The Iron Squid II, la démesure à la française

Par Cyril le

La deuxième édition de l’Iron Squid s’est tenue samedi 26 janvier dernier dans un Palais des Congrès plein à craquer. Ce tout jeune tournois français de Starcraft II a enflammé, près de 12 heures durant, 3700 spectateurs venus encourager les meilleurs joueurs mondiaux. Et s’impose tout naturellement parmi les plus grands événements mondiaux comme la MLG ou la Coupe du Monde des Jeux Vidéo.

iron-squid-II

Avec plus de 62 000 connexions simultanées lors de la Grande Finale et plusieurs milliers de connectés par match, l’ambiance était électrique et extatique dans la salle du Palais des Congrès. Les spectateurs comme les joueurs étaient conscients de l’énormité de l’événement auquel ils prenaient part. Les matchs d’une dizaine à une quarantaine de minutes chacun se sont enchaînés, entrecoupés d’animations. Ces affrontements éreintants et riches en rebondissements, où la moindre défaillance se paie cash, ont prouvé une fois encore l’immense technicité de Starcraft II et l’excellence de ses meilleurs joueurs.

StarTale_Life, LG-IM_NesTea, MVP_DongRaeGu et MarineKing_Prime avaient conquis de haute lutte leurs places en finale après des semaines de qualifications qui auront vu 24 joueurs professionnels invités et 8 joueurs professionnels vainqueurs des qualifications régionales se battre pour décrocher leur ticket. Pour commenter leurs matches, les frères Pomf et Thud, également organisateurs du tournois, et une équipe de casteurs internationalement reconnus (Day9, Kaelaris, Khaldor et Wolf pour les streams anglophones, Igor pour la Russie) se sont succédé au micro.

Après le succès de la première édition de l’Iron Squid (2500 personnes dans un Grand Rex plein à craquer), ils ont eu la force de remettre le couvert pour le plus grand plaisir des amateurs de tous les pays. Car la grande force de l’Iron Squid, c’est sa dimension internationale. Si la première édition avait réussi a attirer des joueurs de tous horizons, et notamment de la Corée, LE pays de l’e-sport, cette deuxième édition a vu plus grand du côté des casteurs.

Stars à part entière du pro gaming, les casteurs éclipsent même souvent les joueurs dans le cœur du public. Ces passionnés commentent avec verve les matchs des meilleurs joueurs en ligne. Leur popularité n’est plus à prouver : Pomf et Thud rassemblent une moyenne de 80 000 vues par vidéo.

En plus de son casting d’exception, l’Iron Squid est un show qui ne se refuse rien. Un orchestre symphonique était présent pour jouer un thème offficiel et des morceaux spécialement composés pour chaque joueurs retentissaient à chacune de leurs victoires. L’acteur Kyan Khojandi (Bref), joueur invétéré de Starcraft II, est même monté sur scène pour commenter un match avant d’être rejoint par les comiques Yacine et Dedo du Jamel Comedy Club, pour un sketch “plus geek tu meurs”.

De son côté, la compétition a tenu sa réputation tant au niveau de l’organisation que de celui des matchs. Il fallait voir l’état d’excitation des 3700 personnes présentes alors que Life était mené 3-0 lors de la finale avant d’arracher la victoire en remportant quatre matchs d’affilée ! !

Seule ombre au tableau : le coût du tournoi. Pour attirer de grandes figures de l’e-sport, il faut en effet proposer des prix conséquents (12 500 dollars pour le vainqueur, 6250 pour le seond), et la location du lieu où se déroule la finale est également onéreuse. Avec des places affichées à cinquante euros, le tournoi demeure déficitaire…

La solution pourrait venir du sponsoring, les grandes marques s’intéressant de plus en plus à ce phénomène en pleine expansion. Si certains comme Asus ou Numéricable fournissent un soutien matériel indispensable (PC pour jouer et support logistique pour le streaming), d’autres pourraient bien être intéressés par une participation financière en échange de la visibilité de leur logo.

Une chose est sûre : avec l’arrivée prochaine du second volet de la trilogie, Heart of the Swarm, l’engouement pour Starcraft II n’est pas près de retomber du côté des joueurs.