Quantic Dream pourrait quitter la France

Par Caroline le

Depuis janvier 2012, l’Union Européenne ne tolère plus les aides fiscales sur certaines taxes accordées aux développeurs de jeux vidéo, comme pour la France qui applique cette pratique depuis cinq ans maintenant. Ce qui signifie que le secteur du développement vidéoludique connaîtra, sous peu, une imposition de 20 %.



Et si la France lutte pour limiter la délocalisation, cette décision devrait, malheureusement, pousser certains studios à partir, puisque l’état refuse de faire appel à l’argent du contribuable. Apparemment, les négociations n’ont pas su porter leurs fruits, et des studios tels que Quantic Dream parlent d’ores et déjà de se délocaliser au Canada, qui connaît un véritable essor vidéoludique depuis peu.

Guillaume de Fondaumière, président du studio Quantic Dream, dernièrement réputé pour son jeu Heavy Rain, a affirmé auprès de la Commission Européenne, qu’il devrait quitter la France pour le pays au drapeau de la feuille d’érable rouge si les accords n’étaient pas revus. Il en veut pour preuve que les aides n’avaient jamais dérivées :

« Nous tenons à souligner que cette mesure française n’a causé aucune distorsion de concurrence au sein de l’UE. Ubisoft a réimplanté une partie de ses activités de production en France entre 2008 et 2011, une étape qu’ils ont clairement attribué au crédit d’impôt sur le jeu vidéo. »

Avec une crise économique de taille, l’Union européenne ne devrait pas revenir sur une telle décision qui pourrait permettre de renflouer les caisses. Il semblerait que la fin du jeu vidéo « made in France » fasse ses premiers pas, un phénomène attristant qui ne devra en aucun cas faire oublier à ces studios leurs racines françaises. Mais les studios de plus petite taille ne sont pas totalement délaissés, puisque des aide son fournie pour les locaux, comme l’incubateur Jeu Vidéo à Paris, inauguré hier par Bertrand Delanoë.

Crédit photo : Page Facebook officielle du studio Egg Ball. Au gauche, Julien Victor, directeur du studio.

Source: Source
stopwatch 2 min.