Quand la GDC tourne au scandale

Par Cyril le

Suite à la présence de danseuses portant des tenues inappropriées lors de la soirée organisée par la Game Developer Conference et l'International Game Developers Association, plusieurs...

Suite à la présence de danseuses portant des tenues inappropriées lors de la soirée organisée par la Game Developer Conference et l’International Game Developers Association, plusieurs membres féminins de l’organisation ont démissioné.

Brenda Romero, qui avait reçu un prix d’honneur récompensant son parcours au sein de l’industrie du jeu vidéo, a été la première a annoncer qu’elle quittait sa place de membre du groupe de l’IDGA dédié à la place des femmes dans le jeu vidéo. Darius Kazemi a ensuite quitté sa place de membre du comité de direction de l’association, avant que Jay Margalus, responsable de la branche de Chicago de l’IGDA, ne démissionne à son tour de son poste.

Cette vague de décision intervient suite à la fête donnée par l’IGDA durant la Game Developer Conference. Sponsorisée par YetiZen, celle-ci comprenait des danseuses payées pour “animer” l’évènement. Problème : une grande partie des membres de l’IGDA sont des femmes…

Kate Edwards, directrice de l’IGDA, a tenu à adresser aujourd’hui des excuses publiques pour cette erreur d’organisation :

Nous tenons à nous excuser pour les costumes et les activités présents à la fête, qui ne correspondent pas du tout avec les valeurs défendues par notre organisation. Nous avons découverts les costumes en même temps que vous, et nous ne savions pas que les animatrices monteraient sur scène. Nous ne savions même pas que les mannequins présents sur le salon seraient à la fête.

Elle précise également que l’organisation de la fête a été gérée par YetiZen, qui avait accepté de respecter le code de conduite de l’IGDA. Le PDG de YetiZen devrait normalement s’exprimer sur le sujet dès demain. Autant dire que sa déclaration est très attendue…

1reasontobe-brenda-romero-gdc-2013_1280.0_cinema_960.0

Source: Source
stopwatch 6 min.