Souvenez-vous, il y a quelques semaines, nous vous rapportions que d’éventuelles pyramides auraient été découvertes grâce à Google Earth. Trois collines avaient en effet été repérées par Angela Micol, archéologue américaine, et elles laissaient présager d’importantes constructions enfouies. Le site était plus grand que celui de Gizeh, qui reste le plus emblématique, et le web s’était donc affolé.

Malheureusement, la découverte n’en est finalement pas une. Le site a en effet déjà été étudié par des archéologues, et bien qu’il pourrait contenir des constructions, pas l’ombre d’une pyramide à l’horizon. C’est Paola Davoli, égyptologue italienne, qui confie la nouvelle à NBCNews, en mettant les choses au clair sur l’éventuel site archéologique :

Les sites dévoilés par Google Earth sont bien connus depuis 1925, quand ils ont été étudiés par [les archéologues anglais] G. Caton-Thompson et Elinor Wight Garder. Ce sont des monticules naturels surmontés par une construction pour la plus grande, et par des puits pour les autres. C’est certain, ce ne sont pas des pyramides, mais la date et la fonction des constructions restent encore inconnues. Nous n’avons pas encore fouillé le site, mais il fera l’objet d’une future étude dans le cade du Soknopaiou Nesos Project.

Le mystère plane donc toujours sur ce site, mais une chose est sûre, il n’abrite pas de pyramides…