Applications : le talon d’Achille de Windows Phone

Smartphone

Par Olivier le

On a beau représenter la troisième plateforme mobile, il est bien difficile pour Microsoft d’attirer les grands noms du développement d’applications iOS et Android. Démonstration en deux exemples.

youtube-wp81

La saga YouTube sur Windows Phone a touché, il y a peu, à sa fin. Après avoir forcé la main à Google et développé une application YouTube, Microsoft et Google ont fini par essayer de travailler ensemble sur la conception d’un client officiel. Malheureusement, cette relation houleuse a tourné court, chacun s’accusant soit d’une ouverture très relative, soit de non respect des règles. Bref, comme toujours ce sont les utilisateurs qui ont trinqué. Au finale, l’application a été mise à jour a minima et se limite désormais à afficher des liens vers la version web mobile de YouTube. Le transfert de fichiers, les notifications, et d’autres fonctions, sont notoirement aux abonnées absentes.

Autre mauvaise nouvelle sur ce front, le studio anglais King, créateur du météorique Candy Crush Saga, n’est pas prêt d’adapter son jeu sur Windows Phone. L’approche utilisée par l’éditeur se résume par « voir et attendre », ce qui ne fait évidemment pas avancer le schmilblick. Microsoft doit faire croître la base utilisateurs de manière à attirer les développeurs, déclare en substance Tommy Palm, designer de King. Une réflexion suivie par beaucoup d’autres studios, mais qui pose l’éternel problème de l’œuf et de la poule : s’il n’y a pas d’applications triple A sur Windows Phone, il n’y aura pas d’utilisateurs, et s’il n’y a pas d’utilisateurs, il n’y aura pas d’applications triple A.