber. »

N’oubliez jamais les cocos : la peur de l’inconnue est une constante. C’est nouveau, les gens en ont peur. Daft Punk c’était de la fausse musique pour soirée illégale en 97, c’est la Légion d’honneur en 2010.

…………………………

6. FAITES PREUVE D’HUMOUR

Le meilleur moyen de casser le moral de votre adversaire, c’est de faire preuve d’humour. Non seulement ça le tourne en bourrique, mais en plus, cela vous met l’audience dans la poche. Et ça, pour l’autre, c’est insupportable !

- Mise en pratique :

« Le jeu-vidéo j’en suis sûr, ça rend psychopathe tôt ou tard »

« MAIS CLAIIIIIIR ARRRRRRRRRR »

Que vous hurlez en vous collant à lui avec un air de pervers. Avant de reprendre tout naturellement votre contenance, devant un adversaire décontenancé et un public hilare. Une blague vaut bien mille mots.

…………………………

7. METTEZ LES PARENTS DEVANT LEURS POINTS FAIBLES

Votre adversaire se posera également souvent en représentant de la bonne morale face à la perversion vidéo-ludique. Ah ouais ?

- Mise en pratique :

« Nan mais quand je vois mes enfants jouer à Gran Theft Auto, c’est une honte ! Je devrais leur interdire ! »

« Exactement, et la honte, c’est que tes enfants y aient accès à ce jeu. Tu sais lire une signalisation sur un produit culturel ? Tu le vois, le « Interdit au moins de 18 ans » sur une affiche de film ? Et bah il y a la même pour les jeux vidéo. »

« Mais comment je peux savoir, c’est qu’un jeu vidéo ! »

« Et alors, tu achètes des magazines pornos à tes gamins ? Tu les laisses regarder Hostel ? Pourquoi tu serais vigilant pour certains trucs et pas d’autres ? GTA est un jeu fait pour les adultes et ouvertement déclaré comme tel. Si tu ne le comprends pas, si tu ne le vérifies pas, alors je te le dis : tu es un mauvais parent. »

Et hop, adversaire gêné, points pour vous marqués.

…………………………

8. ÉTONNEZ VOTRE AUDIENCE

Souvent lors d’un débat, on perd beaucoup d’énergie à défendre. Et vous êtes en position de défenseur. Il peut être salvateur de dévier le débat pour que vous puissiez respirer. Emmenez votre adversaire et votre public hors du ring, même le temps d’un argument.

- Mise en pratique :

« Et vous savez qu’il y existe même des cliniques contre l’addiction au jeu vidéo ? »

« Oui, comme contre l’alcool, le pari, les anti depresseurs… Mais cela me fait penser à cette histoire assez incroyable. Vous connaissez Michael Stora ? C’est le fameux psychiatre pour enfants. Il y a cet article où il explique comment il soigne des enfants en utilisant les Sims ou Ico, c’est vraiment dingue… »

Et vous passez en mode Pierre Bellemare, et les gens sont tout ouïe et votre adversaire s’est endormi.

…………………………

JackThompsonAceAttorney

Défendre le jeu-vidéo ? Fingerz dans le nez, dans l’absolu. Nous savons tous ce que nous devons savoir sur le jeu vidéo, sans devoir se justifier entre nous. Le vrai problème, c’est de le faire savoir aux autres. Efficacement, de manière naturelle.

Avoir raison est une condition essentielle, mais pas suffisante. Vous voici maintenant avec quelques munitions pour enfin ruiner vos adversaires de mauvaise foi…

Et c’est parfois un jeu encore plus marrant que le jeu vidéo lui-même.

…………………………

“Les Chroniques du Week End sont des réflexions de Lâm Hua sur la culture et l’industrie geek. Elles engagent les opinions de leur auteur et pas nécessairement celles de l’ensemble de la rédaction du JDG.”