Les studios américains donnent 24h aux sites pirates pour fermer

culture geek

Par Elodie le

La guerre des ayants droit contre le téléchargement illégal s’intensifie. La MPAA (The Motion Pictures Association of America) a enjoint les principaux sites de piratage à mettre la clé sous la porte s’ils ne voulaient pas se confronter à des poursuites.

MPAA_ultimatum_sites_pirates_fermeture
MPAA_ultimatum_sites_pirates_fermeture

La fermeture ou les poursuites. C’est le choix qui aurait été donné à plusieurs sites de streaming et de torrent par la MPAA, représentant les six principaux studios américains (Paramount Pictures, Sony Pictures Entertainment, Twentieth Century Fox, Universal City Studios, Walt Disney Studios Motion Pictures et Warner Bros) : supprimer l’intégralité de leur contenu contrefait dans les 24 heures sous peine de poursuites non spécifiées.

Comme le précise TorrentFreak, c’est la branche européenne de la MPAA qui aurait effectué l’envoi de l’ultimatum par la voie de Jan van Voorn, vice-président monde à la protection du contenu et des opérations internet. Ainsi, diverses sources auraient informé le site spécialisé de la réception d’une notification, standard dans sa forme, mais menaçante sur le fond, avec rappel de la juridiction européenne en vigueur.

Site de torrent, de liens (streaming ou téléchargement) et hébergeur ont ainsi pris connaissance de la missive :

« Cette notification vous oblige à prendre toutes mesures efficaces pour mettre fin immédiatement (dans les 24 heures) aux atteintes au droit d’auteur et en prévenir d’autres. Toutes possibilités offertes par le site pour télécharger, streamer ou obtenir d’une autre manière l’accès à du contenu de divertissement doit être désactivées de façon permanente », exige l’avis.

En fin d’avis, Van Voorn montre également du doigt les affiches de film reprises sur les sites pirates sans permission des ayants droit.

mpaa1

Depuis quelques années, les ayants droit redoublent d’effort et de lobbying pour mettre la pression sur les sites de piratages et leurs responsables. IsoHunt, The Pirate Bay (bloqué dans plusieurs pays mais accessible via différents proxy ou VPN) ou encore Megaupload et son VRP de luxe et fondateur Kim Dotcom, ont eu à subir leur courroux. Avec plus ou moins de succès puisque pour un site fermé, plusieurs ersatz apparaissent.

Les récents Sonyleaks divulgués par Wikileaks apportent la preuve d’un intense lobbying des studios US (en l’occurrence Sony) auprès de la Maison-Blanche.
Quand son PDG, Michael Lynton, dîne avec Barack Obama, certains employés collectent des fonds pour le compte de Démocrates, à l’instar du gouverneur de New York, Andrew Cuomo.
En outre, Hollywood use également de son pouvoir pour peser dans la lutte contre le piratage en Australie ou dans l’affaire opposant les studios à Megaupload et Kim Dotcom. Affaire dans laquelle les États-Unis font preuve d’un engagement particulier et tenace.

Pour le moment, seul à un site mineur (micromkv.com) aurait accédé à la requête des studios précise TorrentFreak. Rien ne dit si ces derniers vont mettre leur menace à exécution après un certain temps écoulé.

Source: Source