Hier après-midi, Julian Assange, le fondateur de Wikileaks réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres, a fait sa première apparition publique depuis qu’il réside dans le bâtiment. Perché sur un balcon, Assange a fait un discours, dans lequel il a interpellé le gouvernement américain, lui demandant de cesser cette « chasse aux sorcières » dont il était victime.

CR: Carl Court/ AFP

Wikileaks est menacé, tout comme la liberté d’expression et la bonne santé de nos sociétés. Nous devons agir, et ce avant le gouvernement américain. Les choses doivent changer. J’ai demandé au président Obama de faire le bon choix. Les États-Unis doivent renoncer à cette chasse aux sorcières contre Wikileaks. Les États-Unis doivent mettre un terme à l’enquête du FBI.

Julian Assange ne s’est pas contenté de remercier la foule d’être venue, et de demander aux États-Unis de renoncer. Il a également demandé la libération de Bradley Manning, soldat américain ayant transmis des informations à Wikileaks, et enfermé pour cela depuis plus de deux ans sans procès :

Bradley Manning doit être libéré. Et si Bradley Manning a fait ce pour quoi il est accusé, c’est un héros et un exemple pour nous et un des premiers prisonniers politiques du monde. Bradley Manning a passé son 815e jour de détention sans avoir eu aucun procès. Le délai maximum est de 120 jours.

Julian Assange est apparu sur un balcon près du sol, à quelques mètres des policiers censés l’interpeller. Coincé dans ce petit territoire Équatorien en plein coeur de Londres, Assange ne peut pas sortir sous peine d’être arrêté. Il ne peut même pas se rendre dans les parties communes de l’immeuble, dont l’ambassade n’occupe qu’une petite partie. S’il met un pied dehors, Julian Assange sera arrêté et extradé vers la Suède. Il n’ y a donc pas d’autre choix pour lui de rester cloîtré dans l’ambassade pour l’instant.

La Suède réclame l’extradition d’Assange pour viol et agression sexuelle. Julian Assange, lui, dénonce un coup monté qui n’a pour but qu’une extradition vers les États-Unis. Les États-Unis accusent Assange d’espionnage, délit passible de la peine de mort, et c’est donc pour cette raison que l’Équateur lui a donné sa protection politique.

Vous pouvez retrouver la retranscription (en anglais) du discours de Julian Assange sur de site de The Independant.