Chronique du WE : Faites pas la guerre, faites des PC !

Chronique

Par Lâm le

La rentrée, c'est l'occasion pour les magazines féminins de lister avec aplomb les tendances de l'année à venir. Retour de la veste jeans, oubliez la frange, vive le...

La rentrée, c’est l’occasion pour les magazines féminins de lister avec aplomb les tendances de l’année à venir. Retour de la veste jeans, oubliez la frange, vive le numéro 8 etc. Mais ces magazines ont loupé une tendance : cette année, avoir un gros PC qui tâche redevient cool.

cwe-pc-021

Quoi, du gros boitier, des câbles et des pièces détachées à l’heure du tout intégré et tout tactile ? Yep. La preuve : Une bonne partie de la rédaction du JDG est récemment revenue à ses premiers amours en se remontant des PC desktops. Explications dans la suite de cette Chronique du Week End qui sent bon le Bios.

…………………………

//TOUS POUR UN, TOUT EN UN

Rappelez-vous le début des années 2000. L’iMac ressuscite Apple et relance dans son sillage le concept de “tout en un”. Un ordinateur tout intégré, peu modifiable et fermé, options et customisation ultra limitées. Devant cette offre, les geeks élitistes que nous sommes boudent immédiatement ce “jouet”. Mais nous ne sommes pas tout le monde et nos connaissances nous aveuglent sur la galère qu’est l’informatique à l’époque pour le grand public : son succès commercial sera impressionnant et à l’ère du super nomade, l’iMac continue de se vendre comme des petits pains.

imacevo

Avec le recul, l’évolution est logique. À l’époque, l’informatique cherche encore un moyen de sortir de son ghetto “technos/pro” et ses grosses machines pleines de câbles et d’éléments sont autant de boulets à se traîner dans cette quête. L’informatique est déjà grand public, mais elle ne relève pas encore de sa sphère affective.

Là où l’histoire devient intéressante, c’est qu’une partie des geeks à l’ancienne – dont je fais partie – ont été séduits par ce concept au fil du temps. Il y avait ses points forts bien sûr, mais il était surtout renforcé par un grand ras-le-bol de la culture Montgallet.

…………………………

//LA RUE DU CRIME

Rue anonyme du 12e devenue la plaque tournante des composants informatique OEM “garantie 6 mois, pas de CB”, Montgallet était aussi un point de ralliement de la culture PC en France. Le choix, la liberté, le prix et l’évolutivité étaient nos maîtres mots. Mais galères, mauvaises surprises, prix et dispos non respectés sont devenus les réalités. Avec une poignée d’importateurs déguisés en une multitude de micros boutiques, le passionné devenait un pigeon.


Photo : L’internaute.

Si le boulevard Beaumarchais est connu des amateurs de photo comme “le Boulevard du Crime” en raison des nombreuses tentations qui regorgent des boutiques alignées, la rue Montgallet devient vite “la Rue du Crime”, mais pour des raisons moins rigolotes. Lassés d’acheter une config le lundi et de devoir revenir le mardi parce qu’il manque un composant, puis le jeudi parce que la RAM était défectueuse, de devoir se battre pour faire respecter les prix annoncés sur le site éponyme et gonflés une fois en boutique…

Entre ce Farwest et la VPC spécialisée qui vous faisait commander quelques pièces à droite et quelques pièces à gauche, avec des délais de livraison bien stressants, la lassitude gagne vite. On vieillit, économiser quelques euros nous parle moins que juste ne pas galérer. La flamme vacille et on cherche alors plus le confort et le service.

À cette même époque, un autre concept de “tout en un” encore plus radical monte en puissance à mesure qu’il descend en prix : le laptop. Du coup, beaucoup d’entre nous sont passés directement de gros PC à des portables. Second poste ou de plus en plus souvent ordi principal, ces derniers sont vite devenus le symbole de l’informatique de la première moitié des années 2000.

…………………………

//LA BONNE PÂTE D’ANTAN

Et d’un mec qui aime monter ses machines à coup de cruciformes aimantés pour récupérer la vis qui a glissé sous la carte mère et de rangement millimétré d’énormes nappes IDE, j’ai acheté un MacBook Pro, comme pas mal de potes. D’ailleurs, les portables d’Apple ont été de vraies machines à switch, tant elles se démarquaient de la concurrence. Le secteur desktop est plus sujet à discussion, mais je digresse. L’important est que globalement,  nous nous sommes désintéressés de la culture pièce détachée. D’ailleurs, il suffit de voir les sites de geeks qui régnaient auparavant : Hardware.fr, Presence PC, PC Inpact et consorts. Des sites spécialisés dans le bench de cartes graphiques, de mesure de tensions d’alimentations modulaires, des comparos de pâtes thermiques, des conseils pour dégager l’aération de son boitier Antec à coup de Dremel…

cwe-pc-06

Aujourd’hui, les sites qui nous parlent plus sont le Journal du Geek et autres blogs nerveux et modernes : cela parle téléphones, gadgets, laptops… Des thèmes plus variés. On y teste des produits, mais des produits finis en général. Ne me faites cependant pas dire ce que je n’ai pas dit : le PC et les pièces en OEM continuent de se vendre, mais ils sont un peu retombés dans l’ombre, reliques d’une époque où l’informatique était encore exigeante et plus intéressée par le chiffre que par l’expérience. Alors pourquoi se remonter des PC aujourd’hui ? Eh bien, pour les mêmes raisons.

…………………………

//”HELLO, I’M A MAC.” “- BYE, I’LL BE A PC”

Retour sur Apple. Un des arguments phares de la marque durant des années fût “Think Different”. Acheter Apple, c’était adhérer à un style de vie autant que l’on se détachait d’un autre. Aujourd’hui, c’est un peu l’inverse : les open space sont remplis d’iMac, les Starbucks et facs remplis de MacBook Pro, les métro remplis d’iPhones. Je précise pour ceux qui se préparent à me contredire avec leur expérience personnelle : j’exagère, j’extrapole, je vis sur Paris, etc. Mais une chose est sûre : Apple ne représente plus un courant alternatif. Malgré les chiffres de vente toujours minoritaires comparés à ses concurrents, la marque est aujourd’hui la référence symbolique de notre culture hi-tech, qu’on l’aime ou qu’on la déteste, je ne vais pas re-développer ce sujet.

Comme nous sommes des geeks capricieux toujours en quête d’un peu d’exclusivité, nous sommes repartis vers les terre sauvages du PC en kit. Et puis, il y avait des invitations au voyage : Windows redevient stable et agréable dans sa 7e version. Une trombe de hits réveille le gaming PC… Et notre bande de potes se remet à organiser des soirées Online et LAN régulièrement. Bref, le désir d’un bon PC puissant pour le boulot et le jeu sans concession (bootcamp, c’est sympa 5 minutes) revient en moi, comme une Madeleine de Proust – dans laquelle on aurait enfiché une pillule de Viagra et un glaçage à la pâte thermique.

cwe-pc-02

Bref, il y a quelques mois, je me remonte une config’. Et comme prévu, c’est autant une galère qu’un bonheur que de se re-coltiner tests, comparos et topics pour CHAQUE pièce : ventirad, carte-mère, boitier, proc etc.
Et c’est aussi autant une galère ET un plaisir que de se rendre à Montgallet pour acheter les pièces, se rendre compte que comme tout le monde qu’on a jeté son dévolu sur LE composant à la mode et donc en rupture totale (à mon époque, le SSD Intel et l’ATI 5850). Et ce que l’on pensait être une bonne soirée de montage se transforme une grosse dizaine de jours avec la moitié du salon transformé en atelier sur lequel trône un chantier de PC en attente de tel ou tel composant.

Et vla que je craque et que j’installe un ventirad de base en attendant que le Noctua soit enfin compatible avec mon socket et vla que j’ai monté une baie disque à l’envers et vla que je dois tout redémonter parce que le Noctua est arrivé et qu’il rentre à un millimètre près…

cwe-pc-05
Un millimètre près, je ne vous ai pas menti. On y a passé la soirée, Ikea c’est de la rigolade à côté.

//BAH ALORS, DAZ ?!

J’avais oublié l’aventure que de se monter son PC, après des années à ressortir d’un Apple Store avec un carton et un appareil pré-cuisiné et de s’en satisfaire. Mais quel bonheur. Votre machine démarre enfin, c’est votre config’, vos choix. Et vous l’aimez encore plus parce que personne n’a la même.

Enfin, sauf dans mon cas, car je dois dénoncer Anh qui, après s’être moqué de mon projet, puis diffusé des calomnies sur ma config’, a récemment acheté un PC reprenant EXACTEMENT la même config’ que moi ! Ouais, je dénonce, j’accuse.

  • Même processeur : Intel i7 860
  • Même Ram : 4Go
  • Même carte mère : socket 1156 Micro ATX
  • Même CG : ATi Radeon 5850
  • Même boitier : petit, noir, alu
  • Même moniteurs : Acer GD245HQ et Iiyama ProLite B2409HDS
  • Même clavier : Filco Majestouch Tenleyless “Otaku”. Blue pour moi, Brown pour lui

Voilà pour la vérité qui triomphe. Et cerise sur le gâteau, notre iTroll national, notre tenancier du Journal du Mac, Daz a complètement retourné sa veste et s’est aussi monté un PC xD Et il n’a pas été déçu du voyage à Montgallet, si on croit ses mésaventures : Episodes 1, 2, 3, season final xD

cwe-pc-04
Lorsque Daz a découvert Trackmania en Février dernier et en grand, sa foi a été un peu ébranlée…

Et nous voici tous sortis du “paradis blanc et aluminium”, pour le moment avec bonheur. En soi, la culture PC n’a pas changé. On y revient tôt ou tard. Comme si, après avoir trop mangé au resto, on a envie de se refaire un festin maison, quitte à enfumer un peu sa cuisine et sortir un dessert qui tire un peu la tronche. Mais qui possède un goût unique.

…………………………

“Les Chroniques du Week End sont des réflexions de Lâm Hua sur la culture et l’industrie geek. Elles engagent les opinions de leur auteur et pas nécessairement celles de l’ensemble de la rédaction du JDG.”