Une bibliothèque sans livres aux Etats-Unis

Sur le web

Par Pierre le

C’est un fait, les livres papiers sont (malheureusement) en train de disparaître petit à petit. Mais les gens ne s’arrêtent pas de lire pour autant, et ce grâce aux liseuses et tablettes. Le comté Texan de Bexar, près de San Antonio, l’a bien compris, et va donc ouvrir une bibliothèque sans livres.

CR :  Kin Man
CR : Kin Man

La bibliothèque n’est pas comme les autres. Coque vide, elle n’abrite aucune étagère regorgeant d’ouvrages, non. Ici, vous louez des liseuses pour une période donnée, et vous pourrez lire autant de livres que vous voudrez.

Selon l’aveu même d’un des instigateurs du projet, Nelson Wolff, entrer dans cette bibliothèque est comme entrer dans un Apple Store. Une ambiance épurée et minimaliste est donc à prévoir. La bibliothèque du futur ouvrira ses portes l’été prochain, et sera une expérience grandeur nature de ce nouveau type d’établissement.

Source: Source

22 réponses à “Une bibliothèque sans livres aux Etats-Unis”

  1. Ben s’il y a bien un endroit qui me donne pas envie de lire c’est dans un Apple Store (ou un bâtiment du genre). Je trouve que le lecture est plus plaisante dans un endroit pas minimaliste justement.

  2. Au risque de paraitre rétrograde, je trouve ça dommage, la liseuse c’est bien quand on bouge, pour avoir plein de livres sous la main (encore que si on ne part pas plus de trois semaines des livres de poche, ça passe large), mais franchement quand je suis chez moi je préfère largement un vrai bouquin, et une bibliothèque sans livre ce n’est pas une bibliothèque, c’est une agence de location de liseuses.

  3. “C’est un fait, les livres papiers sont (malheureusement) en train de disparaître petit à petit”
    C’est complètement FAUX. On assiste juste à un engouement pour le livre numérique sans retentissement majeur sur l’édition papier. C’est juste l’effet phénomène de mode. Quand les inconditionnels du livre auront tous tester le support numérique ils reviendront au papier.
    Parce qu’en effet il n’y a rien de plus désagréable que de lire un roman numérique. Par ailleurs le domaine de la BD a fait une croissance de +8% cette année. Sans parler de l’absence d’intérêt de s’offrir un “beau livre” numérique…
    Donc non, les livres papiers ne sont pas mort. Ils ont un long avenir contrairement a l’édition numérique qui à peine lancée arrive déjà à saturation.

  4. Je ne comprends pas le psychodrame autour du livre et des liseuses, ni les commentaires hargneux visibles ici, ou ailleurs.

    L’évolution du système économique n’est pas forcément simple, évidemment, notamment dans le cadre de la protection des auteurs. Mais pour ce qui est de l’accès aux contenus, la plupart des opinions que j’observe sont des postures (des impostures?).

    Que le livre papier vive ou meurt, quelle importance, si l’accès au contenu est préservé !

    Perso, je préfère moi aussi lire un livre papier, mais la liseuse permet de porter avec soi toute une bibliothèque, des centaines de livres de références, etc. Les avantages sont complémentaires. Alors pourquoi pas une bibliothèque sans livres? Une bibliothèque dans laquelle plusieurs personnes peuvent en même temps consulter le même ouvrage ? (autre avantage)

    A moins que le but tacite pour chacun soit en fait d’épater la galerie avec son immense bibliothèque ou de se poser devant ses 3000 bouquins en s’exaltant : “Ah…. j’ai lu tout ça !” ?

    Ce qui compte c’est le contenu, pas le contenant.

  5. #8 “Ce qui compte c’est le contenu, pas le contenant.”

    C’est là où tu te trompes, si c’était vrai tout le monde aurait des montres flic flac à 15€ et roulerait en twingo, quitte à y mettre un moteur de porsche (je roule en twingo donc no offense).

  6. @Flibustier, effectivement mais l’auteur de cette news a souvent l’habitude de prendre son impression personnelle pour une vérité générale

  7. les bibliothèques anciennes sont des lieux chargés d’histoires dont certaines sont des œuvres architecturales.. à notre époque, il faut comprendre que de telles lieux coutent très chers à entretenir (charge électricité, nettoyage, restauration, achat et stockage d’œuvres diverses, personnels) et depuis le boom d’internet, leurs abonnés, leur principale ressource financière, disparaissent un à un. demandez à un collégien ou à un ado s’il a déjà mis les pieds dans une bibliothèque, il vous répondra, pourquoi faire? j’ai déjà tout depuis chez moi ou sur mon smartphone..
    comment alors financer ces lieux et ces livres, si ce n’est en les déclarant monuments et patrimoines historiques à protéger ou alors en les revendant à des boites privées qui en feront des lieux d’expositions ou d’événementiels pour pdg.
    ce que je veux dire c’est que d’ici quelques années les bibliothèques seront transformées en musées, où seuls quelques privilégies pourront s’y asseoir pour savourer un livre. un temple du luxe de la culture.

    les livres pour survivre à la concurrence d’internet, doivent s’orienter vers le luxe, comme l’ont déjà fait par le passé, le vinyle, le vin, le café, l’automobile.. soit tu fais du bas de gamme jetable et inondent sans discontinu le monde par palettes entières, soit tu fais du luxe, du sur mesure et tu embauches une boite de marketing.

    les mentalités changent, les familles à faibles revenus ou de classes moyennes, se disent à quoi bon garder des kilos de livres qui prennent de la place inutilement (90% de leur durée de vie) alors qu’ils pourraient tous tenir dans une simple carte µSD. par nostalgie, par patrimoine nous gardons les livres de notre enfance, de nos parents, de nos grands parents.. mais pour les générations actuelles comme prochaines, les livres papiers sont des dinosaures et leur extinction n’est plus très loin.

  8. Pourquoi vouloir absolument séparer ainsi le papier et le numérique ? Une bibliothèque qui permette de choisir le livre papier ou le livre numérique ne serait-elle pas aussi bien ?
    Et arrêtez de dire que le numérique c’est le mal ou que ça tue le livre papier… C’est à chacun de dire ce qu’il préfère, ne prenez pas votre avis pour une généralité (moi j’aime les deux, et je comprends aussi bien ceux qui préfèrent le numérique que ceux qui préfère le papier)

  9. Finalement la seule vrai news la dedans c’est que se sera un bâtiment vide et qu’il n’y aura donc aucun livre papier, car les liseuses on en trouve déjà dans les bibliothèques chez nous.
    Après à voir se que ça donne, mais il y a tout de même encore pas mal d’ouvrage qui sort seulement en papier, donc ça réduit pas mal le choix.

    Et le but d’une bibliothèque c’est aussi les ouvrages anciens, les documents plus spécifiques,…… J’ai comme des doutes qu’on trouve tout en numérique.

  10. Pour répondre à certaines critiques ci-dessus:

    je viens d’acheter une liseuse FNAC la semaine dernière ! Etant un très gros lecteur (200 pages par jour en moyenne), je dois bien avouer que le livre papier ça en jette ! Et ça met plus dans l’ambiance !

    Après… liseuse = 80€ = prix de 4 livres (oui, un nouveau roman coute aujourd’hui 20€) = achat rentabilisé très rapidement !
    Je reste attaché à ma bibliothèque, mais la liseuse est sans conteste “l’avenir”.

  11. Perso, j’utilise les deux. J’adore et j’adorerais toujours lire sur papier, bien au chaud chez moi, mais j’ai aussi plein de livre sur mon Galaxy Note, et c’est on ne peut plus pratique !

    Donc franchement, les deux sont complémentaires, et je vois mal un type de lecture écraser l’autre 🙂

  12. le livre papier ne le sait pas encore mais il est déjà mort, il agonise lentement.
    les prix augmentent (bd, roman, manga, éducation..), les clients se tournent alors petit à petit vers les liseuses numériques ou les tablettes. avant on parlait de réédition de livres, maintenant seul les tablettes se renouvelent année après année, faisant la joie des constructeurs mais pas celle des éditeurs. plus il se vendra de tablettes plus les prix des livres papiers vont augmenter jusqu’à son déclin.

    je le repète, d’ici 5-10ans les livres papiers vont être réserver à une minorité de personnes (aisées?) comme il est le cas aujourd’hui du vinyle pour la musique. et les bibliotheques seront des musées réservés aux chercheurs et autres historiens nostalgiques des lieux.

  13. “C’est un fait, les livres papiers sont (malheureusement) en train de disparaître petit à petit.”

    Non, ce n’est pas un fait : l’industrie du livre vend toujours plus et est toujours plus rentable chaque année. Le livre papier ne sera JAMAIS remplacé totalement par les ardoises électroniques. Les livres d’image et techniques, oui, les autres non.

  14. Gros problème tout de même avec les tablettes numériques, sauf erreur de ma part : vous n’êtes pas propriétaire des ouvrages que vous téléchargez. Vous avez juste le droit de les consulter. Donc vous ne pouvez rien transmettre à vos enfants, amis, proches, etc… Or, c’est aussi cela le bonheur du lecteur : transmettre, partager. donner les livres qui l’ont aidé à grandir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *