La publicité en ligne, cauchemar des uns, nécessité des d’autres. Pour Google c’est surtout du temps et de l’argent perdu. La firme vient d’admettre que les annonceurs gaspillent leur argent sur plus de la moitié des publicités sur Internet, la majorité n’étant jamais vues.

google_publicités_visibilité

Alors que Adblock Plus et autres « Adblockers » se retrouvent attaqués en justice par les éditeurs allemands et désormais par les éditeurs français, soulignant le manque à gagner subit mais surtout « l’extorsion de fonds » dont ils sont victimes, Adblock se rémunérant en leur proposant de les retirer de sa black list moyennant finances, Google vient donner un coup de pied dans la fourmilière : les publicités en ligne ne servent majoritairement à rien, car elles ne sont pas vues.

Coup dur pour les annonceurs, alors que la publicité en ligne représente 20% des dépenses totales de l’industrie de la publicité, le retour sur investissements est difficilement mesurable.

« En réalité, selon une étude récente d’Active View de Google, nous avons constaté que 56,1% de toutes les annonces n’ont pas été mesurées comme visibles », rapporte Doubleclick Advertisers, filiale de Google.

Pour la firme de Mountain View, une publicité est visible « lorsque 50% des pixels d’une annonce sont visible sur l’écran pour un minimum d’une seconde » selon la définition du Media Rating Council.

Pourtant, comme le précise Double click « la visibilité moyenne d’un éditeur est de 50,2%. Cela signifie qu’un petit nombre d’éditeurs est à l’origine de la majorité des impressions non visibles et tirent vers le bas la visibilité moyenne des impressions de près de 6% ».

L’enjeu pour les annonceurs sera donc de comprendre comment et pourquoi une annonce est plus visible et lisible qu’une autre.

En revanche Google et Facebook se sucrent allègrement puisque les annonces représentent plus de 90% de leur chiffre d’affaires selon Quartz. Et ça ne s’arrête pas là, Google n’est pas à une innovation près : la firme teste actuellement une plateforme de financement participatif, Google Contributor. Ce système permet aux internautes de surfer sur le web sans aucune publicités lorsque ceux-ci se sont acquittés du paiement d’un abonnement mensuel. Google s’engage ensuite à reverser cette contribution aux éditeurs partenaires qui s’engagent, en contrepartie, à ne pas diffuser de publicités aux internautes ayant versés leur obole.

À tous les coups, Google gagne !

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction