Au forum économique mondial de Davos, le boss de Google a fait cette déclaration surprenante, « Internet est voué à disparaître ». Explications.

eric-schmidt-internet-va-disparaitre

Surprenante déclaration venant du boss de Google qui domine le monde des Internet à plus d’un titre… et encore plus devant un parterre rassemblant tout ce qui se fait en géants du web et décideurs mondiaux.
Bien évidemment, Eric Schmidt ne prophétise pas un futur qui verrait la fin pure et simple de l’outil Internet, plutôt son omniprésence qui le rendrait invisible, devenant presque omniscient.

« Il y aura tellement d’adresses IP, tellement d’appareils connectés, de capteurs et d’objets avec lesquels vous interagirez que vous ne vous rendrez même plus compte de la ‘présence’ d’Internet : il sera tout autour de vous », a-t-il expliqué.

Il illustre ainsi ses pensées : « Imaginez, vous entrerez dans une pièce qui sera interactive. Et avec votre autorisation et tous ces trucs (sic), vous pourrez interagir avec tout ce qui se trouve dans cette pièce. »

Un monde qu’il voit « hautement personnalisé, hautement interactif et très intéressant ». Il prédit que les grands maux de la terre seront bientôt résolus grâce à Internet. Des propos à mettre en parallèle avec ceux d’un groupe de professeur d’Harvard également présents à Davos et que nous rapportions récemment. Parmi eux, Margo Seltzer, pour qui « La sphère privée telle que nous la connaissions ne peut plus exister, la façon dont nous envisagions avant la sphère privée, c’est fini », ajoutant que « Nous vivons déjà dans un état de surveillance », avec des violations de la vie privée qui se feront de manière « de plus en plus pernicieuse ».

Crédits : AP

Crédits : AP

Mais les deux se retrouvent sur les « bienfaits » de la technologie, la professeur de science informatique à l’université d’Harvard estime que « Grosso modo, la technologie a fait plus de bien que de mal » et qu’elle pourrait faire beaucoup de bien là où l’homme a montré ses limites : « De la même façon que nous pouvons envoyer de petits drones pour espionner les gens, nous pouvons envoyer les mêmes appareils dans les régions touchées par Ebola et supprimer les germes » .

Il est intéressant de noter que tous s’accordent pour pointer du doigt les failles d’un monde régit par les nouvelles technologies, tout en les acceptant au nombre d’un enjeu suprême qui serait le bien de l’humanité : éradiquer des maladies voire les prédire grâce à notre profil ADN par exemple.

« Nous sommes à l’aube d’une ère de Maccarthysme génétique » averti Mme Seltzer

« La technologie est là, c’est à nous de décider comment nous en servir », c’est bien là toute la question.

Quoiqu’il en soit, Google semble encore bien loin de « disparaître ».

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction