Le sucre liquide aurait plus d’impact sur la santé que le sucre solide

Science

Par Felix Gouty le

Une étude menée par des chercheurs britanniques et chinois confirment que les boissons sucrées influent plus sur le métabolisme que le sucre solide.

Crédits : Blake Wisz / Unsplash.

N’allez pas croire qu’un verre de soda rafraîchissant n’est pas plus dangereux pour votre santé qu’une part de gâteau bien sucré : il l’est encore plus ! Le professeur John R. Speakman et ses collègues de l’université d’Aberdeen au Royaume-Uni et de l’Académie chinoise des sciences de Beijing l’affirment dans une étude publiée dans la revue Molecular Metabolism. « Nous cherchions à déterminer si l’impact calorique du sucre variait selon son mode d’ingestion, sous forme liquide ou solide, chez la souris », explique le chercheur britannique. Pendant deux mois, son équipe a administré une dose supplémentaire de sucre, en plus de leur régime habituel, à plusieurs groupes de souris de laboratoire.

Un premier en mangeait plus, un deuxième en buvait plus (de manière équivalente au premier) et un dernier restait alimenté correctement. Les chercheurs ont observé avec attention leurs variations d’indice de masse corporelle, de masse grasse mais aussi leur taux de tolérance au glucose et à l’insuline pour surveiller le développement possible de symptômes diabétiques. Conclusion : le deuxième groupe testé comptait des souris considérablement plus grosses et voraces que celles du premier, n’ayant bu que de l’eau, sans sucre ajouté. Par ailleurs, les souris du deuxième groupe étaient devenus beaucoup plus résistantes aux effets métaboliques régulateurs de l’insuline.

Remise à échelle humaine, « ces données confirment le rôle significatif des boissons sucrées dans le développement de l’obésité et de la résistance à l’insuline », souligne John Speakman. Un autre chercheur, le professeur Gunter Kuhnle, spécialiste de la nutrition à l’université britannique de Reading, signale néanmoins que la comparaison n’est pas aussi facile. Si les variations observées entre les formes de sucre ingérées se maintiennent, « l’eau sucrée administrée dans cette expérience comptait 50% de sucre, soit cinq fois plus que n’importe quel soda et deux fois plus qu’un milk-shake », remarque-t-il auprès de Medical News Today.