La Banque de France se méfie des Bitcoins et met en garde les utilisateurs

Sur le web

Par Jerome Durel le

Il fallait s’y attendre après tant de battages autour des Bitcoins. Dans une note publiée ce jeudi intitulée « Les dangers liés au développement des monnaies virtuelles : l’exemple du bitcoin » l’institution tient à mettre en garde la population vis à vis de cette monnaie un peu particulière.
 Elle explique notamment que la monnaie n’offre aucune garantie, et note par ailleurs qu’elle n’a pas de statut juridique particulier si ce n’est celui de bien virtuel. Elle n’est donc pas une monnaie légale, dans le sens où elle n’est pas reconnue par la loi et n’a pas de cours légal. Sa valeur n’est donc absolument pas garantie.

C’est d’ailleurs cette volatilité de la monnaie qui fait tiquer la Banque de France qui mentionne le caractère hautement spéculatif du Bitcoin. Si la valeur d’une monnaie est quasi garantie à court terme, ce n’est pas le cas du Bitcoins, qui « n’est adossé à aucune activité réelle« , mais au seul intérêt que les gens lui porte (en simplifiant).

C’est notamment ce qui explique la hausse fulgurante du cours du Bitcoin depuis la fermeture de Silk Road, largement commentée par les médias. La Banque de France publie un graphique assez parlant, visible ci-dessous. La chute peut également l’être tout autant.

cours-bitcoin-bdf

La Banque de France explique que :

La convertibilité des Bitcoins dans différentes monnaies ayant cours légal, nécessaire pour tirer les bénéfices d’une spéculation, n’est également garantie par aucun organisme centralisé. Les investisseurs ne peuvent récupérer leurs fonds en devises que si d’autres utilisateurs désirent acquérir des Bitcoins.

Si l’institution met en garde, elle plaide également pour un encadrement du Bitcoin et invite les autorités à explorer « l’activité de change/conversion de ces monnaies virtuelles en devises ayant cours légal », à défaut de pouvoir en émettre. Ce qui permettrait également aux États de mettre la main sur une partie du magot.

Source: Source