Suite à la publication de son histoire sur son blog, Steve Mann a fait beaucoup parler de lui. Cet homme s’est fait agresser et a été mis à la porte du McDonald’s des Champs-Elysées, par les employés du service de restauration rapide, parce qu’il portait des lunettes digitales.

De nombreux blogs et journaux ont relayé la publication et de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux se sont manifestées sur la page McDonald’s. Certains clamaient au scandale, d’autres plus sceptiques, remettaient en question l’histoire de cet homme. Quoi qu’il en soit, cela a fait réagir McDonald’s France, qui s’explique immédiatement sur les réseaux sociaux :

Nous avons été informés (…) d’une réclamation concernant un consommateur canadien qui déclare (…). Comme toute réclamation de consommateurs, celle-ci fait l’objet d’une enquête interne approfondie pour faire toute la lumière sur les faits.

Bien sûr, si les faits tendaient à impliquer un ou plusieurs membres du personnel de l’établissement, nous prendrons les mesures adaptées. Pour l’heure, nous en appelons à la patience afin de permettre la collecte d’informations sur un événement qui se serait produit il y a plus de deux semaines.

Une maigre explication, qui fait la déception de nombreuses personnes, qui estiment que le groupe aurait pu traiter ça de manière plus « humaine ». Aujourd’hui, McDonald’s France publie un communiqué dans lequel il explique avoir interrogé les employés et le personnel en charge de la sécurité. Le personnel déclare ne pas avoir traité monsieur Mann avec agressivité.

[...]Selon les employés, les échanges avec Monsieur Mann ont été emprunts de respect et de politesse.

McDonald’s réaffirme avec force son attachement à un principe de droit fondamental du code civil qui impose à toute entreprise de protéger le droit à l’image de ses salariés et de ses consommateurs. Les personnels en charge de la sécurité déclarent avoir seulement recherché l’application de cette consigne aux intérêts bien compris de tous.

McDonald’s France souligne qu’aucune déclaration relative à une agression physique à l’encontre de Monsieur Mann n’a été relevée dans les témoignages des personnes auditionnées.
Etant donné l’extrême gravité des faits reprochés à ses employés, l’enquête continue et l’ensemble des témoignages des personnels du restaurant sera pris en considération.

Au regard de l’émotion que cette affaire a suscitée, McDonald’s en appelle à la responsabilité de chacun et invite l’ensemble des observateurs à ne pas tirer des conclusions hâtives avant que tous les faits ne soient collectés. Si des éléments nouveaux venaient à être versés au dossier, McDonald’s France s’engage à agir à la hauteur de sa responsabilité.

Enfin, McDonald’s France rappelle avec vigueur que le contrat de confiance qui unit l’enseigne à ses 1.7 million de consommateurs quotidiens dans l’Hexagone repose sur des valeurs d’accueil, de service et de respect mutuel.

Mc Donalds