Affaire MegaUpload : nouveau rebondissement

Sur le web

Par Pierre le

David Harvey était le juge qui s’occupait de l’affaire MegaUpload. « Était », car le magistrat a décidé de renoncer à instituer le dossier après une petite bourde qui a fait polémique. L’homme avait en effet qualifié les États-Unis « d’ennemis », ce qui a conduit à une polémique, puis sa démission.

Le 12 juillet dernier, le juge participait à une conférence en ligne sur le Trans-Pacific Partnership, un traité de libre-échange conclu entre les États-Unis et d’autres pays à travers le monde. Dans cette conférence, le juge a voulu placer une petite référence au comic strip Pogo, bien célèbre au pays de l’Oncle Sam, en déclarant :

We have met the enemy and he is U.S.

Soit, « nous avons rencontré l’ennemi et c’est les États-Unis (ou nous, avec le jeu de mot anglais) ». L’affaire a fait grand bruit dans les journaux Néo Zélandais, et les critiques l’accusant d’être trop proche de l’affaire MegaUpload et de prendre parti contre les États-Unis l’ont conduit à se retirer du dossier. Le juge n’avait, selon les journaux, à donner son opinion sur le dossier du piratage et de la position des États-Unis.

Il reconnaît que les remarques faites dans le cadre d’une annonce au sujet des droits d’auteur récemment faite sur Internet pouvaient poser question sur son impartialité, et la réponse pour lui est de démissionner de l’affaire,

a déclaré, Jan-Marie Doogue, le juge de la haute cour de Nouvelle Zélande qui a annoncé la nouvelle. On ne sait pas encore si le départ du juge va changer la donne dans l’affaire MegaUpload, mais pour l’instant, l’audience pour l’extradition de Kim Dotcom est toujours fixée en mars prochain.

Source: Source