Gigabyte vient de sortir son nouvel Ultrabook : le Gigabyte X11. Sa particularité ? Être l’Utrabook le plus léger du marché. Mais ce poids plume a-t-il d’autres atouts à faire valoir pour y investir la coquette somme de 1090 euros minimum ?

Design

Un Ultrabook est fait pour être transporté partout, et doit pour cela avoir un design élégant pour que vous n’ayez pas honte de le sortir dans un café ou au travail. Sur ce point, le X11 réussit sur tous les points. Exit l’aluminium ou le plastique, omniprésent sur les ultrabooks, le X11 étant habillé d’une robe de fibre de carbone noire. Le choix de cette matière n’est pas anodin, puisqu’il permet un poids de 975 grammes. Même si le niveau de finition n’est pas aussi parfait que sur un Asus Zenbook, le Gigabyte X11 se défend, et s’avère plutôt joli. Notons le léger dégradé de noir sur le capot de l’écran, pour un effet des plus réussi.

En ouvrant la machine, les choses se gâtent. La fibre de carbone n’est en effet plus de mise sur le clavier, qui est ici remplacé par du plastique. Dommage. De même pour les touches assez « cheap », ce qui vient gâcher un peu l’ensemble. Mais la couleur noire omniprésente de l’Ultrabook redore le blason.

Au final, le Gigabyte X11 se démarque de la concurrence avec sa fibre de carbone. Pas exceptionnel, le design se défend tout de même, dommage qu’il fasse preuve d’un tel classicisme (Macbook Air, Zenbook…).

Performances

Passons maintenant au côté purement technique de la bête. Commençons avec l’écran LED backlight non tactile, qui dispose d’une taille de 11,6 pouces et adopte une définition de 1366X768. Nous sommes loin des 1920X1080 des Ultrabooks haut de gamme, mais une telle définition suffit pour l’usage que l’on en fait. À l’intérieur, nous trouvons au choix un processeur Intel Core i7-3517U (1,9-3.0GHz ou Intel Core i5-3317U (1.7-2.6Ghz). Avec cela, nous avons 4Go de mémoire en DDR3, 128Go de stockage en SSD et un chipset graphique Intel HD Graphics 4000. Le tout est livré avec Windows 7, mais Gigabyte offre gratuitement la migration vers Windows 8.

On retrouve également deux haut-parleurs 1 Watt avec microphone intégré, le Bluetooth 4.0, une webcam de 1,3 Mégapixels, un WLAN 802.11b/g/n Wifi et une batterie Li-Polymère 4730mAh. Pour la connectique nous trouvons un port USB 3.0, un port USB 2.0, une prise jack 3,5mm, un port mini display (le pc est fourni avec un câble mini display/HDMI), et un slot Micro SD. Tout cela est enfermé dans un ultrabook de 975 grammes, le plus léger du marché -comme je vous le disais-, de 16,5 mm d’épaisseur fermé, de 297 mm de large et de 192 mm de longueur. Des dimensions réduites à saluer.

Avec de telles performances au niveau du CPU Ivry Bridge et du chipset graphique, le Gigabyte X11 est clairement orienté travail bureautique ou montage vidéo occasionnel. Oubliez donc le jeu sur un tel PC. Nous avons tout de même voulu tester, et sachez que si certains mastodontes comme Crysis 2 ou Battlefield 3 n’y ont pas leur place, d’autres softs moins gourmands comme World of Warcraft ou Endless Space, tournent impeccablement en « high », pour peu que vous atténuiez quelques effets. Mais outre cela, les performances sont optimales, et le multitâche est géré impeccablement, un très bon point.

Faisons également un point sur l’écran. De type brillant, celui-ci est assez performant en intérieur, malgré des couleurs assez ternes. Mais oubliez utiliser le Gigabyte en extérieur, ce type d’écran étant difficilement lisible au soleil. Sans surprise, la visibilité est quasi-nulle dans un parc ou sur la terrasse d’un bar. Un mauvais point commun à énormément d’Ultrabooks et portables.

Prise en main

Le Gigabyte X11 est doté d’un clavier chiclet et d’un trackpad cliquable. Ce dernier est l’un des points faibles de l’appareil. Très large, il est réalisé en plastique doux, pour vous donner une impression de toucher du verre. Pour peu que vous ayez de grosses mains, vous appuierez souvent sur le trackpad par mégarde avec vos pouces, réalisant ainsi des actions non voulues. Cerise sur le gâteau, les différentes fonctionnalités telles que le pinch to zoom ou le scrolling à deux doigts sont assez hasardeuses, et vous grognerez souvent sur une mauvaise manipulation. Un trackpad assez imprécis, donc, qui aurait pu être mieux travaillé. Il est tout de même dommage de prendre un port USB pour utiliser une souris externe… Il est également dommage que le Gigabyte ne propose pas d’écran tactile. Le PC est certes livré sous Windows 7, mais la migration vers Windows 8 étant offerte, ne pas pouvoir utiliser ses doigts pour naviguer dans l’interface Modern UI est regrettable.

Le clavier, lui, est assez réussi. La frappe s’avère presque mécanique, les touches résistant bien sous les doigts. Une fois le trackpad désactivé, vous écrirez sans aucun souci, et vous prendrez même du plaisir à noircir des pages. Seul bémol, la discrétion de la touche Enter, qui, comme la touche Maj droite, est toute en longueur. Vous confondrez d’ailleurs souvent les deux touches dans le feu de l’action, vous obligeant à retourner sur le trackpad pour revenir là où vous étiez.

Enfin, un petit mot sur la détection de luminosité de l’écran. Celle-ci semble également assez hasardeuse, recalibrant la luminosité automatiquement assez souvent. Il vous faudra donc ajuster manuellement la luminosité, pour éviter ces recalibrages agaçants et intensifs.

Autonomie

Côté autonomie, le Gigabyte se défend. Disposant d’une batterie de 4730mAh, il tiendra jusqu’à 10 heures en utilisation limitée. Une bonne chose pour un ami qui vous suivra partout, surtout là où vous n’aurez pas forcément de prise pour l’alimenter. Avec une utilisation intensive, c’est-à-dire avec une luminosité au maximum et une utilisation de logiciel gourmand, le Gigabyte ne se laisse pas faire, affichant une autonomie de 3h30. Une batterie efficace, donc, qui est un véritable atout pour ce genre d’appareil.

Conclusion

Le Gigabyte X11 promet beaucoup. Beau, performant, tenant la batterie, agréable à manipuler, il dispose de sérieux atouts pour séduire les acheteurs. Mais ce tableau n’est pas tout rose, quelques points noirs comme le trackpad et l’écran assez terne viennent gâcher le tableau. Un Ultrabook plutôt réussi donc, et qui pourrait se hisser dans le top 10 des meilleurs produits de sa catégorie.

Points négatifs :
Trackpad
Écran non tactile (pour Windows 8) et terne
Pas de résolution au-delà de 1366×768

Points positifs :
Clavier agréable
Performances
Poids