[Surpriiiise] Torrentz cesse ses activités

Sur le web

Par Elodie le

À la surprise générale, le métamoteur de recherche de fichiers, Torrentz, cesse ses activités alors même qu’i ne semble poursuivi par aucune autorité.

Electric-Dreams

Les sites de torrent tombent comme des mouches, les uns après les autres. Après Kickass Torrent en juillet dernier et l’arrestation de son fondateur par les autorités américaines, c’est au tour de Torrentz, basé en Pologne, de tomber le rideau.

Hécatombe chez les sites de torrent

Sur le site, ce message accueille les visiteurs : « Torrentz était un métamoteur de recherche gratuit, rapide et puissant combinant les résultats de dizaines de moteurs de recherche ». En cliquant sur « dozens » (« dizaines » en français), les internautes peuvent découvrir cet ultime message d’adieu : « Torrentz vous aimera toujours. Adieu. »

torrentz

Dans la ligne de mire de l’industrie américaine du divertissement (MPAA – The Motion Pictures Association of America), Torrentz ne semblait souffrir d’aucune poursuite judiciaire. Malgré sa dénomination, le site n’hébergeait aucun fichier torrent sur ses serveurs et se contentait de servir de moteur de recherche, agrégeant les résultats de différents trackers torrent. La MPAA semble faire fi de ce genre de considération puisqu’elle s’est également attaquée à Butter, qui ne propose aucun lien vers des œuvres piratées.

Torrentz a-t-il préféré prévenir que guérir ?

Cette spécificité lui permettait de ne pas entrer dans la catégorie des sites illicites. Ce qui ne l’empêchait pas de subir les foudres de l’industrie musicale et cinématographique. La question se pose alors, pourquoi Torrentz tire sa révérence ? Le site a-t-il préféré prévenir que guérir ? Les administrateurs se refusent à tout commentaire.

Créé en 2003, avant l’apparition de The Pirate Bay, le site était l’un des plus anciens à rester encore en activité. En 2010, le site avait changé son nom de domaine .com en Torrentz.eu suite à sa saisie par le Département de la Sécurité intérieure US. Il restait bloqué dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni.