Google poursuivi dans l’affaire Safari

Sur le web

Par Membre rédacteur le

Ce n’était donc qu’une question de temps avant que Google ne fasse l’objet de plaintes suite à la révélation de ses pratiques publicitaires dans ce que les médias appellent désormais, et à tord, le « Browser-Gate ».

Deux plaintes ont été déposées à l’encontre du géant du web et elles n’émanent ni des sociétés concernées, à savoir Apple ou encore Microsoft qui a également profité de l’affaire pour révéler que ces pratiques avaient également concerné son propre navigateur Internet Explorer. Opportunisme, opération de déstabilisation ou simple complément d’information à un dossier déjà fort bien rempli pour Google, il n’en reste pas moins que plusieurs internautes ont décidé de porter l’affaire devant les tribunaux américains au travers d’actions collectives.

Des utilisateurs du Delaware et du Missouri ont ainsi déposé une plainte et réclament 62 millions de dollars en guise de dédommagement pour le préjudice subi. Il est à noter cependant que Google n’est pas le seul à user de ces pratiques, la société souligne par ailleurs que d’autres grandes entreprises telles que Facebook où Amazon ont également recourt à quelques lignes de code afin de pouvoir suivre l’activité des utilisateurs.

Selon un porte-parole de Google :

Le bouton Like de Facebook, la possibilité de se connecter à des sites Web via un compte Google et des centaines de services modernes seraient rendus inopérants si les sociétés en question devaient se plier à la politique P3P de Microsoft. Cette politique est en fait un « checkpoint » indiquant au navigateur que le cookie inclus dans le site visité ne collectera pas les données de l’utilisateur.

Google exploite donc les limites du protocole qui n’a pas été initialement conçu pour faire face à toutes les activités désormais proposées aux internautes qui naviguent sur des sites devenus mondialement populaires.

Source: Source