« Vendre un jeu 60 $, c’est faire un gros bras d’honneur à pas mal de gens », déclare l’ancien boss d’EA

Par Henri le

John Riccitiello, ancien CEO d’Electronic Arts estime que les jeux consoles et PC devraient proposer des prix variables. Le Gaming Insiders Summit était l’occasion de rencontrer quelques big boss du jeu vidéo. Parmi eux, John Riccitiello, ancien PDG de Electronic Arts y est allé de son petit commentaire sur l’industrie. Selon lui, vendre un jeu […]

John Riccitiello, ancien CEO d’Electronic Arts estime que les jeux consoles et PC devraient proposer des prix variables.

john-riccitiello

Le Gaming Insiders Summit était l’occasion de rencontrer quelques big boss du jeu vidéo. Parmi eux, John Riccitiello, ancien PDG de Electronic Arts y est allé de son petit commentaire sur l’industrie. Selon lui, vendre un jeu 60 dollars, « c’est faire un gros bras d’honneur à beaucoup de gens ».

Il n’y a pas un seul jeu console qui dépasse la moitié du nombre d’installations de Clash of Clans. Puzzle & Dragons a été installé plus de fois que n’importe quel jeu console. Conquérir une très large audience grâce à un placement tarifaire variable peut-être très utile.

Mobile-Gaming-600

Riccitiello, qui se plaignait récemment du trop grand nombre d’opportunistes avide d’argent dans le monde du jeu vidéo, continue sa diatribe de plus belle. Il estime que l’industrie ne considère pas le jeu sur console et PC comme une « philosophie du service ».

Plus que tout autre chose, c’est au niveau du service proposé que l’industrie traditionnelle du jeu doit progresser. On pourrait penser que c’est quelque chose que nous avions compris, mais il est intéressant de voir que des titres comme Wow, Starcraft, Sim City, GTA et bien d’autres se sont plantés lors du lancement de leurs services.

Visiblement enthousiasmé par les plateformes mobiles, il remue le couteau dans la plaie.

Presque toutes les plus grandes marques (éditeurs) ont échoué leur lancement par manque de recherche et de test. Le genre de chose que l’industrie mobile fait à longueur de journée.

john-riccitiello-quits-EA

Il estime également que les grosses licences comme GTA, FIFA et Call of Duty sont des produits qui se doivent d’être consistants, mais surtout innovants. Une remarque qu’il formule aussi pour de grands succès mobiles, comme Angry Bird. Il avait d’ailleurs récemment déclaré « qu’Angry Bird avait besoin de nouveautés, plutôt que de licences Star Wars et de peluches ».

Il est déchaîné le John ! On sent tout de même que le monsieur a quitté le navire…

stopwatch 6 min.