GTA donne les clés de son succès

Par Cyril le

Si la franchise Grand Theft Auto est aussi connue du grand public depuis ses débuts, c’est grâce aux manoeuvres de Max Clifford.

Il ne s’agit pas d’un des développeurs du studio, ni d’un graphiste talentueux. Non, Max Clifford s’occupait… des relations presse. Cet homme savait en effet sur quel bouton appuyer pour donner de la visibilité au jeu, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a plutôt bien réussi son travail, comme l’expliquent David Jones et Mike Dailly, les créateurs de la franchise.

Il nous a dit de quelle manière il comptait faire promouvoir le jeu, à qui il l’enverrait, et ce que chacun d’entre eux dirait. Tout c’est déroulé comme il l’avait prévu.

Il s’agissait en 1997 d’un véritable tour de force : faire parler d’un jeu vidéo dans les médias et les magazines généralistes. La polémique n’a depuis pas quitté la série, chaque sortie d’un nouvel épisode s’accompagnant de polémique sur la violence et l’usage d’armes ou de drogues à l’écran. GTA V ne devrait d’ailleurs pas faire exception à la règle même si les développeurs se défendent en précisant qu’ils désirent simplement faire “ce qui est fun à jouer”.
Le résultat se montre payant : en 2007, GTA IV devenait le produit culturel ayant rapporté le plus d’argent (320 millions) en 24h, devant Halo 3, le film Spiderman 3 et le livre Harry potter et les reliques de la mort.