Quand David Cage égratigne la presse web Française

Par Rédacteur Invité le

David Cage est un homme entier. Et forcément, comme il l'a sans doute déjà vécu lors des sorties de The Nomad Soul et de Fahrenheit, il...

David Cage est un homme entier. Et forcément, comme il l’a sans doute déjà vécu lors des sorties de The Nomad Soul et de Fahrenheit, il a du faire face à des reviews pour Heavy Rain qui n’allaient pas entièrement dans son sens. Et n’hésite justement pas à monter au créneau, et a attaquer de front les médias ayant plus ou moins descendus sont bébé sur son blog, dans un article daté du 1er mars 2010 (oui, on était passés à côté) :

“La première review vient d’Angleterre en janvier un mois avant la fin de l’embargo, suite à un mystérieux malentendu côté anglais… Elle sort toute seule avant tout le monde et accorde un 9/10 au jeu. Je commence à recevoir d’autres notes et d’autres reviews toujours sous embargo, lesquelles sont toutes comprises entre 9/10 et 10/10. Certaines reviews me touchent, comme celle de l’Officiel Playstation US qui décrit sur deux pages ce qu’il a ressenti en jouant. Pas un mot sur la technologie, l’interface, les graphismes, pas de description, juste les émotions ressenties. L’article attribue un 5/5 au jeu. […] Fin de l’embargo, toutes les reviews tombent en même temps. Les notes sont plus resserrées que je n’imaginais. Je m’attendais à de grands écarts compte-tenu de la nature « non-consensuelle » de Heavy Rain, mais en fait elles sont globalement comprises entre 9/10 et 10/10, comme les premières reviews. […] Les articles désagréables sont finalement à compter sur les doigts d’une main, ce qui est plutôt inattendu. Les deux principaux sites français de jeux vidéo sont au premier rang de ceux qui n’ont pas aimé (on n’est décidément jamais prophète en son pays…). L’ensemble de la presse française a réservé un accueil très positif au jeu conforme aux réactions des autres pays, mais ces deux sites sont curieusement passés totalement à côté du jeu. Au-delà des notes médiocres (dont la plus mauvaise note tous pays confondus, trois points en-dessous de la moyenne mondiale quand même…), c’est la médiocrité des articles qui m’a frappé. Pas de réflexion, pas d’analyse, juste un texte de gamin de quatorze ans dans une cour de récréation. Les développeurs et les éditeurs essaient de faire évoluer les jeux vidéo, il faudra un jour qu’une certaine presse sur internet se remette également en question.

Autre mention spéciale pour le magazine anglais EDGE, autre exception internationale. Autrefois magazine de réflexion et d’avant-garde, le magazine n’est décidément plus ce qu’il était. Après trois mois d’articles désagréables sur Heavy Rain (dont deux avant la preview, c’est-à-dire sans avoir eu accès au jeu…), la review était prévisible. Un étrange article en forme de règlement de comptes où mon nom apparaît une phrase sur deux, comme si la review était sur moi et pas sur le jeu. Là encore, pas d’analyse, pas de réflexion, pas de recul, juste du verbiage pseudo-intello sans le moindre contenu.”

L’honneur de se faire dézinguer un article par M. Cage-himself quand même pour le coup…

screenshot 2010-03-17 à 18.35.36

stopwatch 6 min.