Nikon annonce le D610

Photo

Par le

C’est aujourd’hui que Nikon dévoile son D610. Un boitier qui prend le relais du D600 qui a connu pas mal de déboires à cause d’un souci technique au niveau de la propreté du capteur. Souci relayé dans la presse et qui a fait couler beaucoup d’encre électronique. Mais c’était le passé, et le passé c’est le passé. Aujourd’hui c’est un nouveau boitier tout neuf qui sort des usines nippones. Tout neuf avec quelques nouveautés techniques :

– Le système D-Lighting est scindé en deux : le classique et un D-Lighting optimisé pour les tons chairs.
– Un mode rafale silencieux de 3,5 images/seconde est désormais disponible. À vous de trouver l’usage qui peut en être fait.
– La rafale passe à 6 images/seconde

Et voilà ! D’un autre côté, pour ceux qui paniqueraient, sachez que la conception du système capteur/obturateur/rideau est totalement nouvelle.

On vous a prévenu, ceci n’est pas une révolution. Mais remettons quand même les choses à leurs places, puisque pour les 1899€ annoncés vous avez tout de même :

– Un boitier très compact pour un plein format
– 24 mégapixels
– La meilleure dynamique du marché dans sa catégorie
– Un système de gestion des hautes lumières dédié à la couleur de la peau, de quoi faire des High Key de folie (entre autre)
– Une rafale à 6 images/seconde mais surtout une rafale silencieuse de 3 images/seconde (parfois c’est indispensable)
– Une plage ISO allant de 100 à 6400 ISO (et extensible jusqu’à 25600 ISO)
– L’une des meilleures montées en sensibilité du marché et de gestion du bruit numérique
– Un module autofocus avec suivi 3D configurable en 9, 21 ou 39 points
– Une construction résistante (poussière, pluie)
– Un poids de 800g avec batterie
– Une garantie de 150 000 cycles de déclenchement garantie sans poussière ni graisse
– Un double port de cartes SD
– Un traitement des images sur 16 bits (pour info, sur le D700 c’est 12 bits et l’ancien Canon 5D c’est 12 bits, c’est dire la qualité des rendus en RAW).

Seul bémol tout de même, une vitesse maximum de déclenchement de 1/4000s contre 1/8000 pour les boitiers plus haut de gamme comme le D800 par exemple. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour un photographe qui photographie à F/1.4 en lumière forte ça veut dire beaucoup. C’est peut-être le seul point qui peut rebuter un photographe pro.

Rendez-vous donc le 18 octobre dans toutes les bonnes crémeries pour vous le procurer moyennant on le rappelle 1899 de vos deniers soit 300€ de moins qu’un D800 qui fait 36 mégapixels (avec tout ce que ça implique en gestion des images : temps de traitement, stockage, mais c’est une autre histoire).

sans titre 2