HADOPI : les chiffres du streaming et des téléchargements de biens culturels

Business

Par Jerome Durel le

La HADOPI a publié aujourd’hui son « Étude du volume de consommation de biens et services culturels dématérialisés » réalisée grâce à OpinionWay sur 4740 personnes représentatives des internautes français, mais sur une base déclarative, ce qui peut dans une certaine mesure biaiser les résultats. Quoi qu’il en soit, il en ressort que le streaming est maintenant largement plus utilisé que le téléchargement, que cela soit légalement ou non.

D’une façon générale, les résultats mettent en valeur l’importance du streaming, pratiqué par 84% des consommateurs (contre seulement 49% pour le téléchargement).

Indique que le compte rendu de l’étude, avant de préciser que la musique est le bien culturel le plus consommé avec 23 titres en moyenne, par semaine et par internaute. Cela représente tout de même plus de 60 000 morceaux consommés en majorité légalement sur des plateformes comme YouTube et Deezer. La situation est légèrement différente pour les films et séries. La HADOPI écrit ainsi :

En streaming, la consommation de film se fait presque autant de façon licite que de façon illicite. En téléchargement, les pratiques sont majoritairement illicites […] Plus généralement, pour le téléchargement, les pratiques de pair-à-pair représentent 28% des usages.

hadopi

La HADOPI relève donc trois profils de consommation :

 – Celui de la musique, massif, gratuit, a priori licite et majoritairement porté par YouTube en streaming comme en téléchargement.
– Celui des films et séries, moins intense et plus disparate tant quant au mode de consommation qu’aux supports utilisés. Nettement portées vers les contenus internationaux, les pratiques sont significativement illicites.
– Celui des livres et jeux vidéo, concernant un public beaucoup plus restreint, recouvrant des pratiques mixtes et, pour le livre, plus significativement orientés vers des œuvres Françaises.

Elle semble conclure à demi-mot qu’une offre gratuite ou à bas coût peut engendrer une modification vertueuse de comportements :

La musique en streaming gratuit par exemple emporte une part considérable de la consommation.

Ce qui va plutôt dans le bon sens. À quelques mois de sa « dissolution » la HADOPI arriverait-elle enfin à se rendre à l’évidence? L’organisme résume le tout dans l’infographie ci-dessous. Pour les amateurs des chiffres, le rapport complet est disponible sous la forme d’un PDF.

infographie-hadopi

Source: Source